L’Ostéo4pattes

Actualités et reconnaissance (AR)

Créé le : samedi 28 janvier 2006 par Ostéo4pattes-Vetosteo

Dernière modificaton le : samedi 9 juillet 2011

RECONNAISSANCE

Le 25 Mars 2005 sur invitation de l’ordre des vétérinaires, nous avons enfin pu parler de l’ostéopathie et de sa place dans le soin aux animaux. Après de nombreux atermoiements les dernières années, il a effectivement cette fois été trouvé une oreille attentive aux problèmes soulevés par l’ostéopathie et son exercice.

De fait, la plupart de nos confrères vétérinaires ignorent au mieux ce qu’est l’ostéopathie quand ils ne la dénigrent pas. Nous sommes bien conscients qu’il faut du temps et plusieurs générations sans doute pour faire oublier le passage de Dominique Giniaux devant l’ordre pour déshonneur du diplôme. Mais du coup, comme les ayant droit se sont désintéressés de la chose ostéopathique, d’autres s’en sont occupés et c’est normal......Et la réalité d’aujourd’hui fait que l’ostéopathie animale n’est tout seulement le fait des vétérinaires.....c’est une réalité.

Et le président de l’ordre a bien compris cela, mais il reste à savoir comment sortir souplement de cette situation ou tout est possible (apprendre l’ostéopathie en quinze jours...), ou se faire accuser d’exercice illégal quand on a 20 ans de pratique sur les animaux....

Nous espérons que la discussion pourra s’engager, et que les seuls buts avoués et inavoués seront le bien être de nos patients.

Pratiquement, Cette journée a débouché sur un tour de table conséquent où chacun a pu dire ce qu’il avait à dire, pour plus ample information différends points de vue et compte rendus sont publiés sur vetosteo.fr à cette adresse :

http://www.vetosteo.fr/Conference/o...

Elle a aussi débouché sur la formation de deux commissions :

Formation et Communication.

COMMISSION FORMATION

Jusque là, la façon de se former en ostéopathie sur les animaux relevait du parcours du combattant. L’IMAOV (ex IMEV) ayant formé la majorité des vétérinaires pratiquant aujourd’hui l’ostéopathie, La Sphère une autre partie et la formation à l’école Nantaise est trop neuve et trop sur la sellette pour prétendre à beaucoup, elle vient juste de finir de former 25 vétérinaires sur les deux années passées.

Il existe des formations autres : Certains d’entre nous ont suivi les cours de la collégiale académique, il existe à Brighton des cours d’ostéopathie sur trois ans, à Rennes des cours d’étiopathie, etc....

Le 14 juin une réunion a commencé à déterminer un référentiel pour être ostéopathe animalier. Mon souhait le plus cher aurait été qu’il inclut dés maintenant des ponts et passerelles pour sortir un jour du cadre légal actuel :

SEUL UN VÉTÉRINAIRE PEUT ÊTRE OSTÉOPATHE SUR LES ANIMAUX EN FRANCE.

Il est manifestement inadapté de fait, mais il faudrait aussi que cela contraigne à relever le niveau (quinze jours de cours c’est...peu, bien trop peu).

Il est inutile pour un ostéopathe d’être chirurgien mais il doit connaître, anatomie, physiologie, pathologie, etc.....

LE 14 JUIN, RÉFÉRENTIEL ?


Un commentaire de client qui pose le sujet :

Je suis cavalier de CSO, dans le calvados, et propriétaire d’une écurie. Pour ma part je suis pour une médecine plus spécialisée ! En effet, comment voulez vous croire qu’un veto qui manipule dix chevaux par an, soit efficace ! Un exemple : Pour moi le monde des courses c’est comme la formule1, il y a beaucoup d’argent en jeu et il veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs chevaux, pour qu’ils soient le plus performant possible. Ils ont recours à l’ostéopathie pour optimiser les performances de leur animal. Pour résumer, je ferais toujours plus confiance à un praticien (veto ou pas) qui ne fait que de l’ostéopathie à plein temps ! Et une chose encore, il serait plus rassurant de voir un vétérinaire recommander un spécialiste plutôt qu’un vétérinaire qui sait tout faire : dentiste, ostéopathie, ... Pour conclure, je dirais que : la médecine vétérinaire progresse et progressera encore, il faut que les vétérinaire de l’ancienne école accepte cette évolution qui est la spécialisation des soins. Il faut que tous ce petit monde qui est à notre service (il ne faut pas l’oublier !) s’accorde et se recommande les uns les autres ; il n’y a pas de honte à dire : "je ne suis pas très compétent pour ça mais je peux vous donner l’adresse de quelqu’un qui ne fait que ça". De plus je voulais signaler qu’il n’est pas important pour moi que l’ostéopathe qui manipule mes chevaux ait une formation sur les humains, ce que je veux, c’est qu’il maîtrise son sujet sur les chevaux !

E.G


Jean Claude Colombo : je vous fais un rapide compte rendu de cette réunion

Les points positifs (pour moi) :

1 : la création d’un diplôme type CES de vétérinaire ostéopathe, qui pourra se valider dans les ENV et dans le privé.

2 : le pré requis pour l’inscription à ce diplôme sera le titre de DMV. pas de conditions d’exercice antérieur

3 : un référentiel de base à suivre pour les formateurs est en cours d’élaboration. Chacun a pris une partie à travailler.

4 : un examen final sanctionnera les études.

5 : les vétérinaires ostéopathes actuellement installés seront validés par un système de VAE. (validation d’acquis professionnels)

prochaine réunion de travail le 8 septembre.

Mes commentaires :

On n’a jamais été aussi avancé sur le chemin de la reconnaissance de l’ostéopathie dans le milieu vétérinaire, même si deux écoles seulement étaient représentées.

Je voudrais revenir sur ma position car j’ai vraiment l’impression d’être un vieux con rétrograde, et quelqu’un de replié sur mon nombril quand je parle de protection du diplôme :

je répète ce que je disais précédemment : si je voulais faire profession d’ostéopathe humain, je ferais un diplôme humain, si je voulais faire kiné je passerais le concours kiné... etc. sinon on mets en place un titre de thérapeute et basta tout le monde soigne tout le monde..

cela ne préjuge en rien de la collaboration nécessaire et importante entre thérapeutes humains et vétérinaires, qui a toujours été et qui a fait avancer les deux médecines. Ce n’est pas parce qu’un chirurgien humain a travaillé sur des cadavres de chien ou a été voir travailler un confrère vétérinaire qu’il passe ensuite sur la chirurgie des animaux ? idem à l’envers.

Lors de la réunion Jean Pierre Pallandre nous expliquait que les candidats à l’IFKA (institut français de kinésithérapie animale) étaient des cavaliers qui cherchaient à comprendre leur monture et à se former pour le fun, sans du tout vouloir en faire profession...

Outre que ça fait très cher en dépense pour le simple fun, je trouve cette analyse excessivement naïve et déconnectée des réalités des terrains de concours envahis par des ostéopathes non vétérinaires qui distribuent leur carte en claironnant qu’il n’existe pas de diplôme vétérinaire en ostéopathie et que donc les seuls formés ce sont eux, cassant du vétérinaire allègrement .

En résumé, il faut savoir dans quel camp on joue. pour ma part j’ai choisi il y a trente ans maintenant (eh oui, déjà...) et je n’ai pas l’intention de laisser lancer dans les pattes des jeunes confrères que je contribue à former en ostéopathie, des concurrents qui pourront se prévaloir d’avoir été instruits par un ou des professeurs d’école vétérinaire.

Sur un tout autre plan, j’ai trouvé plutôt cocasse de me trouver à débattre et ce, dans les locaux de l’ordre, de la forme du MRP et de la place chronologique qu’il doit occuper dans l’enseignement. Quant à entendre Claire parler de " remettre un pilier du diaphragme ou un foie en place"... surréaliste parfois.

Feu nos confrères jadis accusés de tromper leur clientèle et de pratiquer une non médecine" doivent bien rigoler !!

Comme quoi tout change et il est parfois difficile d’avoir raison trop tôt.

N’est ce pas Eric ?

amicalement.

Jean Claude Colombo


D’autres commentaires non publiés ici ont été moins optimistes, mais laissons le temps au temps. Et la question est-il besoin d’apprendre la chirurgie pour être ostéopathe ? N’a pas encore sa réponse....

COMMISSSION COMMUNICATION

Parler de l’ostéopathie à nos confrères et au grand public via les organisations vétérinaires existantes. Mais et surtout :

OU TROUVER UN OSTEOPATHE ?

Pour les non vétérinaires, pas de problèmes, Internet regorge de noms. Mais jusque là les vétérinaires n’ont pas droit à une publication d’une liste d’ostéopathes, ce qui est un tantinet bizarre...mais la chose devrait être réparée dans les mois qui viennent, voire dans ce mois ci si les délais sont tenus. ( Et bien non, ils ne le sont pas....) Et pour Vetosteo qui reçoit chaque jour des mails où l’on demande un nom dans tel ou tel département, c’est une bonne nouvelle.

Le temps a passé (07/11) , les représentants des vétérinaires ne semblent plus jurer que par l’ostéopathie, pourtant ... elle n’est pas encore acceptée pour ce qu’elle est et pour ce qu’elle bouscule.

Un Diplôme inter école d’ostéopathie a été crée et regroupe les trois écoles enseignant actuellement à des vétérinaires : ENVNantes, IMAOV, AVETAO.

A ce jour la position de Jean Claude Colombo a évolué par rapport à l’exercice des non vétérinaires, il admet la possibilité sous réserve de formation adéquate et de respect d’une certaine déontologie.

L’annuaire en question ce jour là fonctionne depuis de manière satisfaisante :

- http://www.osteopathe-veterinaire.eu/



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 134 / 753003

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC