L’Ostéo4pattes

074 - Dépêche du mois de Mai 2010

Symptômes nerveux sur un veau
Créé le : lundi 31 mai 2010 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : lundi 4 décembre 2017

Un jeune veau de 8 jours est présenté en consultation parce qu’il ne se lève que difficilement et rarement.

Ce veau est né tout à fait normalement et s’est bien comporté pendant deux jours. Au bout du troisième jour, il a présenté brutalement et sans fièvre un essoufflement, un tremblement du train arrière et une faiblesse du train avant. Il se lève de plus en plus difficilement et reste couché trop longtemps.

Le propriétaire remarque aussi que devant le sacrum au fil des jours un creux se forme comme si les lombaires s’enfonçaient.

L’hypothèse diagnostique est évidente et vite confortée par un test de densité au niveau de l’insertion du filum terminal (premières caudales).

Manifestement au troisième jour le mécanisme d’ascension apparente de la moelle épinière [1] s’est "grippé" pour une raison indéterminée, peut-être un traumatisme.

La résultante en est une augmentation de la force de traction médullaire (FTM, tethered chord syndrom en anglo-saxon) [2]. Les symptômes associés à ce syndrome sont variés et dépendants de l’âge d’occurrence, de sa durée, de son intensité.

Ici la FTM, évaluée à partir de la densité tissulaire, est d’environ 150 g alors que la norme est de 20 à 40 grammes, ce qui s’accompagne d’une souffrance cellulaire au niveau de la moelle épinière et donc d’un dysfonctionnement nerveux : tremblements à l’arrière, et faiblesse des antérieurs.

Il faut, pour comprendre, imaginer la moelle comme le fil d’un collier de perles (une perle = une vertèbre) et bien comprendre que le fil trop tendu à l’intérieur de la colonne se "cogne" au niveau des arcs des courbures du collier de perles c’est à dire sur la cyphose lombaire et sur la lordose entre les épaules, d’autant plus qu’à ces endroits la moelle (le fil...) est plus épaisse pour laisser sortir les nerfs des membres.
D’où l’apparition en aigu des symptômes sur les postérieurs (tremblements) et les antérieurs (faiblesse).
Cela correspond pour chaque membre à un degré de dysfonctionnement : faiblesse > tremblement, soit antérieur>postérieur car la courbe au niveau des antérieurs est plus accentuée.

Le creusement au niveau des dernières lombaires correspond lui à un essai d’adaptation rapide des courbures pour diminuer la tension sur la moelle en essayant "de raccourcir la colonne".

Le traitement consiste alors à faire diminuer la tension par des techniques tissulaires, dans le cas de ce veau la tension après traitement sera estimée à 50 grammes environ.

Sur le parking du cabinet vétérinaire, le veau stressé s’est quand même levé, mais remarquez la silhouette : queue relevée, avant du sacrum enfoncé, dos voussé et l’aplomb des postérieurs portés sous lui. Autant de signes d’une FTM trop élevée

Il est aussi prescrit un remède homéopathique intéressant dans ce cas : Silicea 9 CH.

Les nouvelles deux jours après sont bonnes, le veau n’est plus essoufflé ne tremble plus, se tient debout et se lève normalement ... le traitement homéopathique est interrompu, le veau ne se laisse plus attraper dans le pré....

[1Au deuxième tiers de gestation apparait l’hormone de croissance qui entraine une croissance plus rapide du mésoderme (cartilage, os) tandis que l’ectoderme (tissu nerveux) n’y est pas sensible et grandit donc moins vite. Ce phénomène est responsable de l’apparition de la queue de cheval, tandis que le cône médullaire semble remonter le long du canal médullaire

[2Cf Dépêche N°1010



Notez cet article
1 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 105 / 752765

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC