L’Ostéo4pattes

023 - La dépêche du samedi 22 juin

Le geste ostéopathique : un complément diagnostic et thérapeutique…
Créé le : vendredi 22 juin 2007 par Bruno Denis

Dernière modificaton le : jeudi 30 novembre 2017

Le geste ostéopathique est un complément diagnostic et thérapeutique…

Une welsh terrier femelle de 2 ans a fait une chute dans l’escalier.
Après quatre jours, la persistance d’une boiterie permanente du postérieur gauche avec une douleur à l’extension de ce postérieur motive la consultation.
Après 10 j de firocoxib, les symptômes sont les mêmes et font consulter à nouveau. Une radiographie sans préparation visualise un léger tassement L7-S1. Des injections de mésothérapie lombo-sacrée sont effectuées. Mais aucune amélioration n’est observée dans les 10 jours. Et elle refuse même d’aller se promener.

A ce moment l’examen ostéopathique se résume ainsi :

Légende : Chaine Dysfonctionnelle lors de la première consultation (calquée sur un dessin de Baronne)

Traitement :

Technique fonctionnelle et myotensive sur le membre postérieur gauche, suivie dans la foulée par une technique structurelle indirecte sur les lombaires par petit bras de levier sur l’épine dorsale de L6, accompagné par le grand bras de levier du postérieur gauche. Technique structurelle directe et indirecte sur l’ilium gauche.

Contrôle 10 jours après la manipulation :

Il n’y a plus de restriction de mobilité. Le postérieur peut être étendu en extension sans difficulté, ni douleur ni gène. La chienne retrouve son envie d’aller se promener. Néanmoins au retour d’une longue promenade elle semble encore souffrir, manifestant une suppression d’appui au repos. Cette gène n’a pas motivée d’autres consultations et elle a disparue dans les 15 jours suivants.

DISCUSSION :

A travers ce cas, comme tant d’autres l’approche ostéopathique permet un autre regard sur le patient et donne au praticien des moyens complémentaires. Elle n’est pas pour autant une panacée mais le constat de son intérêt se prouve à chaque fois qu’elle est bien indiquée. La chronologie des consultations met en évidence que les douleurs d’origine inflammatoire par traumatisme ne sont pas toujours l’unique cause de la pathologie (ici locomotrice). Une fois détectées, les dysfonctions somatiques sont traitées par une ou plusieurs séances et le patient recouvre sa mobilité.
Pouvoir traiter les dysfonctions somatiques dès le début ne peut qu’être plus bénéfique pour le confort du patient. Même si au début d’une telle pathologie il n’est pas toujours possible de s’affranchir d’anti-inflammatoire. Souvent l’application plus précoce de l’ostéopathie permet de compléter l’arsenal thérapeutique et de pouvoir raccourcir la durée d’administration des médicaments.

Actualités :

Des rencontres d’ostéopathie comparée (toutes espèces) auront lieu en Ariège (09), le week end du 25 & 26 aout, inscription sur le net : 13 ièmes Rencontres d’ostéopathie Comparée 2018 ou renseignements, Patrick Chêne 06 12 28 05 42.



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 139 / 721745

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC