L’Ostéo4pattes

Joie, Tristesse, colère.....

Créé le : vendredi 11 juillet 2008 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : lundi 28 mars 2011

Une fois n’est pas coutume, je ferai un petit billet d’humeur... comme si c’était un blog par exemple.

En effet, il est une chose que de parler reconnaissance des possibilités de l’ostéopathie, de s’attaquer à des gens qui n’en veulent rien savoir, patiemment en écrivant jour après jour des cas cliniques, en décrivant des principes, en les rattachant au monde, à leur monde....

En râlant un peu parce que quand même....

Et puis il y a des jours où le contraste vous laisse par terre....

Fort d’un titre provisoire d’ostéopathe encore valable 15 jours.... je soigne de temps en temps des Deux pattes....

Et puis aujourd’hui, après avoir soigné les chevaux, Mme X me parle de sa fille de 15 ans qui depuis à peine quelques mois fait une scoliose évolutive très rapide, avec grosses douleurs (lombaires, dans les épaules, mal de tête), nécessité de poser un corset et qui d’examen en examen se désespère....

Et alors que fait l’ostéopathe ?

Bon Je me propose... Je viens de finir l’article sur la force de traction médullaire.... c’est pile le sujet non ?

Et là debout, habillée, dans la salle à manger consultation avec une jeune fille très sensible qui perçoit :
- moultes sensations
- les libérations progressives de sa tension,
- l’excès momentané de traction de ma manipulation que je convertis vite en pression plus forte,
- la petite aggravation tant que je n’ai pas touché au crâne et à son trauma de chute de cheval oubliée.. et dont la mémoire revient en travaillant les pariétaux.

Tout y était, le filum terminale, la faux du cerveau, le renflement médullaire du thorax, tout comme dans l’article.

Et à la fin un grand sourire énorme avec des yeux étonnés : "je n’ai plus de douleur", je peux me tenir droite !!... un sourire qui fait plaisir à voir...

Et la joie du gars qui a accompagné quelque chose de beau avec ses mains, de l’art médical [1], tout simplement !!! Même si les 35° ne sont pas partis d’un coup, le confort est revenu, ce n’est pas rien.

Suite à cette joie, la tristesse m’est tombée sur les épaules....

Mais pourquoi ? pourquoi ? C’est pourtant si simple à comprendre, à faire en quelques minutes dans certains cas et pourquoi faut-il encore et encore se batailler pour que ces choses là soient intégrées dans le parcours normal du scoliotique ?

Pourquoi cette manipulation là ne se fait-elle pas systématiquement dans un contexte médical avéré, pourquoi les principes qui la sous tendent sont-ils encore trop dénigrés par des scientistes furibonds, pourquoi les articles généralistes sur la scoliose ne disent-ils pas qu’on peut faire cela.

Pourquoi de la souffrance inutile ? Pourquoi des séquelles parfois très pénalisantes ?

Oh bien sûr c’est pas à chaque coup, bien sûr ce n’est pas toujours la panacée, mais pourquoi ne pas essayer, quand çà marche... c’est si simple..... et si économique !!!!

Alors oui ce bonheur du thérapeute manuel se transforme en grosse colère par rapport à un système poussif qui n’est plus capable d’absorber le moindre changement de paradigme, incapable de remettre en cause ses vieux réflexes intellectuels...

Mais bon c’est comme cela... acceptation.

En occident, au début il y avait le paradis lui et lui seul...ni bien ni mal, et puis il y a eu Eve et adam, la dichotomie s’était introduite dans l’unité. Alors il y a eu la pomme, catalyseur de la réaction et arriva ce qui arriva, il y eu un haut et un bas, un paradis et un enfer, le bien et le mal, la joie et la tristesse.... le mouvement de balancier de l’un à l’autre.

En orient, au début, il y avait le Tao si grand et si Un qu’on n’en peut rien dire, à peine tenter de l’approcher, et puis lui aussi se divisa en deux : le Yin et le Yang, le haut et le bas, le sombre et le clair et de ces deux pôles antinomiques et complémentaires naquit le mouvement.

J’ai beau me dire qu’il est normal qu’il y ait des pros et des antis, des trop pros et des trop antis...Si l’on veut que le mouvement existe, mouvement qui est la base du traitement ostéopathique...

J’espère que je continuerai longtemps à m’extasier devant un sourire de soulagement et à râler contre un système qui fait la moue devant des manières si simples de traiter...

J’espère...

[1ici art n’est pas emphatique, mais opposé à technique



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 261 / 706080

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC