L’Ostéo4pattes

Premiers pas... en Communication Intuitive (CI)

Créé le : dimanche 31 juillet 2011 par Hélène Leray

Dernière modificaton le : jeudi 29 décembre 2011

Que ce soit aux Rencontres, au stage de tissulaire, mais aussi aux séminaires IMAOV de la part des bizuths, m’a souvent été posée la question suivante :
"comment ça fait la CI/les "perceptions d’être" ? Comment as-tu commencé en
CI ?"

Alors je me suis dit que ce serait peut-être une idée de répondre à cette question récurrente par les petites histoires de mes découvertes en CI. Voici la première.

Juillet 2009. J’ai quatre séminaires ostéo derrière moi. C’est le dernier jour de mon stage chez Jean-Claude, dont je suis religieusement les pas. La veille, j’ai eu l’impression de sentir sur moi une douleur de l’animal, mais je me suis sûrement trompée... D’ailleurs, ayant été traitée en ostéo le jour précédent, je suis fatiguée et courbaturée de partout.

Nous arrivons chez une cliente où nous attendent 4 chevaux. Jean-Claude commence sa consultation sur Gaïa, une jument tranquille. Mais moi, je ne suis pas en état de poser les mains. Ni même de suivre. Pas en état, pfff, journée perdue, gâchis, je ne vais être qu’une stagiaire-boulet, honte.

Ailleurs. Je regarde les mouches voler.

JC émerge de l’autre flanc de Gaïa et demande :
- Qu’en penses-tu ? C’est fini ?

J’atterris.

- Quoi ?
- La consultation ? J’ai fini ?
-  ????? Comment veux-tu que je le sach.......

Je suis coupée par une violente douleur à la base du cou. Je n’avais pas mal la seconde précédente.

- euh... j’ai mal là... dis-je en montrant mon point de douleur sur moi. Peut-être c’est elle ?

Jean-Claude se replonge dans la jument.

Je m’interroge... "C’est où d’ailleurs le "là" en question ?"

"OMO-TRANSVERSAIRE" me suis-je répondu avant même d’avoir fini de penser ma question.

 ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?

Comment ça "omo-transversaire"...

 ? ? ?

ça veut dire quoi d’abord ?

 ? ? ?

Comment je sais que c’est l’omo-transversaire ?

Je suis nulle en anatomie. Zéro pointé. Je hais l’anatomie. L’anatomie m’a fait redoubler ma 2e année d’Ecole malgré mes efforts, je n’ai pas la mémoire pour cela. 12 ans après, je ne lui ai toujours pas pardonné. L’anat, c’est moche et ça empeste.

...

Comment je sais que c’est l’omo-transversaire ?

 ? ? ?

D’abord, c’est où le muscle omo-transversaire...

 ? ? ?

(Je n’ai alors même pas retenu de mes études véto que le terme omo- se rapporte à l’omoplate. Je pourrais très bien placer l’omo-transversaire dans mes fessiers. Je n’ai pas prononcé ce mot-là depuis 12 ans. Mieux, je ne suis même plus sure que ce nom existe.)

Jean-Claude ayant l’air bien concentré sur le cheval suivant, je tente une approche discrète vers l’endroit où j’ai posé ma pochette dans laquelle je trimballe quelques planches d’anat version labo.

- Tu cherches quelque chose ?

Zut, repérée. Quoi dire ?

T’affole pas, contrôle, il ne va pas te manger.

D’abord il le sait déjà que tu es nulle en anat. Un peu plus, un peu moins.... Et puis, trop besoin de savoir !

- ..... l’omo-transversaire, c’est bien un muscle ? il s’attache où ?

JC lève un sourcil, l’incongruité de la question ne lui a pas échappé.

Son regard m’interroge sur son pourquoi, mais je n’arrive pas à dire un mot de plus. Le mien doit juste le supplier de répondre sans m’en demander davantage. S’il te plait, rigole pas.

J’ai la sensation d’être au bord d’un précipice.

...

Il fait un pas, ouf, il a compris, il s’approche, gentiment m’explique, me montre ses insertions sur les planches.

Donc non seulement ce truc existe, mais en plus à l’endroit où j’ai eu mal. Sauf que j’ignorais tout cela quand j’ai pensé à ce mot.

Y’a quelque chose qui cloche.

Ça ne va pas, ça ne tourne pas rond, ce n’est pas logique.

Je ne connais pas l’omo-transversaire, je n’ai pas pu penser à ce mot, je n’ai pas pu savoir que ma douleur concernait ce muscle.

Mes jambes flageolent, les larmes montent, en même temps que la panique. Je suis tout juste bonne à répéter "ce n’est pas possible, ce n’est pas possible, ce n’est pas possible..."

C’est le vertige.

Jean-Claude m’assoit.

Avec douceur, il attendra patiemment que je lui bredouille pourquoi "omo-transversaire" me fait un tel effet. Il m’écoute, ne dit rien, mais m’offre un verre d’eau.

Je reprends peu à peu mes esprits alors qu’il retourne aux chevaux.

Quelques minutes plus tard, il se tourne vers moi, et me dit avec un sourire réconfortant :

- La jument est allée chercher la réponse dans tes souvenirs.

...

...

...

Ah.

...

...

...

Fichtre, elle a dû chercher profond.

...

...

...

Merci Gaïa, Terre-mère. Ce jour-là, tu m’as ouvert un monde.

Merci au catalyseur JCC d’avoir rendu cette alchimie possible...



Notez cet article
2 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 404 / 494543

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 1 - L’Ostéopathie Comparée  Suivre la vie du site Histoire et Philosophie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License