L’Ostéo4pattes

K103 - La Vérole et un Bureau de Tabac....

Créé le : vendredi 14 novembre 2008 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : samedi 9 décembre 2017

J’avais un "vieux" professeur de maladies contagieuses assez théâtral qui nous mettait ainsi en garde :

"Attention quand vous consultez un animal , ne vous laissez pas embarquer par l’évidence pour faire un diagnostic, vous pouvez avoir la vérole et un bureau de tabac !"

Ainsi le cas d’Otello, labrador de 10 ans, qui boite depuis deux ans de l’antérieur gauche, avec une amyotrophie de l’épaule.

Les traitements mis en place au début de la boiterie n’ayant pas réglé le problème, il a été laissé ainsi avec une boiterie finalement bien intégrée dans sa vie et sans tendance à l’aggravation.

Jusqu’à un lundi matin où après une promenade du dimanche... il se trouve qu’il ne pose plus cet antérieur et le laisse pendre depuis trois semaines maintenant, sa démarche est raide et hésitante.

Entre temps, une première consultation vétérinaire n’a rien donné malgré le traitement antiinflammatoire prescrit.

Une deuxième consultation d’un spécialiste plus poussée ne met en évidence qu’une douleur d’épaule. Les radiographies mettent en évidence une lyse osseuse dans l’humérus dont on ne sait si elle est d’origine infectieuse, tumorale, ou... ?

Un traitement antibiotique est mis en place au cas où la première hypothèse serait la bonne. Après 5 jours il n’y a aucune amélioration.

La consultation ostéopathique met à jour une "flopée" de tensions :

- Des tensions fortes sur la lombaire 7, avec manifestement un début de sciatalgie.
- Une forte tension sur la zone charnière de D13 où les radios montrent des becs de perroquets.
- Une tension sur la nuque (articulation atlanto-occipitale), ainsi que sur une racine de dent sur le maxillaire gauche.
- une très forte tension entre les épaules.

Pour l’antérieur gauche :

- L’épaule est très douloureuse mais ne montre pas de dysfonction nette, elle ne sera même pas traitée au cours de la séance.
- une dysfonction forte du radius en rotation externe et une entorse de la deuxième phalange du doigt externe : non douloureuse et sans signe de lésions tissulaires seulement mise en évidence par les tests de mobilité et un déficit de rotation interne.

Des la fin de la séance la démarche est plus souple et on assiste à des tentatives de poser de la patte.

En deux jours on revient au même stade de boiterie que celui qui existe depuis deux ans, la douleur de l’épaule a disparu.

Il n’y a pas à ce jour assez de recul pour savoir si l’amélioration ira au delà, mais d’ores et déjà, l’amélioration est qualifiée d’extraordinaire par le propriétaire.

Conclusion

1- Ce cas montre s’il en est encore besoin qu’un diagnostic de boiterie ou de démarche est autant :

- un diagnostic lésionnel, c’est à dire réalisé avec la médecine au sens courant du terme, ici et maintenant en occident.
- qu’un diagnostic global dysfonctionnel du ressort de l’ostéopathie, voire de l’acupuncture...

Les deux doivent marcher de concert pour mettre toutes les chances de son côté vers une "auto-guérison" rapide. Et en particulier coexister dans la détermination du diagnostic.

2- Une lésion déjà existante peut "se réveiller" à la faveur d’un trauma intéressant une zone en relation nerveuse avec elle et donner alors des symptômes d’aggravation forts. La cartographie et l’interrelation nerveuse de différentes zones et tissus est donc à explorer avec opiniâtreté. Cela n’a jamais été envisagé correctement par la médecine actuelle.

3- Une entorse, c’est d’abord et avant tout un défaut de mouvement d’un os avant d’être une lésion tissulaire de tendons avec œdème et déchirure.



Notez cet article
7 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 339 / 621070

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 5 - Exemples d’Ostéopathies  Suivre la vie du site K Cliniques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License