L’Ostéo4pattes

42C - Le Centaure ? (rés)

Vérification D’une Hippo-Thèse…..
Créé le : dimanche 18 décembre 2016 par Ostéo4pattes-Vetosteo

Dernière modificaton le : dimanche 18 décembre 2016

Le centaure est une chimère de la mythologie grecque, mi-homme, mi-cheval. Les lombaires de l’homme se fondent entre les épaules d’un cheval qui remplace ses jambes. Par extension le centaure est un cavalier parfait qui est solidaire de son cheval et le cheval devient alors un appendice de l’homme qui le monte. Et en ostéopathie il devient tentant de penser que les chaînes dysfonctionnelles que nous étudions peuvent être continues de l’un à l’autre, ce fut d’abord l’objet d’un mémoire de D.O. et ensuite une vision clinique qui pose pour le cheval monté la question de l’intérêt de soigner le cheval sans s’occuper de son cavalier habituel.

Souvent, lors de consultations d’ostéopathie dans une écurie on se rend compte qu’un cavalier monte des chevaux qui ont des dysfonctions qui se ressemblent. La question se pose alors de savoir pourquoi, quelle relations peut-on faire et quelle attitude prendre ?

Est ce le travail et la façon dont il est exécuté ? Ou bien est ce plus profond que cela et d’une manière plus directe c’est le corps du cavalier et ses propres dysfonctions qui imposent des dysfonctions au cheval.

Dans un mémoire sur le centaure qui explore le sujet, il a été montré que théoriquement et grâce à ce qu’on appelle les oscillateurs neuronaux en particulier, les tensions du cavaliers peuvent théoriquement s’inscrire dans le cheval ou l’inverse.

Un article publié dans le 4Pattes résume cet aspect théorique.
- 36C - Oscillateurs Neuronaux, Isopraxie, Intersubjectivité, Empathie......(rés), 36C - Oscillateurs Neuronaux, Isopraxie, Intersubjectivité, Empathie......

2 Expériences

A) PREMIERE SERIE DE CAS (A) :

Ils répondent à la question :
- Si deux chevaux montés par un même cavalier ont la même dysfonction d’iliaque, qu’en est-il du bassin du cavalier ?

De par notre travail d’ostéopathe sur les animaux, appelés pour consulter un cheval, il est plus facile de prendre le problème dans le sens cheval - cavalier que dans le sens cavalier – cheval.
Il aurait été intéressant de prendre un cavalier montant de manière exclusive deux chevaux et de tester son bassin et ceux des chevaux afin de voir si la corrélation est intéressante. Mais prendre le problème dans l’autre sens, parce que les deux chevaux sont déjà en dysfonction de la même manière, permet de donner une valeur plus particulière au résultat trouvé chez le cavalier et d’avoir un résultat plus significatif sur un petit nombre de cas.

Critères de sélection des cas :
- Dans le cadre de consultations d’ostéopathie équine.
- Si et uniquement si, DEUX chevaux montés exclusivement par le MÊME cavalier
- Présentent une dysfonction quelconque du même iliaque.
- Le cavalier, s’il est d’accord, est alors testé afin de déterminer ses dysfonctions ostéopathiques.
- Ne sont pas inclus les chevaux montés par un même cavalier et ne présentant pas de dysfonctions iliaques ou des dysfonctions d’iliaques différents.
- Sur Six mois de recherche de tels cas, 4 cas seront trouvés sur un total de 730 consultations de chevaux : le plus souvent il n’est montré qu’un cheval à la fois, et régulièrement, les chevaux ont plus d’un cavalier habituel. Mais fréquemment, si ces deux conditions sont respectées on retrouve des dysfonctions homonymes.

Méthode :

- Les commémoratifs sont recueillis, sur les chevaux, souvent de manière imprécise car il est rare que le cavalier connaisse l’historique de son cheval comme il faut car les changements de propriétaire sont fréquents pour des chevaux achetés par des cavaliers faisant des concours un but en soi, condition fréquente pour qu’ils montent deux chevaux en même temps. Le cavalier ignore ce qu’il s’est passé au pré et ne se souvient pas de tout, c’est souvent « l’invention » de la dysfonction qui remet la chute en mémoire. Les commémoratifs seront aussi minimum chez le cavalier, celui-ci n’ayant pas demandé de consultation et le but n’est que de typer la relation bassin du cavalier/ bassin du cheval.
- Les deux chevaux sont testés dans leur globalité et en particulier le bassin dans le cadre théorique décrit au chapitre biomécanique, tests et corrections.
- Le cavalier est testé de la même manière. Parfois il peut être traité s’il le désire, mais ce n’est pas une obligation dans ce cadre, d’autant plus que souvent, il déclarera ne pas éprouver de gêne.

Premières conclusions :

Sur ces 4 cas, même si nous sommes conscients qu’il faudrait examiner beaucoup plus de patients pour que le résultat soit significatif, il apparaît que quand les deux chevaux montés par un même cavalier présentent une dysfonction du même iliaque, en se tournant vers le cavalier sur tous les cas explorés, on constate qu’il présente une dysfonction de l’iliaque opposé. Cette dysfonction est en diagonale par rapport à l’axe médian du centaure ainsi constitué. Ce qui nous rapproche des chaînes de dysfonctions classiques du quadrupède, qui présente souvent des dysfonctions couplées épaule/bassin côté opposé. Il apparaît par contre difficile d’aller plus loin dans la corrélation en comparant le sens des dysfonctions et leur qualité (adaptative ou primaire ; fasciale, musculaire ou articulaire).

C’est pour cela que nous avons repris une série de cas avec des critères d’inclusion moins sévères, afin de voir si nous pouvons aller plus loin dans la corrélation.

B) DEUXIEME SERIE DE CAS (B) :

Ils répondent à la question :
- Si un cheval monté par un seul cavalier présente visuellement un défaut dans la symétrie des mouvements du bassin à la marche, qu’en est-il du bassin du cavalier ?

Critères de sélection des cas :
- Dans le cadre d’une consultation d’ostéopathie équine.
- Si UN cheval monté exclusivement par UN seul cavalier, dans un travail régulier depuis plus de trois mois.
- Présente une dissymétrie du bassin dans sa démarche : ce critère facile a été retenu, un côté de la croupe qui monte plus haut que l’autre témoigne d’un défaut « d’élasticité » de ce dernier et signe régulièrement une dysfonction sacro-iliaque du même côté ou une rotation ipsilatérale d’une des lombaires les plus postérieures.
- Il est inclus dans l’étude si le cavalier est d’accord, d’être testé afin de déterminer ses dysfonctions ostéopathiques.

Sur deux mois de recherches de tels cas, 12 cas seront étudiés sur un total de 250 consultations de chevaux, mais par contre dans ce cas, d’autres chevaux auraient pu être inclus avec des conditions de consultations plus favorables et 5% ne reflète en aucun cas la prévalence des chevaux ayant une dissymétrie du bassin.

Méthode :
- Les commémoratifs recueillis, consistent uniquement à savoir si un traitement ostéopathique récent a déjà été effectué sur le cavalier ou sur sa monture, et la quantité de travail hebdomadaire effectuée.
- Des tests sont mis en place pour typer la dysfonction sacro-ilaque éventuelle, il est à noter que le sens de la dysfonction Sacro-iliaque ou ilio-sacrée, en première approximation ne nous semble pas être d’une grande importance, nous n’en avons pas tenu compte dans cette étude, ce qui semble important est que l’amplitude de l’articulation soit restreinte, ce que révèle très bien le test de sutherland.
- Test visuel, structurel, fonctionnel, fascial pour le quadrupède.
On en tire une conclusion quant à la sacro-iliaque du cheval et du cavalier, rapidement on détermine si d’autres zones corporelles de dysfonctions semblent importantes, elles ne seront pas testées précisément, mais restituent une globalité et peuvent donner un éclairage sur le système de fonctionnement conjoint du couple.
- Normalement seul le cheval est traité dans sa globalité sauf demande express du cavalier. Le résultat du traitement n’apporte rien dans cette étude sauf anecdotiquement.

C) ANALYSE DES RESULTATS :

De la première série de cas, il ressort :
- Si les deux chevaux ont une dysfonction sacro-iliaque du même côté, quelque soit son mode d’occurrence : aphysiologique traumatique, physiologique, ou adaptatif,
on retrouve alors une dysfonction sacro iliaque sur le côté opposé chez le cavalier. Cela permet de supposer que des chaînes de tension adaptatives passent bien du cavalier au cheval ou/et inversement, reste à comprendre le mécanisme qui permet cette transmission.
- On ne peut établir sur ces cas de relation systématique entre l’antériorité ou la postériorité de l’un et de l’autre. Une lésion d’infériorité pouvant apporter une lésion antérieure ou postérieure et inversement.
- On ne peut déterminer d’antériorité sur les dysfonctions d’un ou autre élément du couple, qui impose sa dysfonction à l’autre ?
- On ne peut non plus attribuer une dysfonction traumatique à une dysfonction traumatique, articulaire à une dysfonction articulaire, etc… une dysfonction de nature fasciale peut très bien correspondre à une dysfonction traumatique.

De la deuxième série de cas, il ressort :
- On retrouve 6 dysfonctions "droite" et 6 dysfonctions "gauche" chez le cavalier, systématiquement inversées par rapport au cheval sauf dans le cas N°12 où sur un fond d’adaptation inversé, un trauma important a donné une dysfonction du même côté, il est à noter que dans ce cas, le cheval refuse totalement le travail maintenant.
- On ne retrouve pas non plus de cavalier sans dysfonction de bassin avec un cheval sélectionné pour avoir une telle dysfonction, ce qui est à notre avis très important.
- Dans sept cas sur neuf une dysfonction antérieure du cavalier (la plus fréquente : 9/12) est accompagnée d’une dysfonction supérieure de la sacro iliaque du cheval, ce qui du point de vue biomécanique est dans la logique de l’homologie définie par Barrey, un iliaque antérieur d’un côté donne une postériorisation relative de l’autre côté que devrait suivre le bassin du cheval et prédisposer l’iliaque controlatéral à cette dysfonction plutôt qu’à une dysfonction d’antériorité. Il ne semble pas ici possible de déterminer si la façon dont est arrivée la dysfonction, son caractère articulaire ou fascial, son caractère primaire ou secondaire intervient dans le fait de l’inversion antérieur/supérieur ou postérieur/inférieur.
- Dans neuf cas sur douze, des dysfonctions de même nature se correspondent : trauma/trauma (1), articulaire/articulaire (6), fascial/fascial (2).
- Dans huit cas sur douze, le caractère adaptatif (5) ou non adaptatif (3) est similaire.

Sur les deux séries,
- On perçoit régulièrement des dysfonctions que je dirai homologues dans leur localisation et leur qualité et situées loin du bassin, que ce soit au niveau crânien, au niveau vertébral, au niveau viscéral (au niveau des membres, non rencontré de manière évidente dans cette étude).
- Il est aussi à noter ici une relation que l’on retrouve ici entre de vieilles entorses et fractures du bas des membres du cavalier avec certaines dysfonctions lombaires récidivantes.
- Séquelle d’entorse de cheville avec L4 dans un cas
- Fracture péroné tibia et L5 dans un autre cas.
Ce lien peu évident ici a déjà souvent été rencontré, en particulier chez un cavalier ayant eu une mauvaise fracture spiroïde de tibia et qui au fil des ans m’a fait consulter tous ces chevaux avec des dysfonctions de L4 récidivantes et s’aggravant avec le temps, malgré les traitements ostéopathiques jusqu’à ce qu’il accepte de laisser travailler un ostéopathe sur sa fracture.

D) DISCUSSION DES RESULTATS :

Cette étude est faite pour amorcer un début de discussion sur les relations de dysfonctions entretenues entre un cavalier et sa monture.

Nous avons vu que les dysfonctions de sacro-iliaque :
- sont régulièrement rencontrées à la fois sur le cheval et son cavalier, et quasiment systématiquement dans cette étude..


- Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : 42C - Le Centaure ?
- Et oui, désolé, pour vivre l’ostéo4pattes a besoin de l’énergie de tous y compris financière, c’est grâce à cela que l’ostéo4pattes fête ces douze ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit, nous vous demandons de participer...
- S’abonner à la revue simplement ( ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l’ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l’accès à toutes les archives est libre : S’abonner
- Acheter juste l’article en PDF, Attention, livraison manuelle par mail dont la rapidité dépend de notre disponibilité !!
Faites votre demande à rédaction chez osteo4pattes.eu
- Sommaire de ce numéro : N°42C - Décembre 2016 (res)



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 279 / 736735

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC