L’Ostéo4pattes

058 - Dépêche du Samedi 13 Décembre

Entorse sur un taurillon
Créé le : samedi 13 décembre 2008 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : lundi 4 décembre 2017

Une boiterie importante depuis plusieurs mois qui n’était qu’une entorse de l’onglon interne.

Ulysse est un jeune taureau "brune des alpes" de 18 mois.
Au printemps, à l’âge d’un an, il a été retrouvé au pré avec un défaut d’appui du postérieur gauche.

Après différents traitements anti-inflammatoires et du temps de repos, au bout de 5 mois, la boiterie a diminué d’intensité, mais elle reste présente et l’appui ne se fait que sur la pointe des onglons.

Au jour de la consultation ostéopathique, le tableau suivant est observé :

- entorse du doigt interne du postérieur gauche (P2 en rotation interne)
- Ménisque interne du grasset gauche chassé vers l’avant
- Sacrum en rotation Gauche,
- D13, D9
- Frontal, nasal, Maxillaire G

Tous ces points sont travaillés un par un avec des techniques fonctionnelles et de "recoil" (petit crocheté du doigt sur la structure en dysfonction).

A la fin de la consultation, l’appui est franc en particulier le pied est posé sur toute la surface de l’onglon.

La boiterie a déjà diminué. Quelques jours devraient suffire pour que tout rentre dans l’ordre.

Ici comme pour le gros doigt du lévrier (cf encart du 02/02/08) la douleur est due à un défaut d’adaptabilité d’une phalange dans les mouvements mineurs.

En ostéopathie, une entorse avant d’être une distension ligamentaire est avant tout due à un franchissement de la barrière physiologique d’une articulation dans un de ses mouvements (mineur en général) qui empêche de manière définitive le retour vers un débattement normal.
Une fois passé la phase aiguë (œdème, tissus déchirés) ce problème peut parfois persister des années.

Ici manifestement le trauma original s’est fait en rotation interne : l’onglon qui pivote vers l’intérieur au moment de la chute.

Il s’ensuit que la phalange, ici P2, reste en rotation interne alors que l’appui lui demande une flexion par rapport à P3 et une rotation externe. Comme cette dernière ne peut pas être exécutée, il n’y a pas non plus de flexion et l’appui se fait sur la pointe de l’onglon.

C’est ainsi qu’en ostéopathie on affirme que les mouvements mineurs commandent les mouvements majeurs.

Et dans ce cas la résolution est d’autant plus facile qu’il suffit au cours d’un traitement global de restituer expressément ce paramètre de rotation externe.

Agenda

Le 28 novembre 2008 au congrès de l’AFVAC, dans l’après midi, il y aura quelques conférences sur l’acupuncture et l’ostéopathie (gestion du stress et de la douleur, palpation du dos)

Plus d’informations : Congrès AFVAC 2008



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 83 / 621070

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 5 - Exemples d’Ostéopathies  Suivre la vie du site La Dépêche Vétérinaire   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License