L’Ostéo4pattes

Force de traction médullaire, le cheval. (rés)

Créé le : vendredi 26 septembre 2008 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : samedi 2 décembre 2017

Dans un précédent article (Force de traction médullaire ( partie 1) (rés)), nous avons vu les bases anatomiques crâniennes, méningées et vertébrales, autour desquelles s’organise la Force de Traction Médullaire (FTM) qui s’exprime entre le cerveau et le filum terminale (insertion variable suivant les espèces). Le traitement chirurgical des excès de cette FTM a également été cité.
Dans les lignes qui suivent, nous aborderons les traitements ostéopathiques palliatifs de l’excès de FTM chez le cheval.

L’ostéopathie quand elle intègre le MRP, les techniques fasciales, les techniques tissulaires, la tenségrité, permet de soulager les tensions-pressions-tractions de l’organisme et de ces différents tissus. Le relâchement d’un tissu superficiel se répercutant de plan en plan vers la profondeur, en persévérant et en orientant le traitement, c’est bien aussi à la FTM que nous pouvons théoriquement avoir accès.

Mais dans ce cas sous peine de créer des lésions supplémentaires irréversibles, le traitement se doit de bien intégrer la notion de FTM élevée et de réaliser un traitement global pendant lequel aucune manipulation ne doit de manière directe ou secondaire augmenter la FTM même de manière temporaire.

► Le syndrome de Wobbler et la FTM.

Pour ce qui est du cheval, la première pathologie qui vient à l’esprit et qui pourrait bénéficier à être comprise de cette manière est le Wobbler ou mal de chien, c’est-à-dire une ataxie cérébro-spinale évolutive avec la croissance.

1. L’ataxie cérébrospinale du poulain, qu’en dit-on ?

Elle se traduit chez des poulains en croissance par une perte d’équilibre, des tremblements, de l’ataxie surtout des membres pelviens. Ces symptômes sont le résultat d’une sténose du canal médullaire qui peut être :

• Dynamique, en particulier par flexion ventrale. On trouve cette anomalie sur des chevaux jeunes (6 mois à 2 ans) et sur les vertèbres cervicales moyennes qui présentent des malformations des épiphyses des corps vertébraux, des facettes articulaires essentiellement.

• Ou statique avec déformation vertébrale forte (épiphyses, facettes, pédicules, ski jump, ligament dorsal et ligament jaune). Ici c’est plutôt sur les vertèbres cervicales basses (C5 à C7).

• Mais dans les deux cas les symptômes sont les mêmes : ceux d’une ataxie spinale avec démyélinisation des fibres proprioceptives. Elle atteint surtout les membres postérieurs (cheval dont l’arrière tombe).

L’origine de cette pathologie fait l’objet d’hypothèses :

• Génétique : vraisemblablement transmise par l’étalon, mais ce ne serait pas un modèle héréditaire simple.

• Alimentaire : trop forte croissance par apport excessif d’énergie ou manque de cuivre.

• Traumatique : trauma répétitifs. Mais rien de probant malgré tout.

Et en cas d’atteinte grave, l’euthanasie est souvent au bout à cause de la perte d’équilibre induite qui peut aller jusqu’à l’impossibilité de se tenir debout. Les symptômes sont souvent irréversibles dans leur globalité, même si on peut noter des rémissions et des crises qui correspondent aux poussées de croissance.

Ces animaux sont souvent écartés de leur avenir sportif et reproductif. Sauf en cas d’atteinte légère car à ce moment là, la découverte de la pathologie se fait quand on demande un effort soutenu et un équilibre sans défaut (obstacle, course de trot).

1. L’ataxie à la lumière des connaissances sur la FTM.

Si l’on reprend ce qui a été dit chez l’homme (B) à propos de la FTM,....

Pour lire la suite, vous pouvez vous abonner:
- Catalogue de l’Ostéo4pattes

Si vous l’êtes déjà, c’est ici:
- Article Complet



Notez cet article
5 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 402 / 706094

Suivre la vie du site re_su 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC