L’Ostéo4pattes

Epineuses articulations (Rés)

Créé le : mardi 23 novembre 2010 par Catherine Brassaud

Dernière modificaton le : mercredi 6 décembre 2017

Auscultation du grasset

Chez le chien et le chat, son approche parait aisée. En dehors d’une éventuelle inflammation, le palpatoire indique un épaississement de l’articulation, signe majeur de l’arthrose. La mobilisation du grasset dans l’extension et la flexion complète le diagnostic en termes de douleur et de bruits articulaires. On peut par ailleurs aisément recourir au test du tiroir pour diagnostiquer une déchirure des ligaments croisés.

L’observation de la locomotion est également riche en enseignements. Un chien avec une gêne due à un phénomène de subluxation de la rotule supprime des foulées du membre postérieur atteint: il sautille sans déplier la battue du membre atteint. Ceci se reproduit à une fréquence plus ou moins élevée suivant le degré d’atteinte. S’il s’agit d’une déchirure des ligaments croisés, la boiterie est caractérisée par un appui de plus en plus léger et du bout des doigts ; le membre atteint est replié sous l’abdomen et dirigé vers l’avant.

La locomotion d’un cheval qui souffre des grassets est maladroite dans les tournants. L’arrière-main paraît raidie et l’engagement croisé des postérieurs est faible. Le reculer est également plus difficile pour l’animal. Toutefois, s’appuyer avec fiabilité sur la locomotion paraît moins facile que dans le cas de la consultation d’un chien.

L’approche palpatoire renseigne également dans une moindre mesure. L’inflammation se détecte, mais sans épaississement de l’articulation. La mobilisation est aussi bien moins aisée et parlante dans la mesure où grasset, jarret et boulet sont solidarisés. Une gêne lors du test de tri-flexion ou d’extension globale du membre peut donc moins directement s’interpréter. Et le test du tiroir – qui par ailleurs semble pouvoir se réaliser – paraît de peu d’utilité en dehors de son évidente difficulté à mettre en œuvre, du fait de la faible fréquence de ce type de pathologie chez le cheval.

Test de triflexion

A la palpation, le grasset peut être inflammatoire, oedémateux, épais et sensible, soit. Mais il peut aussi présenter des trémulations musculaires ainsi que des bruits articulaires (provoqués ou non) à chaque accrochement et décrochement physiologique de la rotule. Bon nombre de chevaux présentent ces signes d’inconfort du grasset ; la difficulté réside dans l’estimation de la « normalité ». Le ressenti des tensions tissulaires fasciales complète cette approche.


- La suite pour les abonnés: C67 - Epineuses articulations (AR).
- Pour s’abonner à la revue papier: Catalogue de l’Ostéo4pattes
- Pour devenir abonné aux sites: vetosteo chez vetosteo.com



Notez cet article
1 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 146 / 753463

Suivre la vie du site re_su 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC