L’Ostéo4pattes

K07 - L’ostéopathie et les oiseaux...

Créé le : mercredi 22 novembre 2006 par Véronique Zenoni

Dernière modificaton le : mercredi 29 novembre 2017

La formation en ostéopathie délivrée par l’Ecole nationale Vétérinaire de Nantes concerne les Mammifères. Mais elle permet également d’aborder les oiseaux. C’est ainsi que j’ai mis en pratique cet enseignement sur les oiseaux qui me sont présentés dans le cadre d’une aide bénévole au centre de soins de la faune sauvage Hegalaldia (64 480 Ustaritz).

Après un petit rappel d’anatomie, je vous présenterai quelques cas cliniques représentatifs des espèces et des problèmes rencontrés. J’espère ainsi vous donner une idée des situations rencontrées et dégager les apports de la pratique de l’ostéopathie lors d’interventions sur des oiseaux de la faune sauvage, de passage dans un centre de sauvegarde.
QUELQUES POINTS D’ANATOMIE

En anatomie classique, un oiseau cela commence par une tête petite et conique, prolongée en avant par le bec, et posée sur un long cou flexueux. Et cela se termine par une queue mobile. Entre les deux, le squelette axial est -réputé rigide avec :

* Des vertèbres dorsales le plus souvent soudées en un os unique sauf la -première qui reste généralement libre, ainsi que l’avant-dernière. La dernière est souvent rattachée à l’os lombo-sacral.
* Des vertèbres lombaires et sacrales soudées en un os unique : le lombo-sacrum ou synsacrum, auquel se rattachent la dernière vertèbre dorsale et la première vertèbre coccygienne.

Le tout est encore rigidifié en avant par les coracoïdes et les clavicules, et en -arrière par un volumineux os ilium soudé aux vertèbres lombaires et sacrales. Avec de plus un sternum qui couvre entièrement la cavité thoracique et partiellement la cavité abdominale. Mais en fait, cela bouge...

UNE CONSULTATION OSTEOPATHIQUE D’OISEAU

Déroulement d’une consultation

La consultation commence par le recueil des commémoratifs et l’examen clinique classique, si celui-ci n’a pas déjà été effectué, ou selon le motif de consultation.

La partie ostéopathie en tant que telle s’est construite au fur et à mesure de la pratique. On peut dire qu’à présent le déroulement de la séance est généralement le suivant :

* crânio-sacré
* ceinture thoracique
* ceinture pelvienne
* queue
* motif de consultation
* le reste : membres antérieurs et postérieurs, face.

Quant au viscéral, je ne m’y intéresse pas systématiquement mais selon les commémoratifs, le ressenti lors de l’examen décrit précédemment, ou si le résultat des premières manipulations ne me satisfait pas.

Motifs de consultation :

* Les oiseaux reçus en centre de soins ont généralement été accidentés, en relation avec des activités anthropiques. Ce sont surtout des rapaces qui me sont présentés. Pour eux, les principales causes d’accident sont la collision avec un véhicule et le tir. Il est bon de rappeler que tous les rapaces sont des espèces protégées.
* Ces oiseaux me sont montrés soit quand ils sont encore en infirmerie : port de tête ou port d’aile anormal, attitude anormale, contrôle après immobilisation d’un membre pour fracture ; soit lors de leur mise en volière : incapacité de voler, vol pas assez performant pour permettre le relâché (déséquilibre, queue de travers).

CAS CLINIQUES

Les commentaires en italique sont ceux des soigneurs. 1. Faucon crécerelle Falco tinnunculus - instabilité de la queue

Parcours au centre de soins et devenir
Arrivée : 16/06/04
Mise en volière : 21/06/04. Problème à l’aile droite, le corps suit le mouvement du battement de l’aile droite. La queue n’est pas stable en vol, elle bouge dans tous les sens.
Consultation ostéopathique : 23/06/04
25/06/04 : Les battements d’aile sont plus symétriques .La queue est stable .Le vol est plus rapide
1/07/04 : L’aile droite ne se déplie pas complètement. L’aile gauche est bien. Le vol est globalement correct.

* Consultation ostéopathique : 6/07/04
7/07/04 : le vol est mieux.
* Relâché : 8/07/04

Consultation ostéopathique

23/06/04 : Ce faucon crécerelle est en rotation droite des épaules jusqu’à la queue. L’aile droite présente une rotation interne avec une composante caudale.
6/07/04 : La clavicule gauche apparaît plus haute que la droite, soit en rotation gauche. Tandis que le reste du thorax est en rotation droite avec un point de fixation au niveau de l’épaule droite. La patte gauche présente une tension sur le doigt III.

Commentaires

Il est courant chez les oiseaux ayant subi un choc de constater un port anormal de la queue. On peut supposer que c’est lié à l’accumulation d’énergie lors du choc. Ce cas a en outre la particularité d’associer ce port anormal à une mobilité anormale en vol. Quant au port et au fonctionnement anormal de l’aile, ils restent pour moi des problèmes difficiles à régler du fait de la difficulté d’appréhender les différents composants de la ceinture thoracique, ainsi que l’axe vertébral en relation avec elle.

2 Epervier d’Europe ♀ Accipiter nisus - assise sur les tarso-métatarses et la queue

Parcours au centre de soins et devenir

Arrivée : 23/08/06. Femelle retrouvée au pied d’une baie vitrée le jour même. Fracture ulna gauche : pansement en 8. Se tient assise sur les tarso-métatarses et la queue.
Consultation ostéopathique : 23/08/06
24/08/06 : se tient correctement sur ses pattes et se nourrit
5/09/06 : retrait du pansement en 8.
Mise en petite volière : 8/09/06
Mise en grande volière : 15/09/06
Relâché : 28/09/06

Consultation ostéopathique

23/08/06 : hémicrâne gauche « reculé ». Ulna : travail sur l’affrontement des abouts osseux en MRP et sur l’os en son entier en énergétique. Base de la queue. Centre de gravité énergétique reculé : il se situe au tiers proximal de la queue  recentrage. Genou droit.

Commentaires

L’accumulation d’énergie au niveau de la queue s’exprime là d’une manière différente. J’avais déjà examiné une buse ayant la même posture mais plus de 15 jours après l’accident et n’avais pu lui apporter d’amélioration. D’après les soigneurs, cet épervier a particulièrement bien récupéré. De l’intérêt de voir les individus le plus tôt possible après l’accident ?

3 Milan noir Milvus migrans - ataxie

Parcours au centre de soins et devenir

Arrivée : 18/06/04. AVP, œil gauche un peu fermé, tourne un peu en rond sur le sol, ne marche pas vraiment. Problème au poignet droit. Traumasédyl®, Tonivit®, Palmicaps®.
Mise en box : 21/06/04
Consultation ostéopathique : 24/06/04
25/06/04 : presque pas de déséquilibre. Aile droite à peu près normale.
28/06/04 : Aile et équilibre OK.
Mise en volière : 28/06/05.Vol lourd à droite.
30/06/04 : Vol OK.
Relâché : 3/07/04

Consultation ostéopathique

24/06/04 : Ce milan noir est ataxique, il « rampe » en tournant à gauche et est incapable de voler. Il est en rotation gauche de la tête au épaule avec un blocage important en rotation gauche de C0-C1. Bassin et queue sont en rotation droite. A la fin de la manipulation, il « rampe » droit.

Commentaires

Ce cas est caractéristique des situations dans lesquelles l’euthanasie aurait été rapidement envisagée sans l’intervention en ostéopathie. Outre un problème traumatique, une intoxication aurait pu être envisagée. Le comportement de la plupart des milans peut être un piège. Il faut savoir que les milans capturés ont tendance à faire le mort : ils se laissent aller, complètement mous, sans même soutenir la tête quand ils sont manipulés ou quand ils se sentent observés. Cela peut entraîner une confusion avec des symptômes d’intoxication.

4 Buse variable Buteo buteo - paralysée des membres postérieurs

Parcours au centre de soins et devenir

Arrivée : 21/05/05. AVP. Paralysie des deux membres postérieurs. Pas de réaction à la douleur. Dexadréson ® pendant deux jours, Hypericum perforatum.
23/05/05 : Réaction à la douleur. Mobilisation quotidienne des membres.
24/05/05 : Diarrhée à Homéodiaryl® jusqu’au 27/05/05.
Consultation ostéopathique : 28/05/05
30/05/05 : Se tient sur ses pattes.
Mise en volière : 1/06/05. Vole maladroitement, se perche, patte droite raide en vol.
15/06/05 : Vol OK.
Relâché : 18/07/05

Consultation ostéopathique

28/05/05 : Individu organisé en « S ». La tête et les cervicales auraient tendance à basculer en arrière. Sacrum, bassin et queue auraient tendance à partir sous le corps. Le point d’inflexion se situe au niveau de la jonction thoracolombaire. Le premier travail a consisté à amener l’oiseau dans cette position. Il reste ensuite à libérer le sternum et à intervenir au niveau viscéral sur les intestins. Les deux membres postérieurs sont ensuite traités en MRP, les doigts étant contrôlés un à un. La manipulation se termine par un contrôle-équilibrage crânio-sacré.

Commentaires

C’est un cas spectaculaire pour un oiseau dont l’euthanasie était probable. Il est également à remarquer la très bonne efficacité de l’Homéodiaryl®, utilisé pour la première fois au centre de soins.

5 Chouette hulotte Strix aluco - vol en rond

Parcours au centre de soins et devenir

Arrivée : 14/07/04. AVP. Traumasédyl® jusqu’au 18/07/04
15/07/04 : couchée, problème d’équilibre.
16/07/04 : Traumasédyl®.
18/07/04 : la queue part vers la droite.
Mise en volière : 21/07/04. La chouette vole vers la droite avec la tête tournée vers la gauche, et s’écrase contre le filet de la volière à Mise en box
Consultation ostéopathique : 26/07/04
Mise en volière : 28/07/04
Relâché : 29/07/04

Consultation ostéopathique

26/07/04 : Ischium droit 0,5 cm plus haut que le gauche, bassin en rotation droite. Queue en rotation droite. Important traumatisme cervical, impression que « des tours et des tours » ont été faits. Déséquilibre latéral de la tête : crâne vers la droite et face vers la gauche, avec l’œil droit plus fermé que le gauche. Poignet droit. Membre postérieur droit : métatarse et deux doigts. Membre postérieur gauche : genou et trois doigts. Equilibrage crânio-sacré. Libération énergétique vers la droite et mise en extension. Les cervicales sont un peu mieux en fin de séance, après la mise en extension.

Commentaires

Impressionnante en vol, digne d’un vidéo gag...mais également impressionnante par la rapidité de récupération, pour un oiseau là encore candidat à l’euthanasie. 6 Chouette hulotte juvénile Strix aluco - tête à « l’envers »

Parcours au centre de soins et devenir

Trouvé en Gironde et amené à la Ligue pour la Protection des Oiseaux : 5/05/06
Transféré : 5/05/06. Juvénile âgé de 1 à 1½ mois. Tête à « l’envers » : bec vers le haut. Problème de port de l’aile droite. Vitaforce® et Biocalphos®
Consultation ostéopathique : 15/05/06
17/05/06 : se perche.
Relâché : 19/05/06

Consultation ostéopathique

15/05/06 : Le crâne part vers la gauche. C1 en rotation droite. Epaule gauche plus basse que la droite, et d’une façon générale côté gauche plus bas que le droit, ce jusqu’au bassin et à la queue : soit rotation droite. Equilibrage crânio-sacré global, tout en exerçant une pression sur l’ensemble bassin+queue.

Commentaires

Durant les dix premiers jours de soin, le port de tête s’est amélioré à 50% mais cette jeune chouette n’était pas capable de se percher, à la différence de ses congénères du même âge.

7 Cigogne blanche Ciconia ciconia - boiterie et port d’aile bas à gauche

Parcours au centre de soins et devenir

Arrivée : 1/09/05. Juvénile, bagué aux Pays-Bas.
Mise en volière : 3/09/05. Dissymétrie en vol.
Consultation ostéopathique : 7/09/05
Consultation ostéopathique : 26/09/05
11/10/05 : Vole correctement
Relâché : 15/03/06

Consultation ostéopathique

7/09/05 : Boiterie du membre gauche et port bas de l’aile gauche. Sacrum complètement « silencieux » : beaucoup mieux en fin de manipulation. Subluxation de l’épaule gauche : impression d’humérus enfoncé proximalement. D1 et l’entrée du thorax en rotation gauche. Jonction thoraco-lombaire. Crâne à droite, point de tension entre le bec et l’œil droit. 26/09/05 : le problème de boiterie est résolu mais l’oiseau ne vole pas et semble d’après la soigneuse avoir un problème à l’aile droite. Toujours problème sur humérus et épaule gauche, notamment travail sur les deux omoplates. Libération du sacrum vers les vertèbres dorsales, en relation avec des tensions viscérales.

Commentaires

Avec ce cas, la ceinture thoracique a commencé à me poser moins de problème. On retrouve ici comme cela est possible chez les Mammifères, un problème d’axe vertébral en relation avec une « boiterie » du membre antérieur. Remarquons que cette cigogne n’a pas été relâchée dès que son vol le permettait. Il était trop tard pour prendre le risque de la relâcher en fin de période migratoire postnuptiale si cet individu était transsaharien. Il a fallu attendre la migration prénuptiale suivante.
En conclusion

Peut-être êtes-vous étonner de voir le mot « euthanasie » apparaître aussi souvent. Le soin à la faune sauvage est réalisé en vue de la réhabilitation des individus dans leur milieu naturel. Le maintien en détention d’individus handicapés est contraire à la charte de fonctionnement des centres de soins. Je ne pense pas avoir à vous convaincre de l’utilité de l’ostéopathie dans le soin à la faune sauvage. J’espère vous avoir donné envie de passer de temps en temps des mammifères aux oiseaux. Et je souhaite pouvoir ainsi échanger avec vous sur ce sujet.



Notez cet article
2 votes



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 549 / 753247

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC