L’Ostéo4pattes

Editorial

Créé le : samedi 28 janvier 2006 par Ostéo4pattes-Vetosteo

Dernière modificaton le : vendredi 8 juillet 2011

C’est avec plaisir...et peu de moyens que sort ce premier numéro d’ostéopathie comparée. Nous avons revu nos ambitions premières à la baisse, nous nous en excusons, L’ostéo4pattes sera Semestriel et non trimestriel dans un premier temps, pas trois cahiers mais un seul, pas de mise en page peaufinée mais : partons petitement et nous verrons bien si nous arrivons à la maturité.

Avant toute chose il est bon de se demander pourquoi nous éditons cette revue ?

C’est assez simple, dans un environnement médical où faire de l’ostéopathie sur les animaux ne va pas de soi, où très peu d’écrits existent, il est très dur de profiter de l’expérience d’autrui et que ce soit par le site Internet ou par cette revue l’équipe de vetosteo espère relier entre eux ceux que l’ostéopathie sur tous les vertébrés intéresse. Le but sera donc de faire partager notre expérience et d’apprendre par d’autres ce qu’ils ont à nous communiquer. En un mot renvoyer ce qui nous a été donné par nos professeurs en espérant voir grandir cette façon de soigner qui nous émerveille tous les jours et disons le espérer ne plus voir utiliser les médicaments et examens complémentaires quand d’autres méthodes moins onéreuses peuvent largement faire l’affaire, voire être plus efficaces...

Avec quel cadre ?

En rappelant le cadre légal d’exercice de l’ostéopathie en France, mais en accueillant tous ceux qui ne sont pas dans ce cadre, nous recevrons avec plaisir leurs expériences et questionnements. Peut être ces échanges aideront à nouer le dialogue et à terme clarifier la situation actuelle. En effet celle-ci est le résultat du non investissement des vétérinaires ayant droit dans l’ostéopathie, Elle est déplorable et laisse le champ libre à beaucoup d’abus mais aussi à beaucoup de foisonnement d’idées. Il nous faudra donc bien nous pencher sur le problème et retrouver des règles plus souples mais qui incitent aussi à une formation et une ostéopathie de qualité.

Et quels mots pour le dire ?

Soyons clair le titre fait sérieux...trop. Nous ne sommes pas des gens sérieux. Nous allons parler de l’actualité de l’ostéopathie, ce sera espérons-le un lieu de débat animé mais respectueux. Eric Degen ouvre le débat avec une chronique de la mauvaise humeur. Nous allons essayer d’expliquer aux propriétaires ce qui fait l’intérêt de l’ostéopathie, et où la placer dans le discours médical habituel.Ainsi dans ce numéro quelques cas cliniques et un article sur la relation ostéopathie et médecine, quand utiliser l’une ? Et pourquoi pas l’autre ? Et enfin des articles de fond pour partager nos façons de voir et de faire.

Scientifiques les articles ?

Nous n’essaierons pas de faire de la science à la petite semaine, et cela pour deux raisons principalement. La première est que même si nous essaierons d’expliquer l’ostéopathie par rapport à la médecine classique, car il nous semble important de la voir comme un complément de la médecine académique, nous n’avons ni budget ni salaire de scientifique et notre seul travail est de soulager les patients sous nos mains. Nous nous ferons malgré tout écho de tout ce qui peut rattacher l’ostéopathie à la science. Vous verrez que malgré tout il nous semble que la vision biochimique et morcelée du corps imposée par le discours scientifique actuel ne nous convient pas du tout et que cette science devrait élargir son champ de vision à la biophysique de manière beaucoup plus conséquente et convaincante. La deuxième raison est que l’ostéopathie (ou la chiropraxie ou l’étiopathie d’ailleurs) est un art avant d’être une science et que même si on apprend les qualités chimiques des pigments en peinture il faut bien en venir à parler, réalisme, cubisme et pointillisme et à ce titre chaque ostéopathe aura une vision de l’ostéopathie différente et bienvenue. Et les mots pour la décrire seront plus proches de la poésie que de la science. Il faudra donc bien séparer l’explication de l’ostéopathie de la façon de l’apprendre ou de la faire. Dans cette dernière, le lyrisme sera partie intégrante et non artéfact ou placebo à jeter...

Qui écrit, dans quelles conditions ?

Ecrit qui veut..... Nous faisons appel à toutes les bonnes volontés, tous ceux qui ont quelque chose à dire sur ce vaste sujet. Que vous soyez novice, client utilisateur, ou bien ostéopathe, vétérinaire, etc.....n’hésitez pas votre expérience intéressera toujours quelqu’un. Les textes sont soumis, lus par les abonnés à vétostéo (15 ostéopathes actuellement [1]). Les textes ne sont pas corrigés dans le fond, cela reviendrait à orienter votre façon de voir et à donner des leçons ce que nous ne permettrons pas. Tous les commentaires obtenus seront mis à part dans des encadrés : Verts pour les petits textes obtenus par mail et qui éclairent le sujet. Roses pour les commentaires et interrogations du comité de lecture, pour montrer la variété des façons de voir. Les médecines manuelles sont multiples et simplifier les desserviraient.

Bonne lecture.

[195 en Juillet 2011



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 90 / 738438

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC