L’Ostéo4pattes

Happy : cervicalgie et traumatisme

Cas clinique n°5 pour le DIE d’Ostéopathie Vétérinaire, Dr Christophe Delorme
Créé le : vendredi 14 octobre 2016 par Christophe Delorme

Dernière modificaton le : jeudi 7 avril 2016

A – Introduction

Happy est une chienne Cavalier King Charles de trois ans, ovariectomisée, pesant 9 kg, référée en consultation ostéopathique par un confrère le 18 novembre 2013 pour douleur aigüe au toucher du crâne et de l’encolure.

B – Anamnèse

Cet épisode hyperalgique fait suite à une agression subie par Happy une semaine auparavant. Elle a été attaquée par un boxer, prise à la gorge puis à la tête, secouée et violemment plaquée au sol. L’examen clinique réalisé par nos confrères n’a révélé aucune blessure externe, les radiographies effectuées du rachis cervical sont normales.

Un traitement corticoïde (Prednisolone, Dermipred©) n’a donné aucun résultat.

Happy est référée pour avis ostéopathique avant scanner, une hernie discale cervicale ayant été évoquée.

C – Déroulement de la première consultation ostéopathique

Examen clinique allopathique :

Happy présente un bon état général. Sa démarche est ralentie, son dos est voussé et la tête est portée basse. Elle semble craindre le contact de la main ; toute tentative de caresse de la tête ou de l’encolure provoque une réaction de rétraction du cou, avec parfois émission d’un cri. La chienne semble alors se tétaniser.

On note une vive douleur à la pression des tempes, une photophobie semble présente mais reste difficile à évaluer.

L’examen du rachis révèle une cervicalgie basse à droite, une dorsalgie basse, une ankylose lombaire associée (contractures lombaires basses).

L’examen neurologique est normal, la proprioception présente sur les quatre membres.

Examen ostéopathique :

Dysfonctions crâniennes :

- SSB en latéroflexion droite et rotation gauche

- Frontal gauche en restriction de mouvement

- MTR : tente du cervelet gauche en tension et tente de l’hypophyse en torsion gauche
Le système limbique est en dysfonction : les amygdales en tension caudale ventrale latérale

Dysfonctions viscérales :estomac caudal dorsal médial, gros intestin caudal ventral médial

Dysfonctions rachidiennes :

- C0 ventrale à gauche

- C3 en ERS g

- C7 en FRS g

- Bassin : Sacrum en torsion DG, sacro-iliaque droite bloquée

Fascia :

- Tension globale du médiastin antérieur et moyen

- Coupole diaphragmatique gauche en tension

- Fascia iliaca en tension dans l’abdomen gauche

Autres dysfonctions :FTM élevée, restriction importante dans l’amplitude et asynchronisme du mécanisme cranio-sacré

La chaîne dysfonctionnelle proposée semble s’organiser à partir d’importantes tensions méningées autour d’une zone de densité en arrière de l’orbite gauche, qu’on peut supposer liée à la morsure subie au niveau du crâne.

Le segment cervical paraît contraint en torsion gauche par les tensions thoraciques gauches (diaphragme) et les tensions médiastinales relayées par le fascia trachéal.

L’excès de tension des méninges et de la moelle a pour conséquence un « grippage » du mécanisme cranio-sacré (1), ainsi qu’une compression vertébrale et discale globale.

Figure 1 : Mécanisme cranio-sacré en flexion. (1)

D – Traitement ostéopathique

Le traitement crânien entrepris (MTR en technique tissulaire et SSB en MRP) entraîne une détente sensible chez Happy en cours de consultation. Un test rapide permet de valider la disparition des signes de céphalée. Une libération des amygdales est également effectuée (MRP).

La normalisation des tensions abdominales (technique viscérale) permet de libérer la sacro- iliaque droite avec, pour conséquence, une diminution des contraintes lombaires que ce blocage induisait.

La détente du névraxe (méninges et MTR) en crânien est complétée par une régulation de la FTM et une relance MRP du mécanisme cranio-sacré. Un déroulé fascial des méninges depuis la sortie du grand trou occipital jusqu’au filum terminale est réalisé.

Happy est alors plus apaisée et détendue. L’abord du rachis cervical est, dès lors, possible : C3 et C7 sont traitées en structurel indirect ; bonne réponse pour C3, C7 reste verrouillée. Un déroulé fascial de l’antérieur droit permettra son déblocage.

Un traitement d’Arnica 9CH (3 granules deux fois par jour pendant 10 jours) associé à l’application de coussinets chauds sur l’encolure est prescrit. Un repos strict de 48 heures est préconisé avec, en particulier, interdiction des descentes (saut, escalier) pendant une semaine.

Un contrôle est proposé à quatre semaines.

E – Suivi

Nous n’avons jamais revu Happy. Quatre mois après la consultation, son vétérinaire traitant nous a informés de sa bonne santé, constatée à l’occasion d’une consultation vaccinale. Ses problèmes algiques ont complètement rétrocédé la semaine suivant les soins ; sa démarche est normale et son port de tête correct. Elle reste cependant craintive.

F – Synthèse et discussion

Le traumatisme est un motif fréquent de consultation ostéopathique. Happy nous a été référée pour une consultation avant examen complémentaire (scanner) du rachis.

Dans ce cas, nous pouvons évoquer deux types de traumatismes.

Un traumatisme physique avec, en particulier, des tensions crâniennes liées à l’impact violent de l’agression, mais également émotionnel avec dysfonction du système limbique.

Les lésions ostéopathiques rencontrées, en particulier l’asynchronisme cranio-sacré, associées aux circonstances de l’accident (agression au cou), ne sont pas sans évoquer la notion de whiplash, décrit comme un « syndrome complexe dans lequel les symptômes ressemblent à ceux d’un ébranlement du tronc cérébral » (2).

Ce syndrome est plus particulièrement décrit chez l’homme comme un transfert d’énergie en accélération ou décélération du cou. L’impact peut provoquer des blessures osseuses ou des tissus mous (whiplash injury) qui, en se transformant, mènent à des manifestations cliniques variées(3).

Il est regrettable de ne pas avoir revu Happy. En effet, si les soins ostéopathiques prodigués ont permis un bon rétablissement physique, les nouvelles obtenues décrivent Happy comme « craintive ». Un travail ostéopathique plus abouti et poussé des amygdales au sein du système limbique (centre des émotions) aurait peut-être pu améliorer le comportement et le confort de cette petite chienne.

G – Conclusion

Happy a été référée pour un syndrome algique cervical et crânial à la suite d’une agression intra-spécifique. Le soin ostéopathique a permis de régler ces troubles locomoteurs douloureux et d’éviter le recours à des examens complémentaires. Le suivi insuffisant du cas n’a pas permis un traitement plus complet et pertinent du volet psychologique résultant de cette agression.

Bibliographie :

1 – W.G. SUTHERLAND : ostéopathie dans le champ crânien. Sully, Vannes, 2011, p47.

2 – P.D ROCA : ocular manifestation of whiplash injuries. am ophtalmol 4 : 63-73, janvier 1972).

3 – W.O. SPITZER, M.L.SKOVRON, L.R. SALMI et al : scientific monograph of the Quebec Task Force on whiplash – associates desorders, Spine, 20, 7. 73 S. (1995).



Notez cet article
2 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 230 / 696803

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC