L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

073 - dépêche d’avril 2010

Troubles de croissance, une correction globale est toujours nécessaire.
Créé le : jeudi 8 avril 2010 par Stephan Cayre

Dernière modificaton le : jeudi 7 décembre 2017

Un jeune teckel âgé de 4 mois est présenté à la consultation pour difficultés ambulatoires.

Depuis quelques jours, ce chien préfère rester assis, il présente un dos voussé. Son comportement est par ailleurs normal (jeu, alimentation, etc.).
La propriétaire le fait suivre régulièrement par un confrère traitant et l’animal est correctement vacciné et vermifugé. L’alimentation est adaptée.
Afin d’éviter les prises d’AINS proposés, le chien est orienté vers une visite en ostéopathie.

L’examen classique est bon, même si le chiot reste calmement assis sur la table de consultation (photo n°1).
L’examen ostéopathique révèle un certain nombre de dysfonctions, dont les plus importantes se situent sur l’articulation sacro-iliaque, la jonction dorso-lombaire et l’os maxillaire gauche.
La dysfonction du maxillaire gauche fait rechercher des anomalies dentaires, la malposition d’une canine déciduale est alors évidente (photo n°2).
Il est décidé de tenter un traitement uniquement ostéopathique dans un premier temps, qui s’effectue immédiatement dans la foulée par des techniques classiques myotensives et fasciales vu le jeune âge du chien.

L’animal est revu deux semaines plus tard, avec un tableau dysfonctionnel parfaitement identique ! Il est alors réalisé l’exérèse de la canine inférieure gauche (photo n°3) avant de recommencer le traitement manipulatoire.

La visite de contrôle à 3 semaines montre un chien qui se tient parfaitement (photo n°4), et dont les dysfonctions ont disparu.

Ce cas clinique illustre l’importance de l’implantation dentaire lors de la croissance d’un chien.
Le vétérinaire se contente trop souvent de traiter la malposition, par retrait de la dent ou par des techniques d’orthodontie plus complexes si cela est préférable.
Il ne doit pas oublier le lien fondamental entre croissance du crâne osseux et croissance générale. La relation fasciale et conjonctive qui unit tout l’organisme nécessite une prise en compte globale systématique. En l’omettant, le praticien laisse l’animal dans une situation tensionnelle qui perturbe la croissance et aboutit à des structures bio-mécaniquement imparfaites, donc potentiellement pathologiques.

Ici encore, les techniques ostéopathiques permettent de régulariser des dysfonctionnements morbides, souvent bien avant que les analyses d’imagerie usuelles les objectivent. Il est donc impératif de ne pas omettre cette étape vers la guérison de nos patients.

Une nouvelle session de cours d’ostéopathie démarre à L’école nationale vétérinaire de Nantes en Septembre 2010 pour tout renseignement :
- http://www.nantes.osteopathe-veteri...



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 99 / 777073

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC