L’Ostéo4pattes

Guizmo : Une hydrocéphalie décompensée

cas clinique 1 pour le DIE d’Ostéopathie Vétérinaire, Dr Christophe Delorme
Créé le : lundi 18 avril 2016 par Christophe Delorme

Dernière modificaton le : mardi 18 avril 2017

A – Introduction

Guizmo est un chien mâle, né au printemps 2011, pesant 3,5 kg. C’est un chien croisé, recueilli dans un refuge à l’âge de 5 mois. Il est vraisemblablement issu d’un croisement entre un Chihuahua et une autre race de petite taille. Son crâne est très bombé, volumineux, en pain de sucre avec une grande fontanelle restée ouverte.

C’est un chien régulièrement suivi, en bon état d’entretien.

B – Anamnèse

Il souffre depuis son adoption de crises convulsives, trois ou quatre fois par an ; ses propriétaires n’ont jamais souhaité d’exploration ni de traitement de ces crises. Il a été soigné en décembre 2013 pour une lombalgie associée à une démarche raide des postérieurs : le traitement instauré (Méloxicam, Métacam©) a été efficace.

Il nous est présenté en janvier 2014 : les crises convulsives sont maintenant hebdomadaires, associées à un état d’apathie intermittent (désintérêt total pour son environnement), ainsi qu’à une parésie doublée d’une incoordination motrice (les antérieurs, en particulier).

C – Déroulement de la première consultation ostéopathique

Examen clinique allopathique :

Guizmo est présenté couché sur la table d’examen, totalement indifférent à son environnement. L’auscultation cardio-respiratoire est normale. Il se tient debout quand on le relève et le soutient. La proprioception est présente sur les 4 membres bien que ralentie. La nociception est présente. Le test de sautillement est impossible à réaliser, car Guizmo s’affale instantanément. Les tests de contre-poussée sont également impossibles à réaliser pour les mêmes raisons.

Au vue des symptômes ainsi que de l’apparence du crâne de Guizmo (1), l’hypothèse d’une dégradation d’un état d’hydrocéphalie compensée (2) est émise. Une autre hypothèse, traumatique cette fois, est également émise du fait du jeune âge (8 ans) du maître du chien qui souffre, lui, d’un syndrome d’hyperactivité. Un scanner en référé est proposé et refusé par les propriétaires essentiellement pour des raisons financières.

Nous proposons alors un suivi ostéopathique.

Examen ostéopathique :

Les dysfonctions crâniennes, méningées et sacrées sont prédominantes :

Dysfonctions crâniennes :

- dysfonction osseuse en flexion crânienne ; le crâne est figé, la symphyse sphéno-basilaire (SSB) est bloquée en flexion. Les deux temporaux sont en rotation externe avec une quantité de mouvement très réduite.

- Membranes de Tension Réciproque (MTR) : la faux du cerveau est en tension crâniale dans sa zone frontale d’insertion (crista galli). La tente du cervelet est en tension gauche et droite.

- Sacrum dorsal bilatéral.

- La FTM est très élevée.

- Liquide céphalo-rachidien (LCR) : les ventricules latéraux et le troisième ventricule apparaissent en tension. L’examen MRP du troisième ventricule est difficile, il apparait comme voilé.

- L’épaule droite est en flexion.

- Restriction importante du MRP cranio-sacré.

L’aggravation des crises convulsives quelques semaines après un épisode de lombalgie aiguë, associé à une tension globale des cavités encéphaliques avec augmentation de la FTM et restrictions globales des MRP crânien et sacré, permet de privilégier l’hypothèse d’une décompensation d’hydrocéphalie.

D – Traitement ostéopathique

Le traitement ostéopathique proposé se déroulera sur quatre séances espacées de 4 jours.

A chacune des séances, nous relancerons le MRP cranio-sacré. Le blocage en flexion de la SSB est traité en MRP, ainsi que les membranes de tension réciproque. La FTM est régulée en tissulaire à partir du sacrum, sans grand succès ; son abord crânial paraît plus efficace. Les tensions au sein du LCR sont régulées par une technique de déroulement du troisième ventricule (3).

Lors des deux premières séances, aucune modification n’apparaît en dehors d’une stabilisation de l’état de Guizmo.

Les deux séances suivantes apportent une diminution de la fréquence des crises convulsives ainsi qu’une reprise partielle de la station debout : Guizmo parvient à se tenir quelques minutes mais reste très vacillant.

Un traitement allopathique est prescrit : Vitamines B (Myo-Vityl©), Vincamine/Papavérine (Candilat©), associé à un traitement homéopathique (Silicéa 9CH).

Un système de suspension est préconisé (vaste sangle percée de quatre orifices pour les membres), afin de favoriser la reprise de l’activité tout en stabilisant Guizmo. Il est indispensable d’éviter tout accident ou frayeur intense causés par une chute.

E – Suivi

Nous resterons sans nouvelles de Guizmo jusqu’en août 2014. Son état s’est très progressivement amélioré après les traitements du mois de janvier ; sa démarche est devenue plus stable et les crises convulsives se sont espacées.

Guizmo est désormais vigile et attentif à son entourage bien que très fatigué. Les phases de jeu avec son jeune maître sont courtes (quelques minutes) et suivies d’un long sommeil profond.

Les consultations effectuées en août 2014, octobre 2014 et mars 2015 révèlent des tensions chroniques au niveau des MTR (faux du cerveau crânial et tente en tension à gauche), un MRP cranio-sacré peu ample associé à une FTM globalement élevée.
Ces consultations ont été systématiquement réalisées à la suite de crises convulsives importantes (en durée et en intensité). La résolution des dysfonctions a toujours permis une amélioration clinique dans les deux à trois jours. Un traitement à la vitamine B est prescrit en cure régulière un mois sur deux, associé à un traitement Silicéa 9 CH dix jours par mois.

F – Synthèse et discussion

L’absence d’imagerie permettant de corroborer les sensations ostéopathiques est frustrante pour le praticien.

Figure 1 : Vue dorsale du système liquidien du chien (4)

L’hydrocéphalie se définit comme une dilatation du système ventriculaire cérébral, consécutive à une augmentation du volume du liquide céphalo-rachidien. Le LCR est produit par les ventricules latéraux et la tela choroïda des troisième et quatrième ventricules (60 à 75%) ; le reste provient du réseau capillaire pariétal. Il circule globalement depuis les ventricules latéraux vers le canal central de la moelle épinière (4). Son écoulement se fait via le troisième ventricule et l’aqueduc de Sylvius jusqu’au quatrième ventricule ; il rejoint ensuite l’espace sous-arachnoïdien, et baigne la moelle et l’encéphale. Il est partiellement résorbé au niveau des villosités arachnoïdiennes.

Figure 2 : Représentation schématique de la circulation du liquide céphalo-rachidien (1)

Le traitement clinique classique de l’hydrocéphalie comprend deux volets :

- Un traitement médical avec usage de diurétiques osmotiques dans l’urgence pour réduire la pression intracrânienne et prescription de corticoïdes dont l’action permettrait de réduire la sécrétion du LRC (1).

- Un traitement chirurgical qui a pour but de dériver le LCR en excès dans les ventricules vers la cavité péritonéale (cathéter à valve). Ce traitement reste extrêmement difficile et coûteux à réaliser (1).

Il est intéressant de constater que les thérapies ostéopathiques fonctionnelles de régulation des tensions intracrâniennes ainsi que d’activation de la vidange des ventricules latéraux ont permis de maintenir Guizmo dans un état de santé compatible avec une vie normale à chacun des épisodes de décompensation de son hydrocéphalie. Même s’il semble évident que l’ostéopathie ne permet pas à proprement parler de guérir cette pathologie grave de l’encéphale, elle autorise cependant une gestion efficace des décompensations potentielles.

G – Conclusion

L’abord ostéopathique de l’état compensé/décompensé de l’hydrocéphalie de Guizmo permet de répondre de façon efficace (à ce jour, en tout cas), à la fois au problème de santé de l’animal, mais également à la gestion financière (scanner et chirurgie) difficilement supportable par ses propriétaires.

Bibliographie

1 – D. FANUEL – BARROT : Anomalies congénitales de l’encéphale. Encyclopédie vétérinaire, 1992, Neurologie 0700, 9p.

2 – B.F. HOERLEIN : Canine Neurology. W.B. Saunders Cny, 1978

3 – S. CAYRE : Le Déroulement du troisième Ventricule. fév. 2014, htt ://revue.ostéo4pattes.fr/spip.php ?article1361.

4 - A BOISSELEAU : La force de traction médullaire : étude bibliographique. 2012. Thèse de doctorat vétérinaire. P35.



Notez cet article






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 44 / 569371

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 5 - Exemples d’Ostéopathies  Suivre la vie du site K Cliniques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License