L’Ostéo4pattes

038 - dépêche vétérinaire du Samedi 12 janvier

Créé le : mardi 13 novembre 2007 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : dimanche 3 décembre 2017

L’ulcère de la cornée est une atteinte traumatique ou infectieuse (bactérienne ou mycosique) de la paroi externe transparente de l’œil.

- Elle se traduit par une vive douleur en particulier à la lumière,
- une opacité de la membrane cornéenne, plus ou moins creusée, plus ou moins neovascularisée.
- un larmoiement important.

Cette affection a souvent tendance à l’auto aggravation soit parce que la cause infectieuse persiste, soit parce que les polynucléaires neutrophiles qui migrent sur le lieu déversent des protéases qui attaquent même la cornée saine.

Les traitements actuellement pratiqués vont de :

- L’antibiothérapie (qui ralentit la cicatrisation)
- de l’atropine localement
- des AINS systémiques
- N acétyl cystéine
- mais surtout de l’anti-protéase comme l’EDTA qui selon le Dr Brooks [1] est la clé de voute du traitement actuel et permet de guérir 90 % des ulcères cornéens.
- des thérapies adjuvantes peuvent être l’instillation de sérum du cheval dans l’œil ou la greffe d’une membrane amniotique très intéressante en cas de desmetocele.

Certes....

Mais l’ostéopathie dans tout cela ?

Hercule est un superbe étalon comtois qui depuis plus de 15 jours maintenant est sous traitement pour un ulcère étendu de la cornée de l’œil gauche.

Les collyres sont à base d’antibiotiques , N Acétyl cystéine mais pas d’EDTA. Les résultats sont voisins de zéro : l’œil coule en abondance et reste fermé, la cornée est entièrement opaque, les vaisseaux cicatriciels ne sont pas encore apparus. L’ulcère est toujours bien visible même sans fluorescéine.

Le traitement décidé consiste en des séances d’ostéopathie régulières et une mise en box au noir 5 jours à l’exclusion de tout traitement local ou systémique.

La première séance d’ostéopathie est assez caractéristique puisque outres quelques tensions dorsales on retrouve une forte tension sur le tour de l’œil et "l’impression tissulaire d’un œil mou". Il est alors réalisé un travail sur les membranes de tensions réciproques (faux du cerveau et tente du cervelet). A la fin de la séance l’impression d’oeil mou a disparu. Au cours des séances suivantes de nouveaux tests et techniques seront réalisés sur cette zone pour "fignoler".

Le lendemain apparait un fort œdème palpébral. En deux jours, les vaisseaux cicatriciels commencent à apparaître. En une semaine l’œil s’ouvre même à la lumière et les écoulements se tarissent.

Il faudra encore une semaine pour une cicatrisation complète.

L’intérêt de ce cas est de mettre en avant deux principes chers à Still [2] :
- la règle de l’artère
- l’autoguérison

Certaines pathologies n’apparaissent que quand la vascularisation, l’innervation, la nutrition des tissus sont perturbées.

Et il suffit de pouvoir les restaurer pour que l’organisme se répare de lui même.

C’est là le rôle d’une séance d’ostéopathie de pouvoir restaurer l’équilibre des grandes fonctions jusqu’au niveau local.

[1semaine vétérinaire Du 12/11/07

[2fondateur de l’ostéopathie



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 113 / 621070

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 5 - Exemples d’Ostéopathies  Suivre la vie du site La Dépêche Vétérinaire   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License