L’Ostéo4pattes

Reprise du travail ???

Créé le : vendredi 9 décembre 2011 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : vendredi 9 décembre 2011

bonjour,

Je vous est montré mon cheval "Adoré". Je viens vers vous aujourd’hui car j’ai plusieurs question au niveau de sa remise en route qui s’effectue demain.

Vous lui avez " remis en place" [1] :FTM +++ ; sacro-iliaque gauche +++ ( vers le bassin) D18 à 14, D8, C0 +++, palatin.

Voici mes questions :
- au début de sa rééducation dois je travailler bas ou plutôt haut et rond ?
- quand pourrais je lui demande à nouveau de pousser et passer les postérieurs dessous ?
- est il possible de le longer, si oui, d’ici combien de temps et avec quelque enrênement ( gogue, pessoa ) ?
- d’ici combien de temps pourra-t-il a nouveau sauter ?

J’attends impatiemment vos réponse car la pour le coup je suis perdue pour cette rééducation je ne sais pas du tout par quel bout la prendre ....

Signé Cavalière

Ce type de courrier souvent reçu, appelle de ma part toujours le même type de réponse.

Après une manipulation il est quand même bien de laisser le cheval tranquille 2/3 jours [2] puis de reprendre le travail tranquillement.

Mais comment ?

Quand bien même je serais cavalier émérite, quand bien même je serais moniteur patenté, un même exercice peut tel la langue d’Ésope être la meilleure ou la pire des choses selon comme il est fait.

Et je ne serais pas là pour vous voir faire et vous arrêter ou bien vous orienter. C’est un exercice que je fais parfois ici à la ferme sur notre carrière, mais c’est un exercice que je ne fais pas à l’extérieur. Aussi je ne me permettrai de vous donner aucun conseil équestre.

Si ce n’est celui ci qui s’appuie sur la physiologie de la dysfonction. Une dysfonction, celle pour laquelle je suis venu est en fait une contracture musculaire.

Ce qu’il faut comprendre c’est que plus on tire sur une contracture plus elle se renforce et plus on fait le mouvement inverse du mouvement difficile et plus on détend cette même contracture. Ce n’est pas aussi simple que cela, mais cette première approche est souvent suffisante pour comprendre ce que je peux faire à cheval ou à pied.

Un exemple :

- 1- mon cheval part au galop à droite facilement en cercle à droite, mais pas au galop à gauche. Cela signifie que le départ au galop à gauche lui demande un effort qui tire sur une ou des contractures [3] alors que le mouvement inverse départ au galop à droite détend ces mêmes contractures.

Je vais donc le travailler uniquement en galop à droite, cela va le détendre effectivement. Il ne faut pas craindre de le muscler de manière différentielle. Respecter l’équilibre du travail à gauche et à droite est une proposition vraie pour un cheval symétrique .... il n’a pas lieu sur un cheval qui fonctionne de manière dissymétrique. Au contraire vouloir dans ce cas faire du travail symétrique a tendance à renforcer la contracture et à augmenter la douleur. Pire avec certaines douleurs dorsales, certains chevaux se démusclent ... donc à l’opposé total de ce que je cherchais.

Et je travaillerai de cette façon tant que je ne le sentirai pas équilibré. Ceci est vrai en attendant que l’ostéopathe passe régler le problème, mais cela est aussi très vrai dans la période qui suit la manipulation, car au niveau nerveux il s’installe pendant quelques jours un yoyo entre les différents groupe musculaire qui changent tous les jours dans leur équilibre et il faut alors être d’autant plus vigilant que ce qui est vrai un jour peut être faux le lendemain.

Ceci est vrai pour une nuque bloquée [4] ou tout autre figure plus complexe.

Mettre gogue et enrênements est déconseillé pour la simple raison que cela rajoute des points de tension supplémentaire et inutile sur un cheval déjà en souffrance. Je ne conseille ces outils qu’avec parcimonie sur des chevaux symétriques et souples dans leur dos.

Ainsi je ne vais pas systématiquement chercher à travailler dos rond ou plat, tête haute ou basse, je vais travailler dans la position où le cheval se sent le mieux pour les mêmes raisons que précédemment. Je reprendrai le travail comme décrit habituellement pour détendre ou muscler quand le dos sera souple. Normalement 15 jours après la manipulation si tout va bien.

Quand j’aurais l’impression que les trois allures naturelles sont récupérées dans leur fluidité, je pourrai alors demander des exercices plus difficiles en me posant les mêmes questions que précédemment et en respectant les mêmes principes. C’est vrai pour demander une poussée plus forte des postérieurs , un appuyé, un piaffé, ou un saut selon votre programme d’entraînement.

Le temps de transition après une manipulation est éminemment variable et ne peut être déterminé qu’au cas par cas et en fonction de votre ressenti de cavalier. La plupart du temps c’est pour une quinzaine de jours ... mais cela peut être plus ...

Si pendant cette période vous avez programmé un cours particulièrement difficile, un stage ou un concours, rien ne le contre indique a priori ... vous devrez juste prendre une précaution fondamentale : pouvoir vous donner le choix des exercices ou bien vous donner le droit d’arrêter le cheval si vous ne le sentez pas bien quelque soit l’enjeu !!!

[1Ce terme est tout a fait impropre et ferait bondir un vétérianire, on ne remet rien en place, on détend les structures qui ainsi refonctionnent mieux. Mais l’usage veut que ce soit( un terme très employé

[2Selon ses habitudes : box ou paddock ou pré, mais ne pas en changer à ce moment là

[3en général dans le bassin ou les lombaires

[4le cheval ramène le naseau à plat vers moi quand je tire sur la rêne d’ouverture plutôt que de tourner la tête rondement



Notez cet article
2 votes



Portfolio




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 419 / 618177

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 1 - L’Ostéopathie Comparée  Suivre la vie du site Généralités Ostéo.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License