L’Ostéo4pattes

La Force de traction médullaire : version médicale.

Créé le : dimanche 14 septembre 2014 par Ostéo4pattes-Vetosteo

Dernière modificaton le : mercredi 7 janvier 2015

Depuis maintenant une dizaine d’années, travaillant et explorant une notion apportée par un chirurgien Barcelonais (Royo Salvador) qu’il appelle la Force de traction médullaire (FTM, http://www.vetofocus.osteo4pattes.eu/spip.php?article11) et portée sur le terrain de l’ostéopathie par un médecin de Barcelone, Antonio Ruiz de Azua Mercadal, je voudrais aujourd’hui, par ce cas, montrer que sans forcément savoir le soigner ostéopathiquement ce qui demande de l’expertise manuelle et sensitive, il est facile médicalement de reconnaître quand ce syndrome est important et a passé le stade de la simple dysfonction ostéopathique pour devenir l’étiologie d’un tableau lésionnel.

Des cas comme celui-ci finissent souvent par l’euthanasie car, il y a atteinte du fonctionnement médullaire sans lésion nerveuse associée ce qui déroute le clinicien. C’est d’ailleurs cette problématique qui avait amené Antonio Ruiz à s’en ouvrir dans le journal Apostill il y a quelques années et qui m’avait fort interpellé.

Grand chien Ataxique

Un saint Bernard de 11 mois en alimentation croquettes à volonté a très vite grandi assez harmonieusement jusque-là avec toutefois des aplombs difficiles et un dos voussé, mais sans symptôme inquiétant pour les propriétaires. Puis ses maîtres sont partis une semaine en vacances en le laissant, et au retour, catastrophe, il ne mange plus, ne se lève plus spontanément et présente une ataxie marquée quand on le lève et il retombe aussitôt.

Il est donc présenté en urgence à mes confrères qui font les examens classiques (palpation, température, auscultation, frottis sanguin, analyse sanguine, radios) sans rien trouver qui attire leur regard. Il est mis sous perfusion et sous corticoïdes rapides. Puis il m’est demandé de le consulter en ostéopathie.

Sans rentrer dans le détail de la consultation d’ostéopathie qui dépasse le cadre d’un tel article (je sais : c’est agaçant), je voudrais attirer ici l’attention sur un détail anatomique de ce chien qui n’a pas semblé sur le coup significatif à mes collègues et dont la présence pour moi signe l’étiologie du problème.

Même si c’est difficile à voir sur la photo (1 & 2), l’observation visuelle et la palpation du bassin de ce chien montre qu’à l’endroit où la queue devrait s’insérer, il y a une dépression qui, loin d’être anodine, est en soi une signature d’un problème de croissance avec un excès de force de traction médullaire. ( à mieux voir sur la photo 3 d’un dogue allemand)

Sans revenir sur toute la théorie développée autour de cette notion (à lire : la force de traction médullaire (FTM) -> http://www.vetofocus.osteo4pattes.eu/spip.php?article11) que vous pouvez approfondir en suivant ce lien (article et thèse à télécharger), je vous fais le résumé de ce qu’il faut savoir :
- Pendant la croissance, la moelle épinière grandit moins vite que la colonne qui la contient, le filum terminal (http://www.vetofocus.osteo4pattes.eu/spip.php?article12) s’étire donc, il en résulte une tension différentielle qui, comme la tension d’un fil dans un tissu, se mesure en gramme et doit faire entre 15 et 20 grammes pour que le système nerveux fonctionne bien.
- Toute diminution est péjorative (ex AVC), toute augmentation est d’abord compensable puis un peu péjorative (spasmes, douleurs) et enfin très péjorative (ataxie, lyse neuronale).
- La raison de la non adaptation pendant la croissance de l’un à l’autre reste pour moi un mystère, même si la génétique intervient peu ou prou, mais aussi les traumatismes, mais surtout l’excès d’énergie et de protéines dans la ration qui accélère la croissance de la colonne... pas celle de la moelle.
- C’est une urgence pour le corps que de détendre le système nerveux pour éviter une lyse neuronale. Tout se passe comme si le moindre mm gagné avait son importance et le corps est prêt à se déformer pour cela, comme un collier de perles se tord si vous tendez trop le fil à l’intérieur. Royo donne là l’étiologie des scolioses et de pathologies comme Arnold Chiari. Mais ici la compensation est la dépression à l’insertion de la queue. Comme si cette dernière voulait rentrer dans la colonne, on peut observer aussi de simples voussures ou encore des déformations vertébrales, mais c’est aussi souvent un simple arrêt de croissance.
- La tension trop forte qui s’installe peut être compensée, mais augmenter ponctuellement (et potentiellement décompenser) pour d’autres raisons en particuliers émotionnelles !!!
Aussi, tenant compte de la FTM, la lecture du cas devient très facile :
- Croissance très rapide d’un chien de grande race avec des croquettes à volonté.
- Depuis longtemps, c’est écrit sur le chien : défaut d’aplombs (équilibre de tension perturbé entre les grandes masses musculaires des membres), dos voussé, dépression à l’insertion de la queue. Mais tout cela est compensé et ne donne pas lieu à une grosse symptomatologie si ce ne sont de mauvaises allures et une grande raideur.
- Les maîtres s’en vont une semaine, la FTM augmente de manière émotionnelle et il y a décompensation brutale.
Au bout de deux consultations d’ostéopathie l’amélioration est flagrante, le chien est de nouveau joyeux, il remange, se relève à nouveau, l’ataxie est moins forte. Au bout de quinze jours et de cinq consultations, il marche de mieux en mieux, les aplombs restent mauvais avec en particulier une laxité importante du tarse surtout à droite. Mais un traitement assidu devrait aider à inverser le phénomène et continuer à travailler sur la voussure et sur les aplombs.
A 11 mois, la croissance n’est pas terminée, on en est à la moitié pour un chien de cette taille, il conviendra de recontrôler régulièrement jusqu’à 24 mois, d’autant plus qu’à chaque poussée de croissance, chaque traumatisme, chaque émotion forte, il est susceptible de rechuter (en particulier attention à la rechute 15/30 jours après la première manipulation, en effet il peut y avoir après le déblocage une croissance compensatoire qui … rebloque le système).

L’attitude du vétérinaire non ostéopathe devrait pour moi être :
- Compréhension du cas avec la notion de FTM à la vue de tels symptômes.
- Mise sous perfusion avec corticoïdes, les AINS ne me semblent pas être utiles. Je n’arrive pas à mettre le doigt sur les bonnes études mais après moult recherches, il me semble que les corticoïdes ont un effet sur le cytosquelette des neurones et modifient leur tension intrinsèque.
- De même et sans pouvoir le justifier, la prise de vitamine C à haute dose me paraît importante sur ces chiens douloureux en croissance rapide.
Ensuite :
- Référer à un ostéopathe connaissant son affaire …. Je vous déconseille de passer d’emblée à l’alinéa suivant car la première consultation d’ostéopathie nécessite un diagnostic et un traitement global qui inclut toutes les dysfonctions du chien en particulier avec la notion de torsion Physiologique qui est très complémentaire de la notion de FTM
- Enfin comme ces cas-là ne se résolvent pas d’un coup, il est important de savoir réaliser vous-même et d’apprendre à vos clients le geste qu’ils feront tous les jours et qui diminue la FTM. L’apprentissage de ce geste à mes clients, m’a permis de sauver des animaux (et des gens …) qui pour des raisons que j’ignore n’arrivent plus à réguler cette tension de manière correcte pendant un long moment et qu’il faut donc traiter « trop » régulièrement pour que ce soit possible de le faire uniquement en consultation. Une surveillance ponctuelle du praticien étant quand même nécessaire.
- Sur ces jeunes chiens l’alimentation doit diminuer non pas en volume, mais en densité. Le régime qui me semble avoir la meilleure observance est d’enlever 1/3 (oui, autant que cela) des croquettes habituelles et de remplacer le volume manquant par un volume deux fois supérieur de haricot verts ….

A partir de là, selon la terminologie de Vétofocus, le cas est résolu.

Mais pour moi c’est ici que tout commence.

Qu’avec quelques potes on sache (sans forfanterie, ni prétention) soigner ce genre de cas c’est une chose, mais d’après ce que j’entends, trop régulièrement ces cas se terminent souvent mal faute de la connaissance de la physiopathologie du phénomène.

Et dans des cas comme cela, on est sorti des limites simples de l’ostéopathie, le soin, quand on en arrive à une ataxie si forte, est alors un exercice de haut vol où rien n’est acquis. Aussi, personnellement, messieurs les vétérinaires qui ne savent pas faire de l’ostéopathie j’ai besoin de vous :
- Pour comprendre et critiquer constructivement cette hypothèse de travail et cette façon de faire.
- Pour que ces cas soient diagnostiqués plus précocement.
- Pour qu’on puisse collaborer ensemble.
- Pour que vous accompagniez le traitement …

Aussi, parce que je n’ai pas pensé à filmer le geste sur le saint Bernard, voici :

Sur un autre chien consulté pour ataxie très forte, raideur des postérieurs, dos tellement voussé qu’il en paraissait cassé, et émotionnellement dans un état qu’on pourrait qualifier de très déprimé dont le problème était une FTM très élevée mais pour une autre raison puisqu’âgé.

Photo 4 : Le voici à la troisième consultation (J+45), beaucoup mieux si, si : il a retrouvé son allant, il marche tout seul sans se faire prier, les pattes restent raides, mais l’ataxie a disparu, le dos est beaucoup moins voussé mais le reste encore.

Film 1 : démarche du chien à J+45, désolé je n’ai pas filmé à J1 mais vous pouvez me croire quand je vous dit que c’est archi mieux, d’ailleurs les propriétaires avaient retrouvé le sourire …

http://www.osteo4pattes.info/P10100...

Film 2 : Geste ostéopathique journalier qui permet de baisser une FTM importante et chronique sur un chien qui a déjà reçu une consultation globale et sous contrôle régulier d’un ostéopathe.

http://www.osteo4pattes.info/P10100...

ou

Ce geste doit être fait journellement par le vétérinaire ou par le propriétaire dans les cas où les symptômes dus à la FTM sont très importants. J’espère que cette vidéo est assez didactique.

Cette coopération-là est facile à mettre en place.

Mais il est une chose vers laquelle nous devrions aussi aller. Sur des cas aussi graves, même si maintenant les améliorations sont régulières et importantes par des techniques ostéopathiques, j’aimerais quand même qu’on se souvienne que celui qui travaille depuis le début sur la FTM est un chirurgien qui passe son temps à couper des filums terminaux pour relâcher la tension médullaire dans des pathologies très lourdes et fortement invalidantes chez l’homme.
Aussi quand les choses sont si graves et si urgentes, quand malgré la méthode ostéopathique de résolution de la FTM on ne va pas assez loin … Est ce qu’on pourrait mettre au point l’intervention similaire à celle que fait Royo Salvador ? Elle devrait être encore plus facile que chez l’homme puisqu’il ne devrait pas être besoin de sacriectomie. Une simple ouverture sur la deuxième caudale devrait à coup sûr permettre de libérer le filum terminal et on pourrait ainsi comparer les deux méthodes.

Cela fait 10 ans que je n’ai pas fait de chirurgie ! Qui essaiera de mettre au point cette opération ?



Notez cet article
8 votes






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 2438 / 571724

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 5 - Exemples d’Ostéopathies  Suivre la vie du site K Vétofocus   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License