L’Ostéo4pattes - Site de l’Ostéopathie

Réflexions sur l’Atelier ‘’Chant Diphonique et Conscience’’

...en particulier et sur le Chantostéo en général.
Créé le : mercredi 2 avril 2014 par Bernard Dubreuil

Dernière modificaton le : mardi 17 avril 2018

Atelier qui sera exécuté par Bernard Dubreuil à la suite des rencontres.

Cet atelier est fait pour pratiquer la résonance vocale et pour vous donner l’occasion de pratiquer la résonance vocale en même temps que l’ostéopathie.

Mine de rien, c’est aussi un atelier sur la ‘’conscience élargie’’…, à mains nues et à gorge déployée. Vous allez jouer avec vos liquides céphalo-rachidiens en manipulant le champ énergétique qui entoure votre corps.

Et vous allez jouer sur les liquides céphalo- rachidiens de votre partenaire en manipulant le champ qui entoure son corps.

Soit dit en passant, vous ne m’avez pas attendu pour faire ça ! Vous le faisiez déjà avant… en le disant ou sans le dire. Mais vous le ferez cette fois-ci en rajoutant une précaution : celle de tester et de réguler votre champ avec celui de votre paretenaire. Vous allez travailler en enchainant de manière fluide une succession de ‘’poignées de champ’’.

Une séance de Chantostéo, c’est une série de poignées de champ associées à une série de notes chantées dont certaines harmoniques sont amplifiées.

Je suis parti du présupposé que ce champ qui entoure tout tissu vivant (humain, animal ou végétal) est, minimalement, ce qui constitue la conscience.

La conscience, en français, c’est, pêle-mêle, toute une série de propriétés bien connues : la continuité de l’identité de soi, la cognition, la mémoire, les sensations et les émotions.

J’ai rajouté deux propriétés à la conscience ‘’classique’’. Ces 2 ajouts à la liste ne sont pas des inventions ni des hypothèses, ce sont des observations faites sur le tas, à plusieurs occasions.

- 1) elle est inter-touchable et inter-touchante. Pour moi, comme pour vous, la conscience est un champ que l’on peut palper avec le champ de conscience qui est autour de nos mains. Tout champ de conscience est capable de sentir le champ qui le touche et de sentir le champ qu’il touche. Pour les thérapeutes comme vous, il suffit d’essayer pour ressentir cette sensation partagée, ce ressenti tactile réciproque !
- 2) elle est potentiellement indépendante de l’activité du cerveau. C’est mon travail avec les membres fantômes et sur les expériences de mort imminente qui m’a fait penser à ajouter cette 2e propriété à la liste des propriétés de la conscience.

De temps en temps, le champ de conscience se décale par rapport à l’emplacement du corps dans l’espace. Ce décalage peut être petit… ou grand. Un grand décalage, c’est par exemple un champ de conscience qui se balade au plafond de la salle d’opération pendant que le corps est allongé sur la table d’opération.

Un petit décalage, c’est quand par exemple on sent son bras à coté de son bras en chair et en os : il arrive, après un ACV ou une anesthésie locale que l’on se retrouve avec deux bras distincts. Un dont on sent la présence de l’intérieur + un en chair et en os que l’on voit avec ses yeux. Et les deux ne sont pas au même endroit… Ils sont décalés, ils ne sont plus en coïncidence. Ça fait bizarre !!

Ce champ de conscience décalé, à mains nues, on peut le ramener en bonne position (en le poussant, en le tirant). Ce ‘’re-calage’’ à mains nuee, nous avons tous et toutes pu le faire et l’observer. Ce re-calage a, la plupart du temps, des conséquences positives sur la mobilité des articulations, la douleur, la posture ou l’équilibre ou tout ça à la fois.

Soyons francs et directs : nous autres, thérapeutes dits ‘’énergétiques’’, nous nous proposons d’établir ou de rétablir une interaction entre des champs qui sont des champs de consciences et nous surveillons, dans le champ ET dans le corps, l’impact de cette interaction.

En faisant l’hypothèse que la conscience du patient ou de la patiente qui consulte avec un pb de santé est en déséquilibre stable et que celle du ou de là thérapeute est en équilibre instable, nous définissons le résultat ultime de notre travail comme le retour à l’équilibre instable, signe de bonne santé.

Et pour obtenir ce résultat, nous sommes prêts à tout ! Nous sommes prêts à y mettre les mains et les coudes, nous sommes prêts à y mettre les oreilles, et allez, disons-le franchement, nous sommes prêts à y mettre tout notre être.

Contrôler la résonance de notre voix est un des moyens que nous mettons au service de la santé. Nous visons à amplifier, dans notre spectre vocal, la fréquence 1) qui a le meilleur impact sur notre palpation du champ de conscience, et 2) qui permet le mieux à la ‘’conscience patiente’’ de retrouver un mouvement en équilibre fluide, qui est le mouvement même de la santé. Nous essayons de construire une relation de confiance qui permet à la ‘’consciente patiente’’ de muter, de devenir une ‘’conscience soignante’’

Quand nous parlons de notre ‘’travail’’, nous disons :
- soit que nos manipulations des champ de conscience visent une transformation des champs…
- soit que les transformations ne dépendent pas vraiment de nous , ‘’elles se font toutes seules’’ quand certaines conditions sont réunies.

La résonance vocale nous offre deux atouts :
- 1) De l’énergie vocale, finement contrôlée, pour effectuer le ‘’rééquilibrage énergétique’’. Nous provoquons une légère augmentation de l’intensité d’une harmonique puis d’une autre, puis d’une autre, mais en fait ce n’est pas l’intensité qui est le paramèetre important. Nous cherchons la bonne fréquence : celle qui va nous mettre nous-même dans le bon ‘’mouvement de champ’’ et celle qui va re-mettre notre ‘’client’’ dans son bon mouvement de champ.

Mais rien ne nous prouve que la fréquence qui a été efficace tel jour sera efficace sur quelqu’un d’autre un autre jour… La transformation n’est pas garantie. Quand elle se produit, si elle se produit, elle est perceptible au niveau de la conscience (moins de peur, plus de paix, plus d’amour) et ensuite sur le corps (moins de douleur, plus de mobilité des articulations, etc.)

- 2) une porte d’accès vers notre conscience élargie. Chanter nous fait du bien, nous met dans l’état de conscience que nous aimons par dessus tout : celui dans lequel nous n’avons le bonheur d’être dans la détente et dans l’amour…

Je saute à la conclusion : les sons vocaux facilitent le passage de la conscience de veille à la conscience élargie.

C’est la conscience de veille du ou de la patiente qui est soignable.

C’est la conscience élargie du ou de la thérapeute qui est soignante.

Notre boulot consiste 1) à entrer dans notre conscience élargie 2) à permettre à l’autre d’entrer dans sa conscience élargie, pour que le travail sur sa conscience de veille puisse se faire à partir de sa conscience élargie.

Un tel boulot suppose que l’on ait de la conscience une conception quantique. Une conception qui accorde à la conscience un certain nombre de propriétés qui ne peuvent pas exister dans le cadre de la physique ‘’classique’’ : la superposition d’état, l’intrication et la perte du repérage systématique de nos actions sur l’axe du temps ou sur les trois axes de l’espace.

- superposition des états de conscience ( ‘’conscience de veille’’, ‘’conscience élargie’’) avec bascule rapide de l’un à l’autre de ces deux états. L’état ‘’actualisé’’ met en sourdine l’autre état de conscience, qui devient ‘’potentiel’’.

Vous avez tous remarqué à quel point, quand on se met dans l’état de conscience élargie, on ‘’est’’ plus et on ‘’a’’ moins. En particulier on ‘’a’’ moins d’ego.

- phénomène d’intrication (qui se traduit et se mesure par une action observable à distance) au niveau micro (à l’échelle du photon) ET au niveau macro ( à l’échelle du champ lui-même) . Quel est le record actuel de distance entre deux elements intriqués, en labo ? 196 Km. Bravo à l’équipe d’Anton Zeilinger !
- pas de repérage sur l’axe du temps. Vous avez remarqué que quand on se met dans l’état de conscience élargie, la durée n’a plus d’importance : on ne sait plus combien de temps on est resté comme ça à rééquilibrer le champ : 5 minutes, 10 minutes ? À l’inverse le rééquilibrage énergétique peut se faire très vite et on sent tout de suite que le travail est complet. Ça peut prendre une minute…

Une 4eme propriété se manifeste : l’indépendance de la conscience humaine par rapport au corps et au système nerveux central.

La plupart du temps la conscience de veille colle au corps. Son volume coincide avec celui du corps. Je sens que je suis dans mon corps et que je ne suis pas ailleurs.
Mais ma conscience peut se distinguer de mon corps lors de certains accidents.
La conscience élargie, elle, englobe vaguement le corps, très vaguement… Elle n’en suit pas (du verbe suivre) la forme. Elle est plutôt comme une enveloppe souple et mouvante qui va et qui vient, qui gonfle et qui dégonfle autour du corps.

Dans la Nature, ce qui ressemble le plus à la conscience, c’est un banc de poisson dans la mer. Comme un banc de poisson, la conscience opère comme un tout en étant pourtant constitué par très grand nombre d’éléments indépendants. Un ‘’ordre’’ se propage instantanément d’une zone de la conscience à toute la conscience comme d’une zone du banc de poisson à tout le banc de poisson. Comme un banc de poisson, la conscience agit comme un tout et chacune de ses parties représente le tout. La conscience humaine est Une et Multiple. Elle se déploie et elle se regroupe. Elle est un banc de poisson et elle est un poisson.

Dernière remarque : tout ce que je vous ai raconté ici est à prendre avec un grain de sel. Devant chaque affirmation de ma part, s’il vous plait, rajoutez : ‘’ tout ce passe comme si…’’

Pour le moment, j’ai les données de mon toucher à un instant donné. J’ai la mémoire des données que j’ai senties les fois précédentes. Et j’ai les témoignages des patients et des patientes. C’est bien assez comme données, diront les uns. Mais ce n’est pas assez, diront les autres !

Pour ma part, j’ai hâte d’avoir des données expérimentales solides sur les transformations de champs. Ça va me prendre du temps et de l’argent. Mais bon, est-ce que suis pressé ? Non.

Je vais prendre les données de deux champs qui se rencontrent : deux personnes amputées du bras doit … qui se serrent la main ! Je veux, vous entendez, je veux l’enregistrement des signaux de cette poignée de main historique ! Et, en résonance magnétique fonctionnelle, je veux l’image de S1 et M1 chez chacune des deux personnes au moment où elles se serrent la pince fantôme.

Et je veux l’enregistrement audio et vidéo des paroles historiques que ces personnes se diront au moment précis où elles se sentiront en contact.

Quelque chose de pas connu, du genre : ‘’Une petite poignée de main pour nous, une grande poignée de main pour l’Humanité, poil au nez !’’
Hé, hé, hé !
Ce petit programme scientifique va me garder jeune et actif pendant encore quelques temps !



Notez cet article
0 vote



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 1563 / 762383

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC