L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

L’histoire d’O’Malay

Une anomalie de la 5ème lombaire
Créé le : vendredi 16 novembre 2018 par Jean Louis Boutin

Dernière modificaton le : vendredi 16 novembre 2018

Les anomalies de la cinquième vertèbre lombaire sont assez fréquentes, de l’ordre 6 à 7% dans la population générale. Elles sont de plusieurs ordres. On trouve ainsi des anomalies numériques, vertèbres surnuméraires (lombalisation) ou absence d’une vertèbre (sacralisation de L5), des anomalies morphologiques et des anomalies de développement.
Quand ces anomalies se présentent à un très jeune âge et entraîne une scoliose, il n’y a parfois que la chirurgie qui permet de trouver une solution.

Nous vous proposons un cas très particulier d’une hémi-vertèbre droite semi-segmentée L5 fusionnée en S1 avec lyse isthmique et densification des bords L4 gauche chez un enfant de 7 ans : L’histoire de O’Malay (né en 1995)

O’Malay, de dos le 13 décembre 2000

La raison pour laquelle la maman de O’Malay amène son fils chez l’ostéopathe, c’est parce qu’il se tient mal !

Dès le déshabillage, le simple fait de mettre O’Malay devant la glace quadrillée montre qu’il y a effectivement un quelque chose d’anormal.

La photo est parlante par elle-même.

Il est proposé à la maman de faire une radiographie de l’ensemble de la colonne (full spine) et de la région lombaire, face et profil.

C’était le 13 décembre 2000.

En voici les résultats.

Radio de profil : Hémi-vertèbre droite de L5
Radio de face de L 5
Radio de profil de L 5
Radio du bassin de face
Radio de trois quarts : droit & gauche

Un scanner est effectué en 2001, dont la technique comporte une acquisition hélicoïdale de 3 mm avec des reconstructions 2 D et 3 D.

Scanner avec acquisition hélicoïdale

La conclusion est nette :

« On retrouve l’hémi-vertèbre droite semi-segmentée L5 fusionnée en S1. II s’y associe une lyse isthmique avec densification des bords L4 gauche (vertèbre sus jacente) ».

Scanner avec reconstruction en 3 D

Décision chirurgicale

Une décision chirurgicale est prise avec comme indication : « résection de l’hémivertébre par doubles voies d’abord pour éviter le déséquilibre progressif qui va s’accentuer petit à petit avec la croissance ».

L’intervention chirurgicale se passe très bien.

La voie d’abord antérieure est privilégiée avec dissection du muscle psoas droit et résection triangulaire de l’hémi-vertèbre.
La voie d’abord postérieur est ensuite réalisée : ablation complète de l’hémi-vertèbre et mise en place d’un matériel avec crochet sur le trou sacré de S2 et sur la lame de L4. Un greffon osseux est mis en place aussi bien en avant qu’en arrière.
Un corset de maintien lombaire sera porté pendant 4 mois. La mise debout est progressive.

Un contrôle radiologique est effectué pour vérifier la position de la colonne vertébrale, celle du matériel et du greffon.

Contrôle radiologique postopératoire

Mise en route...

La mise en position debout ne se fait pas comme prévu :

Une sciatalgie droite est diagnostiquée avec "douleurs suspendues au niveau du creux poplité, variable dans sa symptomatologie au cours des journées d’hospitalisation".
La douleur disparaît en position allongée et revient dès la reprise de la marche.
Un IRM est pratiqué sans résultat. Le retour à la maison est effectif 10 jours après l’intervention avec une prescription d’antalgiques.

Dès le lendemain, les douleurs dans le membre inférieur s’aggravent en position debout au point que la marche est impossible.

La maman prend sur elle d’aller revoir l’ostéopathe.

En fait, O’Malay souffre d’une psoïte aiguë, avec signe du héron manifeste et une perte complète de confiance dans son membre inférieur droit. Un traitement ostéopathique tissulaire est entrepris au niveau de la cicatrice antérieure, ce qui permet de soulager la douleur de la cuisse.
La douleur de type sciatalgie, diagnostiquée à l’hôpital est provoquée par une hyper-contracture des ischio-jambiers qui servent à maintenir l’enfant debout, genou plié.
Un ré-apprentissage de la marche se fait progressivement dans la foulée à genoux de manière ludique.
Progressivement, O’Malay passe des pleurs au sourire puis, tout à coup, ce sont des éclats de rire. La partie semble gagnée.

La maman appelle le lendemain au téléphone pour annoncer triomphalement que son fils est debout et marche normalement.

Cette photo a été prise le 14 octobre 2002

Chapeau au médecin orthopédiste !

En consultant l’ensemble du dossier de cet enfant, né en 1995, on ne peut que dire "chapeau" au chirurgien orthopédiste qui a pris la responsabilité d’opérer.
Ce ne devait pas être évident et quand on voit les résultats, on ne peut qu’approuver sa décision.
L’ablation du matériel chirurgical a eu lieu en mai 2003.

Cette photo a été prise le 19 mai 2003 après l’ablation du matériel

Photo prise le 19 mai 2003 après l’ablation du matériel

Pour des raisons bien compréhensibles, le nom d’O’Malay est un nom d’emprunt.
Cet article a été publié sur le Site de l’Ostéopathie en novembre 2004
Copyright : Site de l’Ostéopathie



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 37 / 777073

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC