L’Ostéo4pattes

Stage D’ostéopathie Comparée : la Torsion Physiologique de l’Humain au Quadrupède

Yves GUILLARD D.O. du 04 au 08 oct 2013 au MANS
Créé le : mercredi 23 octobre 2013 par Annie Charlet

Dernière modificaton le : mercredi 2 avril 2014

Une immersion complète dans la "douceur " de l’ostéopathie selon Yves GUILLARD
pendant cinq jours , nous a permis de découvrir et d’approfondir la notion de Torsion Physiologique du corps physique , ses déséquilibres ( torsion accentuée et inversée ) et les techniques pour les corriger, tant sur les bipèdes que sur les quadrupèdes . Une courte partie théorique présentant le concept de la torsion physiologique fut suivie par une application pratique très enrichissante sur les humains (les participants ) pendant les deux premiers jours, puis sur les chiens et les chevaux (une quarantaine de chevaux et une vingtaine de chiens réunis dans un centre équestre proche du Mans).

Le génie d’Yves GUILLARD a été d’impliquer la torsion physiologique dans le
déroulement du MRP en découvrant un axe antéro-postérieur passant par l’ombilic.

Ce mouvement est déclenché par la Flexion de la SSB suivie, après un court temps de latence,par la Torsion Physiologique. Ceci constitue la première phase du MRP. La deuxième phase est composée de la Détorsion Physiologique, immédiatement suivie par l’Extension de la SSB. Le MRP acquiert ainsi une troisième dimension.

Ce concept de Torsion Physiologique a été établi par Yves GUILLARD sur les humains puis adapté aux quadrupèdes. Il sert de base à une approche ostéopathique du corps dans sa globalité. Le blocage de cette torsion physiologique est diagnostiqué par une rotation basilaire occipitale, gauche ou droite selon le type de torsion. Presque tous les bébés humains ou animaux naissent avec une torsion accentuée due au stress maternel physique ou psychique. Ce blocage engendrera nécessairement une parascoliose (ou une scoliose) lors du passage à la verticalité pour l’enfant ou lors de la mise sur les quatre pattes pour le jeune animal.

Cette parascoliose doit être traitée pour libérer la torsion physiologique. La technique de traitement de la parascoliose est simple (mais loin d’être simpliste !). Elle consiste en un balancement des jambes chez l’humain en décubitus dorsal, du sacrum via la queue chez le cheval, des iliaques chez le chien. Elle nécessite un excellent ressenti lors de la mise en tension des tissus et doit être réalisée avec beaucoup de douceur et de souplesse de la part du praticien. Les traitements de la torsion accentuée (d’origine abdominale) et de la torsion inversée (d’origine thoracique) consistent, respectivement, en un relâchement des diaphragmes thoraco-lombaire et cervico-thoracique selon des techniques différentes chez l’homme et chez les quadrupèdes. Une harmonisation de l’axe vertébro-méningé à partir des jambes chez l’homme, de la queue chez le cheval et des iliaques chez le chien termine le soin ostéopathique.

Le mieux-être du patient est ressenti immédiatement et se traduit par un état mental zen , une démarche plus équilibrée et plus souple, de meilleurs aplombs, un dos plus horizontal chez les quadrupèdes, une diminution des courbures vertébrales et une lordose lombaire moins accentuée chez l’homme. La parascoliose ne se reproduira plus si elle a été correctement corrigée, les torsions accentuée et inversée peuvent par contre réapparaître selon les aléas de la vie et seront de nouveau traitées si nécessaire.

Cette formation mixte d’ostéopathie humaine et animale, mise en place par l’association Viola Frymann sous la responsabilité de Julien Touzet D.O. et dispensée par Yves Guillard D.O. assisté par Christophe Annat D.O., a été suivie par un groupe très hétérogène constitué d’ostéopathes humains (D.O.) en majorité n’ayant que peu ou pas soigné d’animaux auparavant, d’ostéopathes animaliers et de vétérinaires ostéopathes ayant peu soignés d’humains.

Cette grande diversité de formations a permis une alchimie très enrichissante pour tous les participants par la mise en commun de connaissances, d’approches et de points de vue différents et très complémentaires. Le but commun recherché pour tous les protagonistes était de découvrir une méthode d’ostéopathie globale simple, mais nécessitant un ressenti très aiguisé, le toucher devant être le plus léger possible . "Être aussi léger que l’oiseau posé sur une brindille " est la devise que Yves Guillard a essayé de faire passer à ses élèves, plus habitués à un toucher appuyé, cette formule tirée de l’œuvre de Sutherland, est surtout révélatrice d’une quête permanente de techniques de soins ostéopathiques le moins agressifs possible donc tout en douceur et en efficacité...

Voir en ligne : Yves Guillard


Notez cet article
0 vote



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 1237 / 713665

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC