L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Revue 37ABC : Approche thérapeutique d’une plaie chronique chez un chat par la MTC

Créé le : jeudi 17 septembre 2015 par Michel Bolzinger

Dernière modificaton le : dimanche 20 septembre 2015

Diagnostic différentiel des maladies de la peau chez le chat

La grande variabilité des expressions cliniques des maladies de la peau, et les étiologies très variables qui provoquent des symptômes cutanées, font de la dermatologie une science complexe.

Nous rencontrons des maladies parasitaires, des dermatites atopiques, de contact, par intolérance alimentaires ,des cas de maladies auto-immunes, ou de déséquilibres endocriniens, ainsi que des signes cutanées de maladies générales,…

Les diagnostics différentiels, qui mettent à rude épreuve l’intestin grêle du thérapeute dans son travail de discernement, nécessitent souvent des examens de laboratoires, grattages, examen de sang, biopsie, cultures, lorsque l’examen clinique n’est pas suffisant, ou lorsque le traitement de première intention n’a pas été efficace.

Très souvent des causes multifactorielles ont entrainé les lésions, ce qui rend le diagnostic souvent complexe.

Les échecs thérapeutiques en dermatologie sont assez fréquents et découragent souvent propriétaires et vétérinaires, comme le montre encore le cas de Tommy que je vais vous présenter.

Cas du chat Tommy

Tommy est un chat âgé de 8 ans, présenté en consultation pour une plaie purulente localisée sur le flanc droit.

La propriétaire nous le présente pour avoir un deuxième avis, tous les traitements mis en place par son vétérinaire habituel depuis plus d’un an, n’ayant donné aucun résultat.

Le dossier médical montre que Tommy a reçu de nombreux traitements à base d’antibiotiques à large spectre, sur des périodes longues de plusieurs mois. Tommy a également bénéficié de nombreux examens complémentaires : isolement de germes, biopsies, antibiogrammes…

Le vétérinaire traitant, devant l’échec des traitements avait procédé à l’ablation chirurgicale de la plaie, comme nous la montre la photo fournie par la propriétaire.

Tous ces traitements n’ont malheureusement donné aucun résultat.

Examen clinique de Tommy :

L’état général semble bon, aucun autre problème de santé n’est signalé par le propriétaire, ni digestif, ni respiratoire, ni locomoteur… Par contre avec 7 kilos, on peut noter un surpoids.

Le chat a été testé positif pour le FIV (équivalent HIV de l’homme).

Ce test positif pourrait expliquer, à lui seul, le problème de défaut de cicatrisation de la plaie, par défaillance du système immunitaire. Le Wei Qi souvent incriminé dans les problèmes de peau devra aussi être travaillé.

Le chat est très agressif, difficile à manipuler.

L’examen clinique montre une lésion purulente, les poils de la région du flanc droit, juste en avant de la cuisse, sont collés par une sécrétion purulente.

Nous suspectons la présence d’un corps étranger, ou d’une fistule, ce qui pourrait expliquer le défaut de cicatrisation.

Le chat est tranquillisé et rasé, et nous découvrons un ulcère très rouge, sous le pus, d’environ 3 cm de diamètre. L’examen de la plaie ne montre ni corps étranger, ni fistule.

Compte tenu des nombreux examens réalisés et des nombreux traitements déjà mis en place, sans succès, nous proposons à la propriétaire de Tommy une approche différente par la MTC, …ce qu’elle accepte volontiers.

Approche de la dermatite par la MTC :

La peau, qui a la même origine embryonnaire, l’ectoderme, que le système nerveux, a cet avantage important en MTC de nous montrer ses lésions, à l’œil nu, si je puis dire.

La localisation des lésions, ainsi que leur nature constituent des informations essentielles dans le diagnostic MTC. Les manifestations cutanées ne sont souvent que la partie visible de l’iceberg, un peu comme les méridiens sont les prolongements visibles et palpables des organes viscères.

Nous pourrions dire que la parenté de la peau avec le système nerveux, fait de la dermatologie une spécialité dans laquelle la MTC peut trouver une efficacité remarquable.

En effet la peau nous parle, en nous montrant ses lésions, et les méridiens qui sont affectés, et elle constitue également un lien direct et accessible par les mains et les aiguilles avec les organes viscères en dysfonction.


- Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : Approche thérapeutique d’une plaie chronique chez un chat par la MTC
- Et oui, désolé, pour vivre l’ostéo4pattes a besoin de l’énergie de tous y compris financière, c’est grâce à cela que l’ostéo4pattes fête ces onze ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit, nous vous demandons de participer...
- S’abonner à la revue simplement ( ne permet pas de lire les archives internet) ou aux sites de l’ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) et l’accès à toutes les archives est libre : S’abonner
- Acheter juste l’article en PDF, Attention, livraison manuelle par mail dont la rapidité dépend de notre disponibilité !!
Momentanément faites votre demande à rédaction chez osteo4pattes.eu
- Sommaire de ce numéro : N°37ABC



Notez cet article
1 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 212 / 774020

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC