L’Ostéo4pattes

Le méridien de l’estomac

Créé le : vendredi 9 mars 2018 par Severine Deretz

Dernière modificaton le : vendredi 30 juin 2017

Je reviens à l’instant des Rencontres Osteo4pattes 2017. Mais je suis partie un peu vite, je n’ai pas pris de temps de saluer tout le monde. Je n’aime pas les au revoir, certainement ce vieux trauma émotionnel de quand j’avais 3 ans. Vous savez, l’intolérance au blé.

Pourtant, le cœur y était mais pas... l’estomac.

J’ai passé deux jours à m’interroger, tendue sur mon méridien vrillé en forme de ?

Oui, j’étais estomaquée car tout était parfait. Même pas parfait d’ailleurs, plus que parfait ! Tout ! Du moins pour les présents.. Joyeuse troupe mais petit groupe. Je ne comprends pas.

Mais où sont passées ces myriades d’étudiants en ostéo ? Où sont les praticiens ? Les vétos ? Les véto-ostéo ? Les non véto et même les non-ostéo ? Chacun avait sa place, ça n’a pas de sens. Qu’y avait-il en trop ou en moins qui puisse mériter tant d’absence ? Peur de la différence ?

Oui, il paraît que les gens ont peur, qu’en ces temps de doute et de torpeur, chacun protège sa chapelle. Il paraît même que certaines écoles ont interdit à leurs élèves de participer à ces journées. Effet décrets ?

Patrick a conclu ces rencontres en nous disant qu’il était fatigué. Mais tu m’étonnes qu’il est fatigué !! ça fait quoi, 13 ans qu’il tient tout à bout de bras ? Qu’il tire la locomotive pour que tous ces gens (nous !), puissions profiter du paysage, assis chacun dans nos wagons. Effet Macron ?

Pourtant, le temps s’est étiré autours de ces trois petites journées car nous étions exactement là où nous devions être, au cœur des possibles, là où tout prend son sens. C’est ici que tout commence et que tout finit. C’est ici que nos doutes se dissipent nos et que nos idées émergent. C’est Le lieu et Le moment pour apprendre, pour partager, se questionner ou présenter nos travaux, nos techniques. Il n’en existe pas d’autre, c’est le nôtre !

En deux jours, j’ai... amélioré ma palpation en tissulaire, j’ai profité des soins de Gérald entre deux tranches de pastèque et un soda prodigieux. J’ai redécouvert les astragales de notre enfance, j’ai été profondément émue en écoutant Eric nous parler de ce qu’il savait faire, j’ai appris à utiliser mes membres fantômes à l’instar des amputés, j’ai mangé des salicornes et bu du café sans sucre, j’ai entendu parler de trucs toxiques, magiques, magnétiques, poétiques (pas trop, juste ce qu’il faut).

J’ai aussi vu un oiseau dans un ballon, des visages peints en bleu, j’ai entendu des enfants gazouiller, des accents québécois, suisse, normands, timides et tarnais se mélanger aux chants diphoniques...

Deux petits jours pour découvrir, pour expérimenter et s’entourer de personnes aussi compétentes que bienveillantes. J’ai encore découvert des techniques incroyables et surtout, j’ai profité de ces rencontres qui font terriblement du bien.

Des rencontres prodigieuses mais nécessaires. Celles d’où peuvent émerger les soins et la science de demain, seuls capables de nous tirer d’affaire quand nous n’aurons plus rien : ni ressources, ni réponses...

Voilà, je suis partie en ruminant mes salicornes, je ne savais pas quoi ou comment dire au revoir et surtout comment formuler ce MERCI qui me tordait l’estomac ! Merci à Patrick et à tous ceux qui en dépit de la fatigue, du découragement, des absents, ont quand même réussi à mobiliser cette énergie incroyable pour organiser ces rencontres 2017.

C’était génialissime (je crois que c’est le contraire d’abomifreux ) et le truc fou, c’est que c’était rien que pour nous...rien que pour vous...

Séverine



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 123 / 713363

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC