L’Ostéo4pattes

K23 - Mon chien boitait du foie

Créé le : mardi 1er avril 2008 par Jean Claude Colombo

Dernière modificaton le : vendredi 1er décembre 2017

Le cas d’un berger allemand présentant une boiterie récidivante avec algie dorsale, permet de montrer comment le raisonnement ostéopathique peut parfois solutionner des impasses thérapeutiques.

Un chien berger allemand de 7 ans est présenté à la consultation, référé par un confrère, pour une boiterie récidivante tenace, depuis plusieurs mois, soignée par des AINS sans succès, disparaissant comme elle est venue, sans signes radiologiques. Une récente crise motive la consultation.

A l’examen classique, on note un bon état général, une auscultation normale, pas de fièvre. La démarche est raide, le dos légèrement voussé, et la palpation de la zone thoraco lombaire est douloureuse. Le propriétaire signale quelques vomissements de bile survenus les jours précédents. Les examens biologiques pratiqués par le vétérinaire traitant sont normaux. Le propriétaire signale un antécédent de piroplasmose l’année précédente.

A l’examen ostéopathique, on note des dysfonctions vertébrales en D11 qui est FRSdte, D12 et D13 étant en contre rotation gauche. Le sacrum est en torsion sur un axe oblique droit, le pilier droit du diaphragme est en tension, ainsi que le ligament falciforme. A l’examen par des techniques tissulaires, le foie parait tendu et quasi immobile.

Les corrections sont effectuées par des techniques fasciales et viscérales, (foie et diaphragme ) ainsi que par une technique crânio-sacrée. Les dysfonctions vertébrales dorsales sont levées spontanément à la suite de la manipulation du foie. L’adjonction d’aiguilles d’acupuncture en point VB34 (tête de péroné) et VB41 (face externe du tarse) complète le traitement.

Le chien est revu 2 mois plus tard, après quelques nouvelles téléphoniques. Il n’y a eu aucune crise de boiterie depuis. Les vomissements de bile ont cessé. A l’examen ostéopathique, on retrouve une dysfonction du tarse gauche, corrigée rapidement en technique MRP. La boiterie n’est pas réapparue, l’algie dorsale non plus, recul à un an.

Douleurs viscérales et boiteries ?
Les ligaments fixant le foie dans la cavité abdominale, de par leurs rapports avec le diaphragme d’une part, le péritoine et la zone thoraco lombaire d’autre part, constituent un système de tension dorso ventral et crânio caudal, dont les points d’attache sont en lien direct avec la colonne vertébrale et la chaîne musculo-fasciale ventrale. L’hypothèse diagnostique ostéopathique repose sur l’idée que la distorsion de ce système de tension provoque la distorsion des zones d’attache. Cette distorsion entraîne immanquablement une restriction de mobilité de ces zones (ici dernières thoraciques, premières lombaires et grand droit de l’abdomen). Leur sollicitation par la marche conduit à une inflammation locale et à un phénomène algique aigu, parfaitement soulagé par les AINS. Mais la persistance de la dysfonction primaire foie gardant des séquelles de la piro de l’année précédente : motilité diminuée, tensions fasciales), provoque inévitablement la récidive de la douleur. L’apparition de vomissements discrets montrait à l’évidence le début du dérèglement de l’organe.

L’acte ostéopathique a permis dans ce cas de résoudre durablement une pathologie d’inconfort dont les examens classiques ne pouvaient déceler la pathogénie et les traitements ne soulager que temporairement.



Notez cet article
6 votes



Mots-clés




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 234 / 619467

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 3 - Textes du 4Pattes  Suivre la vie du site Revue en ligne (AS)  Suivre la vie du site N° 006 à 010 (AR)  Suivre la vie du site N° 008 Mars 2008 (AR)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License