L’Ostéo4pattes

"Belladone"

Boiterie antérieure chez une chienne de sport
Créé le : dimanche 25 septembre 2016 par Ronan Cognet

Dernière modificaton le : vendredi 4 août 2017

Belladone est une chienne Border Collie de 6 ans, stérilisée pesant 22 kilogrammes. Belladone est nourrie avec une alimentation industrielle et vit en maison avec un grand jardin sans autre animal avec elle. C’est une chienne sportive qui pratique l’agility depuis 2 ans. Belladone nous a été présentée le 30 mars 2012 à la clinique vétérinaire de Tinténiac pour une boiterie récidivante du membre antérieur gauche.

Anamnèse

Belladone fait de l’agility, depuis 3 mois, après chaque séance, elle présente une boiterie du membre antérieur gauche, sans suppression d’appui, rétrocédant spontanément au bout de quelques jours. Depuis peu, la boiterie persiste ce qui a motivé une visite chez l’ostéopathe, une première visite chez un confrère qui avait prescrit des anti-inflammatoires n’avait rien donné.

Belladone une chienne très active (trop ? Selon le propriétaire), amicale avec cependant parfois une légère anxiété. D’après son propriétaire, elle aurait reçu un coup sur l’épaule droite étant jeune, mais qui n’aurait pas occasionné de boiterie par la suite. Elle est vaccinée et n’a jamais eu de problème de santé particulier.

Consultation :

30/03/2012 :

L’examen général est bon et ne révèle aucune anomalie. L’examen orthopédique est normal et aucune atteinte articulaire ou du squelette appendiculaire n’apparaît. Belladone se laisse manipuler sans restriction et ne présente pas de douleur aux différents tests locomoteurs.

Nous observons toutefois, en vue dorsale éloignée, un rachis qui dessine une courbe en S dont le changement d’inflexion se situe en région thoraco-lombaire ainsi qu’une tête légèrement penchée à droite.

À l’examen ostéopathique, nous notons que la ceinture thoracique est en rotation gauche et la ceinture pelvienne en rotation droite.

Un examen plus discriminatoire en MRP donne : C1/C2 en laté-flexion G rotation gauche, un bloc T5-T13 en Rotation Gauche laté-flexion gauche, L3 en rotation droite ainsi qu’un sacrum en laté-flexion droite.

De plus, nous notons une restriction de mouvement en C7, Scapula G et ovaire G. Les doigts 2 et 3 des deux antérieurs sont en restriction de mobilité dans tous les axes de l’espace.

L’examen ostéopathique et les dysfonctions relevées concordent bien avec la courbe en S du rachis relevé à l’examen général. La concavité gauche en région thoracique et droite en région abdominale se relient aux rotations correspondantes des vertèbres thoraciques et lombo-sacrées.

La discussion avec le propriétaire permet de soulever un point important, les réceptions des sauts se font majoritairement sur le membre antérieur gauche, membre donc fortement sollicité lors des entraînements.

La chaîne dysfonctionnelle qui nous apparaît part de la scapula gauche, sans doute en dysfonction depuis l’accident sur le membre controlatéral quand Belladone était plus jeune. Un phénomène de compensation sur le membre sain soumis à une sollicitation excessive en vue de soulager le membre atteint a pu entraîner la dysfonction sur la scapula. Le membre droit guéri, la dysfonction persiste sur le membre gauche entraînant la rotation gauche de l’ensemble cervico-thoracique qui est compensée par la rotation droite lombo-sacrée avec un point de flexion en T13/L1, d’où la courbe en S du rachis. L’ovaire gauche dysfonctionnel est à rapporter à la troisième lombaire d’un point de vue métamérique mais également selon Lizon qui établit une correspondance entre les étages vertébraux et les organes dédiés à partir des points Shu du dos en médecine chinoise. Schéma 1 : bilan ostéopathique Belladone

Traitement ostéopathique :

Nous avons concentré notre traitement en premier lieu sur la scapula gauche qui semble être la dysfonction primaire. La libération de la restriction de mobilité a été réalisée par un travail en MRP. Les vertèbres C1/C2 ont été traitées par un travail structurel indirect dans le sens de la facilitation pour plus de confort pour l’animal ainsi que le sacrum. Le bloc T5/T13 a été traité par une technique fasciale pour une approche globale plus adaptée. Les doigts ont été traités par des techniques structurelles directes. Les autres dysfonctions n’ont pas été traitées étant secondaires elles suivraient le retour à la normale suivant le nouveau schéma proposé.

Belladone a bien coopéré pendant le traitement se détendant progressivement. Les tests finaux ont permis d’apprécier un retour à la normalité. L’ovaire n’a pas été traité car secondaire, voire tertiaire dans la chaîne dysfonctionnelle.

Les consignes données au propriétaire furent de laisser Belladone au repos pendant 3 jours. De reprendre l’entraînement progressivement d’ici 15 jours, si Belladone ne présentait plus d’anomalie. Par ailleurs nous avons conseillé un échauffement systématique avant l’entraînement et des étirements en fin de travail après un moment de détente musculaire (marche). Des radiographies seraient éventuellement intéressantes en cas d’aggravation ou de persistance de la boiterie sur le long terme, même su aucun signe d’appel n’apparaît à la consultation classique.

13/04/2012

Les propriétaires nous appellent : la boiterie est toujours présente, mais de façon intermittente, principalement quand elle freine brutalement, il y a du mieux mais tout n’est pas résolu. Ils n’ont pas repris l’entraînement.

27/04/2012

Nouvelle consultation pour un contrôle : il y a eu une aggravation transitoire, le propriétaire nous avoue qu’il était inquiet et qu’il avait un peu embelli le compte-rendu à 15 jours, il ne lui semblait en fait n’y avoir aucune amélioration à ce moment-là. Deux jours après son appel tout est rentré dans l’ordre.

Belladone ne présente plus aucune boiterie, le dos est droit, la tête ne penche plus sur le côté, son comportement est plus doux, elle est moins superactive, moins distante (dixit le propriétaire).

À l’examen nous notons des dysfonctions en C4 C7, coude G et doigt 2 à gauche figé. Il reste une sensation confuse sur le thorax sans que l’on puisse la définir totalement, un point de restriction et le MRP se trouve réduit à gauche.

Nous traitons les dysfonctions par des techniques fonctionnelles (Fascias et MRP) sauf les doigts que nous traitons par des techniques structurelles directes.

Le MRP est large et « confortable », en fin de consultation un sentiment de sérénité voire de satisfaction s’impose à nous.

Depuis, Belladone est revue régulièrement en début et fin de saison sportive. (novembre 2012, avril 2013). À chaque fois il a fallu corriger le membre antérieur gauche.

Discussion :

Le cas de Belladone est intéressant sur bien des aspects :

– Il démontre l’intérêt de suivre les chiens de sport afin d’optimiser leurs performances, tout du moins de faciliter leur récupération et de prévenir les blessures.

– Il démontre également qu’en matière d’ostéopathie, a fortiori lorsque l’on utilise des techniques fonctionnelles, il faut parfois être patient avant d’obtenir des effets probants. La réorganisation de l’organisme peut prendre du temps, surtout sur d’anciennes dysfonctions, et l’accompagnement du propriétaire parfois pressé de voir des résultats est important.

– Il permet de rapporter une chaîne dysfonctionnelle avec un schéma global en S, des dysfonctions réparties sur l’ensemble de l’organisme à une expression plutôt frustre de boiterie intermittente après l’effort. D’où l’intérêt d’un abord global qui met en évidence toute la complexité et l’étendue des dysfonctions avec un signal d’appel discret. Le traitement global permet aussi de répondre à un problème parfois non perçu par le propriétaire ou non considéré comme tel : modification du caractère de la chienne.

– Enfin, la persistance des dysfonctions sur le membre antérieur gauche souligne d’une part l’intérêt de revoir régulièrement le patient afin de prévenir des compensations néfastes. D’autre part elle souligne les conséquences à long terme d’un traumatisme précoce (coup à l’épaule chez une jeune chienne).

Et pour être tout à fait complet, soulevons aussi la possibilité d’une limite du thérapeute lui-même.

Conclusion :

Belladone, une chienne sportive de 6 ans, nous a été présentée pour une boiterie du membre antérieur gauche survenant après les entraînements. Il semble que cette boiterie se soit installée progressivement et ait pris de l’ampleur au fur et à mesure des entraînements. Lors du traitement nous avons mis en évidence un schéma global en S dont l’origine était la scapula gauche. Le traitement ostéopathique s’est révélé efficace même s’il a fallu attendre avant une complète rémission des signes cliniques.

Bibliographie :

Lizon Francis : La consultation ostéopathique et homéopathique du chien et du chat ; Editions Similia



Notez cet article






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 55 / 557011

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 5 - Exemples d’Ostéopathies  Suivre la vie du site K Cliniques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License