L’Ostéo4pattes

Odontostomatologie et ostéopathie équine, introduction. (rés)

Créé le : vendredi 22 juin 2007 par Thierry Fuss

Dernière modificaton le : jeudi 30 novembre 2017

"L’articulation temporo-mandibulaire, le dentiste et l’ostéopathe" ou "comment les deux versants de la montagne mènent à son sommet" ou "l’articulation temporo-mandibulaire, la tête, les dents, l’hyoïde, les cervicales…et tout le reste"

La dentisterie équine vise traditionnellement à rétablir ou à maintenir un certain confort dans la cavité buccale ; ceci dans le but d’obtenir une bonne utilisation de la ration alimentaire et/ou une bonne tolérance au mors, bref d’avoir un cheval performant. Les demandes cosmétiques restent rares voire exceptionnelles.

La recherche de la performance fait également partie du travail de l’ostéopathe équin. D’ailleurs, certains symptômes tels que le grincement de dents et le syndrome "dur sur la main nez d’un côté n’incurve pas l’encolure d’un côté etc." sont des motifs de consultations rencontrés dans les deux disciplines.

Il n’est pas rare d’avoir en consultation de dentisterie des patients référés par l’ostéopathe dans le cadre de certaines dysfonctions de l’articulation temporo-mandibulaire. L’inverse est moins fréquent et nécessite de la part du dentiste une certaine finesse d’appréciation et également d’être suffisamment informé.

L’articulation temporo-mandibulaire est considérée comme l’articulation qui travaille le plus dans l’organisme. Elle intervient dans différentes fonctions. La déglutition et la mastication sont celles qui la sollicitent le plus, viennent ensuite la respiration et la phonation.

On peut rajouter qu’elle joue un rôle privilégié chez le cheval au travail par son importance dans le contact avec la main du cavalier et aussi – cela reste à préciser chez le cheval – par le rôle de la mandibule dans la statique et la dynamique globales .

Nous allons tenter de voir ce que le dentiste peut apporter dans la gestion des dysfonctions de l’articulation temporo-mandibulaire, ce que l’ostéopathe peut en attendre ; inversement, le point de vue de l’ostéopathie apporte un éclairage particulier dans les soins buccodentaires, même en l’absence de signes cliniques.

Tout cela avec en perspective, comme recherche du Graal, les rapports entre l’occlusion dentaire et la posture…

N.B. : Articulation temporo-mandibulaire sera noté ATM par la suite

Odontostomatologie et ostéopathie équines : considérations anatomiques

Il est habituel de considérer l’articulation temporo-mandibulaire comme le point de rencontre entre l’ostéopathie et la dentisterie. Cela n’est pas faux à condition de regarder cette articulation sous un angle "ostéopathique" c’est-à-dire tendant vers la globalité. Sans aller jusqu’à tenter de montrer des liens anatomiques entre l’ATM et la dernière vertèbre caudale ou l’extrémité du pied postérieur nous allons voir qu’il faut considérer à minima des structures anatomiques allant des incisives à la ceinture pectorale. Cette partie anatomique va rester assez "conventionnelle" même si dans la pratique une anatomie "fluidique", "tchdienne", "tenségritidienne" ou autre serait souvent plus en rapport avec ce que l’on ressent ou ce que l’on fait. Cependant cette anatomie "structurelle" a la vertu d’être une vision que l’on peut aisément partager et qui reste un point de départ incontournable dans la compréhension des choses. La notion d’appareil manducateur est plus complète mais oriente trop vers la mastication qui n’est pas forcément la fonction principale à considérer dans les dysfonctions même chez le cheval.

C’est pour cette raison que dans ces considérations anatomiques, la description de l’ATM ne sera qu’une partie parmi les autres. L’anatomie des dents ne sera pas abordée en détail, elle fait l’objet d’un article par ailleurs dans cette revue.

I - Le crâne – la mandibule

Le crâne est formé par un ensemble d’os dont certains interviennent de manière évidente dans ce qui concerne la bouche :
-  l’incisif car il porte les incisives
-  le maxillaire car il porte les dents jugales (prémolaires et molaires) et accessoirement la canine et forme une partie du palais dur
-  le palatin participant au palais dur
-  le temporal s’articulant directement avec la mandibule
-  et parce que sur eux s’insèrent des muscles ou interviennent dans l’arrière bouche : zygomatique, ptérygoïde, sphénoïde…
Enfin l’ensemble des os du crâne sera à considérer dès lors que l’on a une approche ostéopathique des sutures crâniennes, du système craniosacré mais aussi d’un point de vue biomécanique. En effet, les tensions ou compressions relatives que vont subir les dents et les ATM vont se répercuter aux os du crâne mais inversement elles peuvent aussi être liées à des paramètres de symétrie de l’ensemble de la tête.

La mâchoire inférieure est constituée de deux hémi mandibules qui dans leur partie horizontale – le corps - portent les dents inférieures et dans leur partie verticale – la branche - les muscles masticateurs.

Pour lire la suite, vous pouvez vous abonner:
- papier
- Suite, pour les abonnés ...



Notez cet article
5 votes



Mots-clés




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 325 / 721168

Suivre la vie du site re_su 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC