L’Ostéo4pattes

Où arrêter l’ostéopathie ?

Créé le : dimanche 29 mars 2009 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : jeudi 5 mai 2011

Quand on commence à faire de l’ostéopathie, la question des techniques multiples et variées dans leur approche se pose rapidement.

Faut-il rester structurel ? ou bien mettre un doigt de musculaire ?

Faut-il s’acoquiner avec ce fichu crânien et ce fluctuant viscéral ?

La réponse pour ma part fut rapidement non à la première et oui !!! trois fois oui à la dernière.

Et puis vint vite la question de syncrétisme. En effet dans nos précurseurs en ostéopathie vétérinaire, F. Lizon & D. Giniaux faisaient aussi de la médecine chinoise.

On peut se demander s’il est utile de lier les deux. La réponse est encore là trois fois oui. Et il serait dommage de s’en priver.

De nombreuses fois j’en ai eu l’expérience.

Ce matin encore un cas a mis en évidence de façon flagrante ce qu’on appelle couplage de méridien.

En effet les méridiens d’acupuncture vont par deux : Un méridien Yang et un Ying... un blanc et un noir, un haut et un bas... deux opposés et complémentaires....

Un chien, Fanny, minuscule croisé papillon est présenté pour une parésie apparue brutalement qui le fait s’affaisser du train arrière pendant quelques heures puis repartir.

Il est diagnostiqué une sciatique, un traitement classique peu efficace, des bruits d’opération (sur un chien de 15 ans !) sans doute pour hernie, se font entendre.

La consultation d’ostéopathie met surtout en évidence un blocage de l’axe crânio- sacré, un blocage du diaphragme, et de plusieurs thoraciques.

Rien cette fois qui paraisse mettre en relation avec un méridien d’acupuncture ou avec son point Yu ce qui est pourtant un des liens classiques de ces deux médecines.

Aujourd’hui c’est la réaction de Fanny qui va nous aiguiller vers le vrai problème, une perturbation forte du couple :

 POUMON/GROS INTESTIN

- A peine dégagé D13 et les thoraciques, Fanny se met très fortement à hyperventiler... ce qui nous rapproche des poumons... Elle continuera pendant 10 bonnes minutes, comme si tout à coup elle pouvait enfin prendre assez d’air (blocage du diaphragme).
- A la fin de cette séquence par deux fois en l’espace d’une minute elle fera dans la salle de consultation des exonérations d’une grande quantité de selles sèches et dures.

Comme si le déblocage avait boosté dans l’ordre le méridien poumon puis celui dans lequel son énergie se déverse, le méridien Gros intestin.

 Finalement :

- Il s’avère que la constipation non mentionnée dans l’anamnèse comme problème est assez ancienne.
- Que plutôt que de sciatique il aurait fallu parler d’encombrement du petit bassin amenant douleur, raideur et donc parésie.
- dès la fin de la manipulation Fanny qui marchait les postérieurs semi fléchis remarche les postérieurs tendus normalement....

Comme souvent, la perception des tensions et leur traitement est ostéopathique et la médecine chinoise apporte son lot d’explications et replace la pathologie dans une histoire qui dure depuis longtemps.. ici la constipation....

De quoi revisiter le concept de fatalité dans la maladie .....

Et puis si l’ostéopathie s’étend jusqu’à la médecine chinoise, n’y aurait-il pas d’autres directions où l’étendre ?



Notez cet article
5 votes



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 619 / 723169

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC