L’Ostéo4pattes

K08 - Khedive...ou le Tissage Corporel

Créé le : vendredi 22 septembre 2006 par Florence Bonnin

Dernière modificaton le : mercredi 29 novembre 2017

Il s’agit d’illustrer le fait que pour qu’une pathologie parle il faut une convergence de plusieurs facteurs qui ne sont pas forcément du registre du structural.

ILLUSTRATION :

Khédive. Selle français de 7 ans. Etalon. Acheté à un cavalier de CSO professionnel. A noter qu’il est cagneux des antérieurs.

-1°- 2 juillet 2005

Arrivée de Suisse dans les Hautes Pyrénées.
Mode de vie : « Paddock et box » devient « box » et « peu de paddock »...

Alimentation : complet floconné devient complément de céréales et orge aplatie.


2° 13 juillet 2005

Castration.


3° Début août 2005

Progressivement, remise au travail. Le cheval est mou, sans ardeur et ça dure.


4° Consultation ostéo (PC)

Vu en octobre par PC... pour le fun... pour le foie et L3.

5° 23 décembre

Khédive rentre boiteux du paddock. Forte boiterie de l’antérieur droit.

6° Début février 2006

Amené en soins à Montjoie, après des difficultés diverses. Veto OK. Radios Ok. Cagneux des antérieurs... et alors ? Khédive est en mauvais état... Il est maigre car un cheval qui ne travaille pas risquant une colique (surtout s’il reste enfermé au box)... Il convient de diminuer sa ration... ça doit durer depuis trop longtemps déjà cette histoire !

PC retrouve une chute. (Khédive a tiré au renard au moment de la ferrure et est tombé sur les fesses) ; D’où le schéma SC droite, C0/C1, C4, D4... et une composante GI... puis L3 qui mettra un moment à lâcher dans un fracas de crottins pestilentiels.

En attendant, on déferre.

Après deux semaines de traitement, toute trace de boiterie a disparu. Le cheval est beaucoup plus allant monté... même s’il est toujours maigre comme un coucou.

Il faut souligner que, outre le traitement ostéo, Khédive a bénéficié d’un changement de régime alimentaire (orge aplatie + foin à volonté), et d’un changement de rythme de vie : paddock le jour et rentré la nuit.


7° Mars 06

Retour à Tarbes mais dans une maison différente. Le retour est marqué par un épisode de piroplasmose... et l’occasion pour moi de m’y coller en terme d’ostéo...

Ostéo : une, voire deux séances quotidiennes pour enrayer la piro et son traitement : Rein, Foie, Caecum, C0-Sacrum, + draineur + probiotiques.

Mode de vie : box + paddock.

Alimentation : Foin + complément de céréales + orge aplatie

On referre... avec les anciennes chaussures... il ne faut pas une semaine pour que le cheval reboîte de l’antérieur droit... mais pas autant mais tout de même ; il trébuche beaucoup. Galop à gauche impossible : coups de cul et change de pied.

On redéferre et on laissera trois semaines pieds nus.
- Ostéo : C4,C7, D1, D3-...D10.

Travail en longe d’abord puis monté en évitant ce qui fait mal, en l’occurrence le travail et le pli à gauche.

J’ai fait à cheval un travail « fonctionnel » en accompagnant les mouvements du cheval dans le sens facile et sans jamais forcer ce qui ne l’est pas. Il est évident qu’à ce moment de notre cheminement, je me suis refusée, tant en longe qu’à cheval, à utiliser le moindre enrenement, et ce contre l’avis d’une grande majorité de cavaliers professionnels. Cela m’a valu une quarantaine que je continue d’assumer sans difficultés. Il était alors essentiel de rester à cheval dans l’esprit de l’ostéopathie fonctionnelle et d’éviter surtout toute contrainte.

Travail à main gauche sur des grandes courbes. Epaules en Dedans à gauche facile... à droite difficile. Extérieur. Galop sur le pied droit facile, difficile à gauche.

Au bout de dix jours, on ne parle plus que d’une raideur intermittente. Mais j’attends la venue du maréchal avant de crier victoire.

Rendez-vous est pris auprès du jeune et gentil maréchal pour qu’il ferre Khédive sans modifier d’aucune façon ses aplombs. J’insiste lourdement. Tout va bien. Et le travail dans le mois qui suit avance. Le cheval prend du dos et s’assouplit.

45 jours plus tard, nouvelle ferrure... et patatra ! Retour à la case départ : raideur de l’antérieur droit immédiate et difficultés au travail identiques. Je vais passer un mois à essayer de compenser par le travail monté la gêne du cheval pour éviter de me fâcher avec le jeune et gentil maréchal... Ben c’est pas très malin parce que ça ne nous a pas fait plaisir ni à lui (Khédive) ni à moi ! Et surtout ça n’a pas fait avancer le schmilblick...

Ostéo : cervicales, garrot, et L2/L3 qui repointent le bout de leur nez
+ Un travail régulier réflexe du caecum et travail monté.

Etat : pas trop mal mais ce n’est pas encore ça... Manque d’épaule... bizarre, bizarre !

Alimentation : exit les compléments de céréales pour de l’orge germée le matin et aliment complet floconné pour les 2 autres repas.

Mode de vie : idem

...et puis bien sûr, on déferre (avec une difficulté non négligeable) et après deux semaines pieds nus, on change à la fois les chaussures et le maréchal !

Et là, c’est le miracle, Khédive se laisse ferrer sans broncher, et le bonheur est immédiat ! Je teste monté, immédiatement après sur un sol dur, sur un sol souple... et tout va bien : le cheval rebondit, il est plus allant, il transitionne mieux... le traitement ostéo qui vient alors concerne essentiellement le garrot et les cervicales.

Enumérer ici les lésions ostéopathiques successivement traitées dans ce cas particulier n’a ici aucun intérêt. Mon propos est d’illustrer l’enchevêtrement des facteurs qui influent sur la santé d’un individu. Ici, se retrouvent :
- un paramètre mécanique bien sûr, ostéopathie et ferrure...
- un paramètre organique (GI, cf. article globalité)
- mais aussi un paramètre psychologique.

On a tout modifié chez ce cheval. Sans doute jusqu’à sa personnalité en le castrant tardivement. C’est dans un contexte de dépression que cette grosse boiterie a pu s’exprimer. Et moi, devenue pour l’occasion profane et incapable, j’étais devenue sourde et aveugle. J’endossais sans broncher le costume du cavalier imbécile : en représentation.

La boiterie du début a été salvatrice. Elle a été le révélateur qui m’a obligée à comprendre, à apprendre, à ne plus subir... à être cheval... et puisque je ne comprenais décidément rien, il fallait bien me mettre les points sur les i !

Les tissus qui renseignent la main de l’ostéopathe racontent tout cela. A lui d’apprendre à les lire et à les décoder. A lui d’avoir le recul suffisant pour y parvenir. C’est sans doute ce qui m’a le plus manqué dans cette expérience ! « Les tissus savent » ; par tissus, il faut entendre « tissage » physique bien sûr, mais aussi énergétique, fonctionnel et spirituel. Une dysfonction résonne sur tout le mécanisme. Le rôle de l’ostéopathe est là : reconnecter, restaurer l’« identité ».

Mais n’est ce pas là un aspect épatant de l’ostéopathie : cette intimité partagée très vite, presqu’instantannément et pourtant cette distance si indispensable pour Soigner. L’ostéopathe est à la fois dehors et dedans : dedans il navigue, ouvre les portes, les écluses, éclaire les chemins. Il habite l’autre, il vit l’autre. Dehors il s’efface et laisse le choix. Il peut s’instaurer alors un dialogue d’où le verbe est absent... un peu comme en équitation... un dialogue où prime la sensation... comme en équitation...

en résumé :

- Khedive a une grosse boîterie qui traîne de praticien en praticien, il ressort de la ferme quasi bien : (cf. article) - Avec un paramètre acupunctural important : Gros intestin qui permet de voir le problème sous un autre angle... mais qui ne se solutionne pas totalement parfaitement.
- Fin des soucis avec un changement de nourriture (arrêt des compléments de céréales pour de l’orge germée et du complet floconné... comme avant), ce qui fait une autre approche encore.
- Mais aussi : changement de maréchal ferrant,
- Vie au paddock avec les potes,
- Et travail pour de bon avec une cavalière dont le regard sur son cheval a changé et qui commence à comprendre comment ça marche...
- Plus encore ostéo, bien sûr.

Soit au total, un paramètre mécanique (aplombs), un paramètre digestif, un paramètre PSYCHOLOGIQUE (celui-là me plaît beaucoup) et je viens à mon idée de tissus : résultats d’un tissage qui constitue le vivant.

On a tout modifié chez ce cheval, non seulement son environnement et ses habitudes de vie mais aussi sa personnalité (castration).

La boîterie a été un révélateur.

Ce fût à moi de décoder afin de retrouver un cheval rond et paisible, expressif, chez qui le travail est fructueux et plaisant après avoir connu un cheval triste et mou... dépressif.

De grâce, ne réduisons pas l’ostéopathie à une somme de manipulations. Ce serait réduire l’être vivant à une mécanique, dont l’ostéopathe serait le mécano... La réalité est bien plus amusante et bien plus passionnante.

Bibliographie :

- Les chevaux m’ont dit. Dr Dominique Giniaux
- Techniques ostéopathiques d’équilibre et d’échanges réciproques. Jacques Andreva Duval D.O
- Notion de globalité envisagée en ostéopathie et médecine traditionnelle chinoise au travers d’un exemple concret. Dr Patrick Chêne (revue osteo4pattes N°1)



Notez cet article
0 vote



Florence Bonnin

Articles de cet auteur




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 105 / 704330

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC