L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

C38 - Hernie discale cervicale chez le chien de petite taille.

Créé le : jeudi 4 décembre 2008 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : dimanche 3 décembre 2017

 Cervicalgie

Chez le chien de petite taille et surtout sur les races brachycéphales (entendez à nez court...écrasé), il est assez fréquent de voir un chien qui a mal au cou, dont on voit les spasmes musculaires sur le cou et les épaules, qui hurle si fort à chaque mouvement que le propriétaire en est exaspéré, désorienté, coupable ?

La pathologie sous-jacente est souvent une hernie discale cervicale (sauf tumeur, etc..) qui pourrait être mise en évidence par radio, par radio avec produit de contraste dans le canal rachidien, par scanner.

 Traitement

Le traitement est chirurgical si l’atteinte nerveuse est importante, sinon il vaux mieux s’en abstenir. Le traitement médicamenteux paliatif apporte quelque soulagement (les corticoïdes à faible dose, selon moi mieux que les Anti inflammatoires non stéroïdiens). Une minerve peu apporter un réél confort.

Mais au delà de cela il y a l’ostéopathie.... Et pour ce que j’en sais ici encore plus qu’ailleurs, la cervicalgie est le voyant qui signale l’usure des plaquettes, il conviendra donc de chercher les plaquettes et de les changer plus que de s’occuper du voyant.

Entendez par là que la hernie discale est le résultat d’un report de lignes de force corporelles inadéquat qui aboutit à une compression du disque qui finit par perdre son élasticité et éclater. La cicatrisation reste difficile tant que les dites forces continuent de converger vers le malheureux disque. Par contre il suffit de lever les tensions globalement pour que le lignes de forces corporelles reprennent leur position physiologiques. Le disque est alors instantanément soulagé et peu enfin entamer un reflux hors du canal médullaire, voire cicatriser s’il est déjà atteint dans son intégrité.

En cela l’ostéopathie couplée ou non aux médications habituelles apporte un réél plus dans le traitement.

 Les hurlements

Cependant les hurlements sont tels qu’ils stressent énormément le propriétaire et que ce stress se répercute en retour sur le chien. Il convient donc d’expliquer à ce dernier ce que signifient les cris dans ce cas là.

La première explication naturelle est la douleur provoquée par la hernie. Hors, foi de clinicien, une hernie lombaire ou dorsale ne provoque jamais tant de cris pour quoi ???

Le retournement d’estomac si douloureux qu’il en provoque un choc fatal, n’occasionnent jamais autant de cris. Alors pourquoi ?

C’est l’anatomie qui va nous fournir une explication qui me semble tout à fait opportune.

Cette hernie par irritation des nerfs provoquent souvent des spasmes musculaires visibles facilement à la moindre stimulation manuelle du cou. Hors dans cette zone il est un organe... le larynx, qui possède des cordes vocales et dont les contractions modulent la voix, le cri. Hors s’il y a spasmes réflexes musculaires superficiels visibles, il y a aussi sûrement spasme des cordes vocales qui se mettent alors à hurler.

Ainsi j’émets l’hypothèse étayée par des dizaines de cas observés que le hurlement entendu n’a aucune commune mesure avec la douleur ressentie, mais n’est que le résultat d’un spasme interne des cordes vocales déclenché par la stimulation exagérée des nerfs alentours.

Cette façon de regarder enlève la culpabilité au propriétaire qui souvent a peur que l’on pense qu’il maltraite son chien, qui souvent n’a pas de résultat intéressants avec le traitement institué. Et lui permet de penser qu’il peut le traiter comme un spasme : massage transverse très lent et profond, ce qui lui permet d’être actif pendant la crise.
Cela permet aussi plutôt que de penser qu’il a mal et qu’il en a "encore fait une", de compter les intervalles entre les crises et leur durée pour constater que amélioration ne signifie pas : "pas de crise", mais crises qui s’espacent dans le temps et qui durent moins longtemps.

Ensuite reste à laisser l’ "autoguérison" chère à Still s’installer... et très souvent en quelques séances, la rémission est au bout.

Ainsi Stiche depuis un mois Hurle, présente des spasmes cervicaux, boite peu mais reste prostré. Aucun diagnostic d’imagerie n’est posé, les propriétaires refusant de voir pour voir et ne pouvant pas financièrement opérer derrière.

Il est référé pour une consultation d’ostéopathie, dont le résultat est le suivant :

Le point de tension principal se trouve être sur la cicatrice de la caudectomie exécutée à la naissance chez ce bouledogue Français. La cicatrice devant prendre et perturber l’insertion du filum terminale.

L’autre partie tendue est le diaphragme thoracique.

La hernie est estimée se situer entre C4 et C0, mais elle ne sera pas l’objet principal du traitement.

Ce sera la queue et le sacrum, d’ailleurs en en parlant la propriétaire se rappelle que "depuis toujours", le chien était très sensible à la caresse dans cette zone.

Le traitement est très apprécié : Bâillements forts, somnolence. Ensuite la démarche semble plus fluide.

  Conclusion

Ce cas n’est qu’un cas parmi tant d’autres, avec toujours la même constatation : l’origine de la hernie est ailleurs dans le corps et très antérieure dans le temps. Le traitement doit remonter à la source.
Les hurlements pour spectaculaires et angoissants qu’ils soient doivent être remis à leur vraie valeur : des spasmes réflexes...et non un signe de douleur.

Nom race siège hernie Symptômes Durée Pathos dysfonction primaire rémission, durée
sthiche bouledogue français C4/CO hurlements,spasmes 1 mois cicatrice caudectomie  ?
* * * * * * *
votre cas ajoutez le cliquez sur répondre à cet article dessous !


Notez cet article
6 votes



Mots-clés

forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 17747 / 774020

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC