L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

38B - Cas de traumatisme émotionnel chez le cheval : utilisation de l’EMDR et l’acupuncture (Rés)

Créé le : vendredi 6 novembre 2015 par Ostéo4pattes-Vetosteo

Dernière modificaton le : vendredi 6 novembre 2015

Adji est un trotteur de 5 ans, réformé des courses. Il est très sociable, facile à monter et a été acquis par une nouvelle famille depuis plus de 6 mois. Il vit aux champs, au contact de ses congénères, dans une ferme équestre.

Les personnes qui s’occupent du cheval sont les deux jeunes filles de la famille (étudiantes) et leur maman qui les accompagne mais ne monte pas à cheval.

Tout se passe bien avec Adji jusqu’à un événement qui va perturber sa vie et la relation avec ses propriétaires :

A l’arrêt dans la carrière, une des jeunes filles qui est à cheval veut re-sangler car la selle a tendance à tourner. Se penchant un peu trop, la selle tourne alors carrément , la jeune fille tombe (doucement) et la selle se retrouve sous le ventre d’Adji qui prend peur, et s’enfuit. Il parcourt ainsi en état de peur intense 6 ou 7 tours de carrière, la selle sous le ventre et les étriers lui frappant les jambes jusqu’à ce qu’une personne puisse l’arrêter enfin. Les propriétaires retirent la selle, le calment, puis re-sellent le cheval, le remontent, tout se passe bien sur le moment.

A partir de ce jour, Adji reste cependant inapprochable avec la selle et il est impossible de le seller et de le monter.

Les propriétaires font alors appel à une éthologue afin de résoudre ce problème.

L’éthologue utilise les techniques habituelles d’apprentissage avec désensibilisation mais n’aboutit pas. Adji peut voir la selle, éventuellement manger une carotte posée sur la selle mais dès qu’on l’approche de lui, il panique. La progression apparente une journée s’ensuit d’un retour en arrière le lendemain.

Tout se passe comme si Adji était resté bloqué sur le traumatisme et avait perdu toute capacité d’apprentissage. Au bout de 3 mois de travail éthologique, la situation est identique.

C’est à ce moment que la Maman des jeunes filles entend parler de communication animale et me contacte.

Mon premier contact avec Adji est donc en communication intuitive sur photo. Je l’interroge sur son lieu de vie, ses habitudes avec ses propriétaires et recueille des informations qui me sont validées par celles-ci. Je l’interroge alors sur l’épisode de la selle. Il me montre son état de panique et surtout la VUE de la selle au-dessous de lui. Il se sent en danger extrême ; c’est comme s’il avait un prédateur entre les jambes et plus il fuit, plus le prédateur le suit, il ne peut pas lui échapper.

Mon interprétation est que c’est le MOUVEMENT de la selle qui l’effraye.

Lorsqu’on l’arrête enfin dans sa course infernale, il montre un état de choc, comme si plus rien n’avait d’importance. J’interprète cet état comme un état de Sidération. C’est sans doute ce qui explique qu’il a pu être re-sellé et monté dans la foulée.

A partir de ce jour, c’est comme si le film se repassait devant ses yeux dès qu’il voit la selle en mouvement. Il repart en panique et revit intensément la situation.

Interprétation psychologique :

Ce que me montre Adji est autre chose qu’une simple situation de peur. Il y a manifestement un traumatisme émotionnel installé. Le traitement adaptatif de l’information qui permet habituellement le rééquilibrage des émotions n’a pas eu lieu. L’événement ne peut passer au stade de souvenir dans le cerveau émotionnel. La charge émotionnelle s’exprime et Adji revit la situation traumatisante dès la vue de la selle en mouvement. La souffrance psychologique ne diminue pas avec le temps.

La discussion avec l’éthologue me confirme la perte de capacité d’apprentissage d’Adji. Elle ne sait plus comment le gérer et a conseillé aux propriétaires de le mettre en pension dans un centre de dressage plus intense.

Suite à la communication avec Adji, je conseille à la propriétaire l’essai d’une séance d’EMDR, afin de rétablir le système d’adaptation de l’information face à la situation.

- 1ère séance :

Adji est installé dans un endroit sécurisant, dans la cour de la ferme, là où il a l’habitude d’être brossé et de recevoir des carottes.

Si la selle est posée à distance, cela ne perturbe pas Adji. Je valide donc qu’il s’agit bien du mouvement de la selle qui le perturbe. Le mouvement de la selle est identifié comme étant l’élément déclenchant le traumatisme. Une personne se cache derrière un mur avec la selle. Je demande à la personne de sortir de derrière le mur et se faire voir à distance par Adji (environ 5 mètres).


- Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : 38B - Cas de traumatisme émotionnel chez le cheval : utilisation de l’EMDR et l’acupuncture
- Et oui, désolé, pour vivre l’ostéo4pattes a besoin de l’énergie de tous y compris financière, c’est grâce à cela que l’ostéo4pattes fête ces douze ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit, nous vous demandons de participer...
- S’abonner à la revue simplement ( ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l’ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l’accès à toutes les archives est libre : S’abonner
- Acheter juste l’article en PDF, Attention, livraison manuelle par mail dont la rapidité dépend de notre disponibilité !!
Momentanément faites votre demande à rédaction chez osteo4pattes.eu
- Sommaire de ce numéro : N°38B



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 5072 / 774020

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC