L’Ostéo4pattes
Interview :

Jean-Claude Colombo, vétérinaire ostéopathe et acupuncteur

Regards croisés
Créé le : lundi 14 février 2011 par Jean Claude Colombo, Pascale Coatantiec

Dernière modificaton le : lundi 7 novembre 2011

Biographie sommaire :

Sortie ENVA 1981, après avoir été sensibilisé à l’ostéopathie, à la radiesthésie, l’homéopathie et à l’acupuncture par les médecins de famille ( pas toujours médecins….), et suivi les cours plus ou moins clandestins d’acupuncture de l’AVAF le soir à l’école, j’ai exercé en Rurale mixte pendant une petite vingtaine d’année.

Toujours intéressé par l’acupuncture que j’avais néanmoins du mal à mettre en pratique, et ayant effectué la formation de l’IMEV ( découvert par le mailing d’Alain Bouchet), en acupuncture, ressentis géobio puis en ostéopathie dans les années 1989/90 /1994, j’ai commencé à pratiquer tout de suite dans le cadre de ma clientèle, et, les résultats et les demandes arrivant assez rapidement, j’ai décidé en 1998 de laisser la rurale pour me consacrer à l’exercice exclusif de l’ostéopathie et de l’acupuncture.

L’ostéopathie vue par l’ostéopathe :

Les motivations qui ont conduit à cette reconversion relativement rapide et brutale sont de plusieurs ordres :

1) impression grandissante de pas aller au fond des choses, de buter sur des non réussites inexpliquées, retour permanent de traitements récurrents sur des pathologies non moins récurrentes.

2) Lassitude des consultations entre deux vélages, faites sur 10mn avec une salle d’attente pleine qui bouillonne…….de stress.

3) Lassitude des administrations de molécules chimiques certainement plus que de besoin, et ce, malgré un frein personnel important

4) « Rencontre du troisième type » avec l’animal en ostéo ! donc une satisfaction quotidienne de pouvoir prendre son temps et de se consacrer au soin.

5) Actuellement, et après quasi 20 années d’exercice en ostéo dont 13 exclusive, l’impression d’avoir un terrain de recherche inépuisable avec des découvertes quasi quotidiennes de ressentis et de « détails » anatomiques.

Une consultation débute par l’examen à distance de l’animal ( entrée dans la salle d’attente, ou marcher au pas au licol, ou examen en liberté dans la stabulation….). selon espèce animale. Puis un examen ostéopathique complet, ( ceintures et chakras, FTM, métamères et viscères, Crâne/sacrum, etc…..), en essayant de n’avoir aucun renseignement sur les commémoratifs ( pas toujours facile). Je regarde les radios ou consulte les résultats d’analyse toujours après le premier examen ostéo. Après compilation de l’examen, de l’anamnèse et des commémoratifs avec ou sans examens complémentaires effectués auparavant, je revois ma copie dans un sens ou l’autre ( le patient a toujours raison….).

Le traitement est décidé après essai de détermination des chaines dysfonctionnelles, puis recontrôles , etc… ( va et vient permanent entre contrôle et traitement).

Ce qui est changé :

1) Plus d’autre stress que ……..le délai de réponse aux appels en raison de la demande grandissante pour ce type de traitements. Même si on se répète que l’urgence n’existe pas en ostéo, ce n’est pas facile à gérer car l’urgence existe dans la tête du client, et parfois, dans la souffrance du patient……

2) La satisfaction de pouvoir aller à fond dans les traitements : dépasser le somatique, déboucher sur des relations aux propriétaires, voire plus loin……..

3) Au bout du compte, la reconnaissance exprimée du patient ! et quels échanges ! le choix de cette profession de vétérinaire peut de nouveau trouver sa justification, ce qui, il faut bien le dire, avait tendance à d’estomper…

4) Corollaire : aucune morsure depuis 13 ans, aucun coup de pied, aucune défense agressive d’un animal ! ( une seule réaction sur une erreur de manip de ma part).

Santé : sans « T », c’est à dire sans traitement chimique ; ce serait l’idéal…. La médecine est trop sous l’emprise de l’industrie pharmaceutique et des médecins humains ou vétérinaires qui ne reçoivent leur info que des labos. ( Anecdote récente savoureuse mais significative : à la question d’un confrère local sur l’innocuité des vaccins FCO pour la fertilité des taureaux, notre président de GTV a répondu ……..d’aller voir les études de Mérial faites en CIA ( coop insémination)… réponse sans rire et de bonne foi.).

Mais nous avons besoin de chacun à sa place, sans ostracisme ni intégrisme. La médecine doit redevenir un acte de prévention et de vue globale du patient, plutôt qu’un juxtaposition de spécialistes dont les performances sont réalisées isolément ! stopper le tourbillon du « en savoir de plus en plus sur de moins en moins ».

L’avenir de l’ostéopathie sera ce que nous en ferons : une médecine d’écoute et d’humilité, ou bien une querelle d’égos… une de plus !

Le développement grandissant de la demande ( cf discussion actuelle sur osteo4pattes), est un bon gage de succès pour ces médecines.

Les confrères s’ouvrent peu à peu, les référés se développent aussi, et le regard change… travaillons consciencieusement et nous donnerons du travail à tous les jeunes que nous formons ( les moyennes d’âge des élèves en ostéo baissent d’année en année !).

L’ostéopathie vue par ses clients :

Jean Claude a envoyé un questionnaire succinct à ses clients, quelques uns ont répondu.

âge nombre
20-30 ans 3
40-50 ans 4
50-60 ans 7
60- 70 ans 3
70- 90 ans 2

Quand et comment avez-vous découvert l’ostéopathie ?

ostéopathe humain 4
internet TV 2
Bouche à Oreille 8
véto traitant 4

Pourquoi vous êtes vous lancé à consulter ?

pas effet secondaires 2
inefficacité du traitement classique 1
efficacité sur animaux d’amis 3
véto traitant 4

Pouvez vous décrire avec votre regard une consultation d’ostéopathie ?

Confiance animal, écoute, apaisante 14
globalité 4
art médical 1
ne répondent pas 3
interrogatifs 1

Intégrer le discours de l’ostéopathe vous a t’il fait changer quelque chose au quotidien ?

non 5
oui 11

Comment situez vous l’ostéopathie par rapport à la santé et la médecine classique ?

complémentaire voire prioritaire 11
pas effets secondaires 2
plus rapide et efficace 1
nécessité pour la santé 2

Pour le futur, à votre avis, quelle place pour l’ostéopathie animale ou humaine ?

se développe et soit reconnue 12
soit un abord premier de la maladie 3
reste alternatif 1

C’est un résumé succinct de leur réponses présenté en tableau par Jean Claude.



Notez cet article
10 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 2464 / 621070

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 7 - Le Coin du Lecteur  Suivre la vie du site Témoignages   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License