L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Les cinq points de Still

Créé le : jeudi 13 décembre 2018 par Cyril Clouzeau

Dernière modificaton le : mercredi 2 janvier 2019

À tort ou à raison, pour clore cette dernière saison,
Je vais, en toute simplicité remercier un individu,
Qui toute sa vie, par passion et combat, en l’ostéopathie a cru,
Pour la rendre publique, sur son site devenu notre maison.

L’Ostéopathie, essentielle médecine, doit en 2019, se poser cinq questions :

La première : Est-ce que l’ostéopathie fonctionne, soigne et soulage ?
Vous connaissez tous la réponse évidement positive, quel que soit votre âge.

La deuxième, est davantage focalisée sur son adresse et ses indications :
La réponse est tout aussi simple, il s’agit juste d’une autre soignante dimension,
C’est pas le syndrome qui prend l’homme, mais l’homme qui prend le syndrome.

La troisième, plus subtile : Quand faut-il agir ? En ostéopathie, tout est question de temps.
Et n’attendant qu’il soit trop tard, il faut penser notre ostéopathie première et préventive.
L’argumenter avec expérimentations, penser ses lois et la dysfonction, comme une initiative,
Un facteur de risque à étudier, un modèle à actualiser, un cadre pratique avec recommandations
De bonnes pratiques, et de vrais consensus intersubjectifs pour répondre aux deux dernières questions.

La quatrième est : Combien, ou Comment l’ostéopathie fonctionne ?
De son histoire à ses fragiles fondements, rien n’est sûr, même la perception.
Car ce que je montrerai dès demain, c’est que l’incertitude est une subjective garantie,
Puisque par expérimentations des deux mains, moins l’on sait, mieux l’on sent : le réel est servi.
C’est la conscience de l’incertitude raisonnée qui nourrit la qualité de la perception.
Plus on doute, plus on est précis, et l’expérience n’apporte que confiance et ambition.
La cinquième, est la plus difficile de toutes, car c’est un doute et c’est un pourquoi…
Pour quoi lever le voile du flou sur un réel pratique, ni vrai ni faux ? Pourquoi percevoir le réel ?

Si la première convoque les essais cliniques, l’EBM, Les PHRC et les méta-analyses,
La deuxième appelle les récits de consultations, en une ethnologie des pratiques,
Que la troisième complète par une réflexion de groupes, de consensus en Flag ou balises précises,
Pour proposer avec la quatrième, des recommandations de bonnes pratiques cliniques,
Et penser répondre à la cinquième qui convoque, comme toute, mais plus encore, la philosophie.

Nous tous, ensemble, pour une ostéopathie, issue de la recherche et de son histoire,
Que nous voulons garder pure, mais aussi évaluer, en la fondant sur le réel,
Nous devons oser la transdisciplinarité des méthodes pour regarder notre art,
Avec précision, concision, mesure et méthode, et les sciences relatives pour un savoir
Partageable avec les acteurs de soins, par l’étude des pratiques des groupes de supervision,
Qui vont livrer leurs modèles, leurs injonctions, et leurs propositions ni déductives, ni inductives,
Car l’ostéopathie est complexe et se pense autrement que par réduction.

Car l’ostéopathie n’est pas un commerce, et doit se doter d’une déontologie claire et d’un paradigme efficient.

Alors, en ce 13 décembre 2018, c’est ce que je crois en cinq points, cinq questions, cinq exercices de style.
Cinq raisons de vouloir une ostéopathie clinique, cohérente, raisonnée, logique et unie.

Car ni viscéral, ni crânien, ni tissulaire ni ostéo-articulaire, ni biodynamie
Ne peuvent rendre compte de son effet humain global, puisque le tout de cette autre médecine,
Est bien plus que la somme de ses parties, de ses gestes personnels et techniques, car elle est
Existentielle et complémentaire, clinique et relationnelle, éthique avec tact, et touche avec connaissance,
Précision, disponibilité, bienveillance et justesse, non malfaisance et justice, le cœur de tous les hommes.

Cyril, Ostéopathe ravi de l’être.



Notez cet article
2 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 76 / 792101

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC