L’Ostéo4pattes

Novembre 2009

Créé le : vendredi 6 novembre 2009 par Catherine Laurent, Patrick Chêne

Dernière modificaton le : jeudi 14 avril 2011

Cheval santé

Le bimestriel grand public consacré à la santé du cheval, dirigé par notre consœur Camille Tourmente, est devenu "accro" à l’ostéo !

Après lui avoir consacré un dossier complet dans le numéro de septembre, sous la plume de Natacha Gimenez,co-fondatrice de l’AVETAO, la revue a invité Natacha à faire désormais partie du club des "experts" qui répondent à des questions de lecteurs (aux côtés de noms prestigieux comme J.M. DENOIX, P. BENOIT, R. CORDE, M. PECHAYRE et... tous les autres !)

Premier exercice périlleux pour Natacha Gimenez : "Ostéopathie et coliques".

Après avoir pris soin de rappeler qu’un examen vétérinaire "classique" est un préalable nécessaire pour éliminer des causes courantes de coliques (parasitisme, erreur alimentaire), elle rappelle que certaines dysfonctions ostéopathiques ont des conséquences significatives sur le fonctionnement des organes.

Elle explique que le traitement ostéopathique vise à restaurer le fonctionnement nerveux et circulatoire de l’organe en souffrance.
Elle précise que l’ostéopathie doit, dans le cas des coliques, être utilisée d’abord comme un outil de diagnostic au même titre que les autres pour déterminer si le traitement devra être ostéo ou allopathique.

Encore une preuve du "frémissement" d’intérêt du monde de la médecine équine pour l’ostéopathie - ou de son entrée en grâce depuis l’instauration d’un diplôme inter-écoles entre les 3 cursus vétérinaires français...
En tous cas, merci Natacha de faire ainsi la promo de notre discipline !

Virus

Point d’ostéopathie ici apparemment. Mais sur le dossier chaud de la grippe A et son traitement dans libération... une petite phrase :

"Pour lutter contre les profits des multinationales, il faudrait arrêter de se soigner..."

Oui une petite phrase qui en dit long sur l’ignorance du journaliste quand plus loin il mène un discours qui traite d’obscurantisme les forces qui doutent de la vaccination.

- Ignorance qu’il existe d’autres façons de soigner que de prendre un médicament ou un vaccin...
- Ignorance de son médecin intérieur.

Car je crois qu’est là le plus grand problème de nos civilisations, s’en remettre à des experts qui sont censés trier les infos pour nous et savoir ce qui est bon pour nous...

Démission de l’individu pour le choix de sa santé, pour le choix de sa vie et ainsi...

- on aimerait vacciner à tour de bras pour une maladie qui n’est pas si terrible que cela a priori... on ne parle pas de peste tout de même... avec des arguments "scientifiques" [1] qui sentent le frelaté pour quiconque fait fonctionner son jugement.
- On maintient comme modèle une façon de vivre qui met en péril le vaisseau spatial terre.
- un an après la crise les financiers ne se sentent à nouveau plus d’avidité incommensurable alimentés qu’ils sont par nos achats et nos emprunts.... avec notre bénédiction.

Et pour en revenir à la petite phrase qui tue.... non un médicament, un vaccin ne suffit pas à se soigner et encore moins à se guérir de la tristesse générée par un monde qui n’a plus d’horizon à saluer que celui de l’argent roi.

P.Chêne [2]

PS : J’aurais voulu porter ce post sur le site de Libé, mais on ne peut leur parler que si on est abonné...sic...

La Semaine Vétérinaire (6/13 nov)

Le dos du cheval

"Le dos du cheval est une structure anatomique complexe. Décortiquer le mouvement permet de mieux appréhender certaines lésions dorsales, mais aussi de sensibiliser le cavalier aux muscles qu’il mobilise selon tel exercice et d’adapter le travail du cheval."

C’est en ces mots que débute l’article...

Point d’ostéo là aussi mais un article (un peu léger à mon goût pour une revue véto) qui traite de la mobilité dorsale et lombo-sacrée du cheval.

Le principal intérêt de cet article - qui se veut un résumé d’une conférence faite par JM. DENOIX dans l’Ain en octobre - est de proposer des clichés pris "en rafale" au moment du saut et à la réception.

On voit ainsi très bien les zones qui sont sollicitées et les mouvements du dos, de l’avant main, du balancier tête-encolure et des antérieurs à la réception...

Cet article fait référence à un article d’octobre que je vais essayer de retrouver.

PatCh : j’ai l’article en pdf... le mets-je ?

Science magazine

N°24, dans le dossier cerveau des découvertes exceptionnelles, on notera :

- Attention et conscience : " les mécanismes qui permettent à une information visuelle d’accéder à la conscience peuvent opérer indépendamment de ceux de l’attention. " Prouvé par imagerie cérébrale.

NDLR -> Ce qui signifie qu’il n’est nul besoin de porter attention (focaliser) sur un geste, sur un objet" pour le voir. Voire c’est nuisible d’où le conseil d’apprendre à défocaliser pour mieux intégrer toutes les informations sensorielles reçues. C’est le B+A= BA de l’apprenti étudiant en ostéopathie qui travaille alors des notions de centrage, d’attention et d’intention.... Un exercice simple pour se faire consiste à poser un point sur une page blanche, et de le regarder à une distance de 20/30 cm jusqu’à pouvoir en voir deux indéfiniment à une dizaine de centimètres de distance. la vue est alors défocalisée et toutes les infos vous arrivent sans le filtre de la "focale".

-  Toucher pour mieux apprendre à lire :
- On apprend mieux à lire en touchant...
- les sens du toucher et le sens haptique sert de ciment entre la vue et l’audition
- On parle d’apprentissage multisensoriel.

NDLR : depuis le livre d’Alain Berthoz les sens du mouvement, on savait que les sens étaient interconnectés.... important en ostéopathie une perception tactile peut faire naître une impression visuelle ou auditive qui apporte aussi son lot d’informations... à utiliser donc les images et les sons qui nous viennent en manipulant. Il n’y a aucune raison de laisser aux seuls Autistes savants le mélange des sens qui leur permet des capacités de calculs extraordinaires. Encore une fois ce qui est pathologique chez les uns n’est souvent que l’accentuation de quelque chose qui existe chez tous et que l’on peut développer aussi de façon tranquille et sûre.

- Les neurones ne se régénèrent pas... en fait une croyance, on démontre maintenant que c’est possible... encore une niche pour l’autoguérison de Still et peut être qu’il suffirait de ne pas nous auto-limiter en pensant qu’on ne peut guérir pas avec nos mains une paralysie... Au boulot ???

Patrick Chêne

Mains Libres

Dans ce numéro daté d’octobre et reçu ce mois ( N°207), La lésion (Dysfonction...) ostéopathique et sa normalisation, une simple question d’arcs réflexes.... des histoires de boucles, de barrières physiologiques, d’arcs neuronaux, dans un cadre très Korrien (Irvin Korr, bases physiologiques de l’ostéopathie)

Un petit aparté politique comparant le malaise des paysans au malaise des kinésithérapeutes (physiothérapeutes) suisses...sûrement pertinent, le même souci de voir des décisions prises qui vont à l’encontre du bon sens et ne se soucient que de l’intérêt supérieur de quelques oligarques désirant faire du fric... Obligeant chacun à se contraindre dans des cadres administratifs et financiers exubérants.

L’Essentiel N°155 - 19/25 nov

L’hebdo véto de notre confrère Jean Pierre SAMAILLE est le premier support à publier le communiqué qui met en lumière l’Apérostéo sud-ouest du 27 octobre sous le titre "Ostéopathie en Béarn".
Il reprend intégralement (ou presque) le texte du communiqué qui vous trouverez ici et l’agrémente d’une photo de Véronique ZENONI qui manipule la jument de l’atelier "cheval".
La promo est en marche !

CT

Le Monde

Les ostéos .....

Les patients séduits mais désorientés par l’ostéopathie... Un article qui résumé donne ceci :

- Il y a trop de charlots, il faut réglementer, pauvres patients obligés de recourir au bouche à oreille...

Messieurs les ostéos, vous me désorientez, je croyais naïvement trouver chez des gens à l’écoute développée des réflexions d’un autre ordre que de simplement vous occuper de partage de gâteau. Car c’est bien de cela dont il est question encore une fois sous couvert de protéger le pov’ patient qu’a rien compris.

Des fois les anglais systématiquement à l’envers de tous sont fatigants, mais leur loi qui stipule qu’un adulte est responsable d’aller se faire soigner où bon lui semble, me semble une bonne loi.

Cessez de croire que les patients sont nunuches à ce point là, laissez fonctionner le bouche à oreille, redonnez leur les moyens intellectuels de choisir en leur âme et conscience... plutôt que de continuer à les infantiliser et de les démettre de la responsabilisé par rapport à leur santé en leur faisant croire que les experts et commissions savent mieux qu’eux ce qui est bon pour eux.

En quittant les voies tracées de la médecine académique et en suivant tonton Still, c’est pourtant bien vers là qu’il m’avait semblé tourner...

Mais manifestement, on n’a pas vu tous le même carrefour !!

Patrick Chêne

[1Je leur retournerai bien le pseudo-scientifique qui nous est assené à tour de langue...

[2Parfois dans sa version non médicale mais politique. Sorry mais des fois je ne peux pas m’empêcher.



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 100 / 752012

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC