L’Ostéo4pattes

116 - La dépêche vétérinaire

Valina : Douleur nucale et trigger point
Créé le : mercredi 13 janvier 2016 par Ronan Cognet

Dernière modificaton le : mercredi 13 janvier 2016

Valina est une jument Pur-Sang Arabe de 4 ans. Elle est destinée à la compétition d’endurance équestre. Elle est montée régulièrement et vit en paddock. Elle est nourrie de concentré fibreux et de foin. Une jument (sa mère) vit à côté d’elle dans un paddock adjacent. Ses propriétaires nous ont contacté, car, depuis peu, Valina pose des problèmes lors de la pose du licol.

Anamnèse :

Deux fois par semaine, Valina est montée pour un entraînement à l’endurance. C’est une jument plutôt sur la défensive, mais qui coopère généralement sans poser de problème. Depuis 15 jours, les propriétaires de Valina éprouvent des difficultés pour mettre le licol en place, la pouliche lève la tête vivement pour se soustraire du contact, une fois le licol en place, elle secoue la tête de bas en haut. Par ailleurs, ils n’ont noté aucun problème lors des entraînements.

Consultation :

05/02/2013

L’examen général nous montre une jument en parfaite santé. L’auscultation est normale, les bruits digestifs présents. l’examen des allures ne montre pas de boiterie, la foulée au trot du membre antérieur droit est légèrement raccourcie, l’encolure est un peu raide.

L’examen ostéopathique montre un MRP augmenté en fréquence et accéléré dans l’inspir. À l’écoute, le crâne nous semble « serré », les membranes de tensions réciproques nous paraissent rétractées c’est-à-dire en restriction de mobilité complète. Nous relevons également des dysfonctions en C0, C1 (flexion et laté-flexion et rotation gauche), C4 (extension, laté-flexion rotation gauche). Le garrot est en rotation et laté-flexion droite, l’épaule droite (la tête de l’humérus) en dysfonction cranio-latérale et ventrale. Le sacrum est en laté-flexion droite et rotation droite. Nous notons également une tension sur le diaphragme et un thymus dysfonctionnel cranio-ventral. Le muscle brachiocéphalique est également en dysfonction.

Un point est très réactif dans la région de l’épaule droite, près du point d’acupuncture GI15. Dès qu’il est stimulé, Valina se met à balancer la tête de bas en haut de manière systématique avec beaucoup d’amplitude, la stimulation du point controlatéral ne déclenche rien.

Schéma 1 : bilan ostéopathique Valina

Tout semble se concentrer sur l’axe occiput/humérus avec comme lien le muscle brachio-céphalique avec C4 en compensation. La relation au garrot par le muscle sus-épineux se poursuit au diaphragme par le fascia thoracique. Sacrum et occiput se répondent mutuellement. Le crâne est « serré » en réponse aux tensions sur l’occiput qui le soutient.

Traitement :

Le traitement se déroule en plusieurs phases : travail en myotensif des deux antérieurs en commençant par le gauche pour mettre la jument en confiance puis le droit pour commencer à libérer les tensions sur l’épaule ; travail en MRP sur le thymus. C1 et C0 sont corrigées avec une technique structurelle indirect par enroulement de l’encolure et pseudothrust. Un travail en crânien permet de soulager les tensions des membranes de tensions réciproques. Le sacrum est corrigé en indirect par la méthode des bras de levier. Aucune manipulation nous semble nécessaire pour le diaphragme et C4, ces dysfonctions nous paraissant secondaires dans la chaîne dysfonctionnelle.

La jument est apeurée en début de séance, mais se calme peu à peu au fur et à mesure des contacts. Finalement elle mâche, pousse un gros soupir et baille plusieurs fois durant la séance.

En fin de séance, le crâne est « ouvert », les dysfonctions ont disparu, le point sensible de l’épaule est encore présent mais dans une nettement moindre mesure. Les dysfonctions du diaphragme et de C4 ont disparu également.

Quatre jours plus tard les propriétaires nous appellent. Valina est mieux, ils peuvent passer le licol sans que la jument ne fuit la main et elle ne présente plus de secousses de l’encolure. L’allure au trot est plus fluide, l’encolure reste cependant encore un peu raide en fin de séance d’entraînement.

Juin 2013 : Valina est revue pour un contrôle. Il n’y a plus aucun problème de licol, le Trigger point n’est plus actif, il reste quelques dysfonctions, bassin peu mobile notamment, mais le crâne est libre. La jument est plus calme, plus posée.

Discussion :

La consultation de Valina nous a permis d’appréhender avec évidence le trigger point.

Le Trigger Point est défini comme étant une zone d’hyperexcitabilité dans un tissus qui, lorsqu’on lui applique une pression, est localement sensible, et, en cas d’hyperexcitabilité suffisante, donne naissance à une douleur et une sensibilité référée, des dysfonctions motrices, et parfois à des phénomènes neurovégétatifs référés et des troubles proprioceptifs. (Travell JG et Simons DG, 1993 ; Simons DG et coll, 1999)

Le point de tension peut alors être défini comme un point pathologique –absent chez un individu sain-, siège de contractions musculaires localisées, involontaires et prolongées. Il est à mettre en relation avec un dysfonctionnement dans le processus de la contraction musculaire.

Que nous raconte le point de tension de Valina ? Était-ce un mouvement volontaire d’évitement suivant une gêne provoquée par la pression d’un point sensible ou une réponse musculaire réflexe suite à cette stimulation. Rappelons que le point controlatéral était totalement insensible et que la stimulation du point de tension enclenchait systématiquement la réponse de Valina.

Valina exprimait seulement une gêne récurrente quand on lui enfilait un licol. Cette fuite était l’expression d’une tension dans la nuque que l’examen ostéopathique a confirmé, non seulement dans la nuque mais prolongé jusque dans le membre antérieur droit et le diaphragme. Le point actif sur l’épaule de Valina semble au carrefour d’une série de dysfonctions, comme un point alarme qui attire l’attention. On peut faire le comparatif avec le point alarme de la médecine chinoise (point Mu) qui signe un trouble de l’organe en relation, cependant le point actif chez Valina n’est pas un point Mu (point alarme selon la médecine chinoise situé sur la partie ventrale du corps) mais se rapprocherait du point GI15. Si l’on se réfère au traité d’acupuncture vétérinaire de Molinier, le point GI 15 est situé au-dessus du nerf brachial antérieur accessible après avoir traversé le muscle brachio-céphalique. Les indications sont les névralgies, rhumatismes de l’épaule, torticolis, contracture du muscle brachiocéphalique, raideur du cou, boiterie de l’épaule. Une observation anatomique se suffit à elle-même, mais le parallèle avec la médecine chinoise est intéressant, car il souligne les apports potentiels de cet autre médecine holiste. Ostéopathie et médecine chinoise peuvent se compléter dans l’abord global de l’être vivant et de son soin.

L’appel de Valina était clair, il fallait s’occuper du muscle brachiocéphalique et remonter jusqu’à la nuque. L’examen ostéopathique a confirmé ce que Valina exprimait de manière très claire, j’ai mal à la nuque, ne m’embêtez par avec un licol.

Conclusion :

Valina, une jument de 4 ans préparée pour l’endurance était depuis quelques-temps rétive à la pose du licol. L’examen ostéopathique a mis en évidence des fortes tensions dans la nuque qui se répercutaient sur l’épaule via le muscle brachiocéphalique. La tension de ce muscle s’exprimait notamment par la présence d’un point actif - Trigger point- lui-même correspondant à un point d’acupuncture bien précis le GI15, connu en médecine chinoise dans les problèmes liés au muscle brachio-céphalique et la nuque.

Bibliographie :

Molinier : Traité d’acupuncture vétérinaire, Editions Phu Xuan



Notez cet article
3 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 137 / 325066

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 5 - Exemples d’Ostéopathies  Suivre la vie du site La Dépêche Vétérinaire   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License