L’Ostéo4pattes

La Peau a t’elle une Mémoire ? (rés)

A Propos de Trois Cas Cliniques
Créé le : dimanche 20 mai 2018 par Ostéo4pattes-Vetosteo

Dernière modificaton le : dimanche 20 mai 2018

CAS CLINIQUES :

Ils sont au nombre de trois :

Cas clinique n°1 :

Une jument espagnole de 7 ans destinée à la monte de dressage. La nouvelle propriétaire désirait un soin ostéopathique car la jument était très raide à gauche.

L’examen ostéopathique a montré des dysfonctions au niveau des jarrets, de la sacro-iliaque droite, du dos, du temporal droit et des épaules.

Au toucher de l’épaule gauche, sans intention autre que de poser la main, la réaction de défense de l’animal a été violente.

La propriétaire relate qu’il lui est impossible de caresser ni panser l’animal à cet endroit même avec une brosse douce.

Cas clinique n°2 :

Un chien labrador mâle de 9 ans adopté à la SPA qui ne supporte pas d’être caressé sur la tête.

Il supporte une ou deux caresses puis se met à grogner et mord si la personne insiste.

Il est par ailleurs très gentil, pas du tout dominant mais les propriétaires sont toujours inquiets de sa réaction face à des personnes étrangères qui invariablement vont au contact du chien sur le crâne.

L’examen ostéopathique a montré de nombreuses dysfonctions : crâne évidemment avec une réaction de défense juste au contact de la main, bassin, genou et coude droit thorax et cervicales et épaules.

Cas clinique n°3 :

Une chienne de race commune de 11 ans abandonnée à la SPA, très gentille mais qui ne peut être mise à l’adoption car elle ne supporte pas qu’on lui touche le dessus du train arrière au niveau du sacrum. Une simple caresse à cet endroit provoque immédiatement une réaction de morsure.

L’examen ostéopathique montre des dysfonctions des 2 sacro-iliaques, des lombaires, des hanches (avec suspicion d’arthrose) des cervicales, du crâne, des épaules.

APPROCHE OSTÉOPATHIQUE :

Une interrogation kinésiologique au MRP de ces 3 animaux a fait apparaître en cause primaire des dysfonctions émotionnelles.

C’est donc ce qui a été traité avant toute autre manipulation. Le traitement a été réalisé sur le thorax des 3 animaux en ostéopathie tissulaire somato-émotionnelle selon la méthode TRICOT.

A aucun moment, le traitement primaire n’a porté, même en projection mentale sur les zones sensibles.

De la peur principalement a été trouvée comme sentiment bloqué au niveau des organes et enlevée en même temps que la libération organique.

Tous ces animaux ont relaté des maltraitances d’origine humaine et masculines.
Les coups ayant été portés très précisément sur les zones intouchables : l’épaule gauche pour la jument, la tête pour le chien, les fesses pour la chienne.

Après avoir trouvé l’origine de la maltraitance, j’ai demandé à chacun de ces animaux de pardonner à la personne maltraitante puis de l’oublier.

Chaque animal était consentant.

Le traitement ostéopathique s’est poursuivi en tissulaire sur les dysfonctions articulaires et organiques sans aucun problème.

Les zones sensibles ont pu être touchées et manipulées sans aucune réaction de défense.

RÉSULTATS :


- Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : 48B-La Peau a t’elle une Mémoire ?
- Et oui, désolé, pour vivre l’ostéo4pattes a besoin de l’énergie de tous y compris financière, c’est grâce à cela que l’ostéo4pattes fête ses Treize ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit comme écrit, nous vous demandons de participer...
- S’abonner à la revue simplement (Pour la lire sur le net mais ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l’ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l’accès à toutes les archives est libre : S’abonner
- Sommaire de ce numéro : Osteo4pattes 48B - Mai 2018



Notez cet article
1 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 107 / 704771

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC