L’Ostéo4pattes

La Scoliose Chez l’Humain et Son Traitement en Ostéopathie (Rés)

Créé le : lundi 26 octobre 2009 par Yves Guillard

Dernière modificaton le : jeudi 12 mai 2011

Il est facile d’admettre qu’une malformation structurelle, une asymétrie osseuse puissent provoquer une déformation vertébrale à type de scoliose.

Mais le problème se complique lorsque l’on envisage le cas de la scoliose idiopathique.

 ► La Scoliose Idiopathique

Comme son nom l’indique cette pathologie reste sans origine connue. Aussi un des grands spécialistes de son traitement orthopédique et chirurgical, le docteur Yves Cotrel, a-t-il lancé un appel sur son site de la Fondation de France pour que l’on mette à jour cette origine mystérieuse, ceci afin de mieux pouvoir la prévenir (http://www.fondationcotrel.org/fran...).

Le hasard a voulu que, dans les années 80, j’aie eu à soigner une scoliose grave qui avait nécessité deux greffes vertébrales et que l’amélioration ait été très nette suite à mon intervention. En effet, rentrant chez elle, cette patiente a fait rire ses enfants en leur expliquant que, pour la première fois de sa vie, elle pouvait s’asseoir sur ses deux fesses !

Qu’avais-je donc trouvé et qu’avais-je donc fait de si extraordinaire ?

Examinant cette personne, sans a priori, j’avais rencontré un crâne et un périnée très bloqués. J’avais donc libéré le crâne par les approches classiques initiées par Sutherland et, pour le périnée, j’avais utilisée une “petite technique“ apprise lors d’un stage de perfectionnement en ostéopathie crânienne.

Le principe était simple : il suffisait de se mettre en bout de table, aux pieds du patient, de soulever ses membres inférieurs en rotation interne (position “fonctionnelle“ en cas de blocage du périnée) et de “suivre les mouvements des fascias“ jusqu’à l’équilibre. Me laissant guider par mon intuition, j’avais poursuivi ce travail en remontant progressivement le long de la colonne vertébrale jusqu’à la faux du cerveau et, en avant de celle-ci, jusqu’à l’apophyse crista galli. Cela m’avait pris fort longtemps, j’en étais épuisé, mais heureux de ce résultat tout à fait inattendu.

Pendant des années, à chaque fois que j’ai rencontré une scoliose, j’ai retrouvé les mêmes dysfonctions et appliqué le même traitement, avec un résultat constant. En effet, après mon intervention, ces patients ne supportaient plus talonnettes ou semelles orthopédiques, ils se sentaient redressés et, bien souvent, les radios montraient une diminution de l’amplitude scoliotique.

J’ai continué à travailler ainsi pendant longtemps, jusqu’à ce que j’ai l’idée de mettre par écrit ces expériences. J’ai alors pris du recul par rapport à cette pratique, ce qui m’a amené, tout à la fois, à découvrir de nouveaux éléments concernant la physiologie de l’ostéopathie et à affiner considérablement mon traitement des scolioses.

 ►Mécanisme Respiratoire Primaire et Torsion Physiologique

Découverte fondamentale, le Mécanisme Respiratoire Primaire (MRP) a fourni son “moteur“ à la physiologie de l’ostéopathie.

- Au cours de la Flexion de la Symphyse Sphéno-Basilaire (SSB) les fascias montent en rotation externe.
- Au cours de l’Extension les fascias redescendent en rotation interne.


Pour les abonnés, la fin de la lecture ici:

- La Scoliose Chez l’Humain et Son Traitement en Ostéopathie (AR)

Pour s’abonner et pouvoir lire la suite, c’est ici:

- http://www.biblioboutik.osteo4patte...



Notez cet article
4 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 1227 / 752370

Suivre la vie du site re_su 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC