L’Ostéo4pattes

OSTEOVET-France s’engage pour la charte de l’ostéopathie animale.

Créé le : mercredi 7 août 2013 par Bruno Denis

Dernière modificaton le : mercredi 7 août 2013

Voilà maintenant 10 ans que la profession vétérinaire a mis sur pied une formation postuniversitaire d’ostéopathie au sein de l’une de ses écoles, et déjà en 2013 elle peine à la pérenniser puisque le DIE avorte et que la rentrée à ONIRIS pour la cession de cette année n’aura pas lieu.

Alors que notre profession dans sa globalité considère les vétérinaires comme les seuls ayants droit à cette discipline sur les animaux, de nombreuses « écoles » privées forment des ostéopathes animaliers post-bac en grand nombre et sans contrôle de qualité. Par ailleurs certains ostéopathes humains revendiquent l’exclusivité de l’ostéopathie, même sur des animaux. Plusieurs universités de médecine mettent en place cette année un DIU de thérapie manuelle et ostéopathie pour les médecins.

Résultat actuel du paysage ostéopathique français pour la pratique humaine : 11 500 ostéopathes humains (ostéopathes DO, médecins, kinésithérapeutes, infirmiers, sages-femmes, …) en 2010 et 19 500 en 2013, soit environ 2 600 nouveaux praticiens par an. Quant aux vétérinaires pratiquant l’ostéopathie nous sommes environ 300 inscrits sur l’annuaire autorisé par l’Ordre des vétérinaires. Dans ce contexte la loi (sans décret d’application) par ordonnance 2011-862 du 22 juillet 2011 reconnait les ostéopathes animaliers post-bac dont le nombre est à priori inconnu. Certains ostéopathes humains pratiquent sur les animaux et de rares vétérinaires sont ostéopathes D.O.

Dans ce monde d’ostéopathes aux origines diverses, les règles sont hétérogènes (contrôle des formations, déontologie, publicité, TVA) et génèrent des distorsions pour l’intérêt général : respect des patients et des confrères, qualité des formations.

Jusqu’à maintenant les pouvoirs publics peinent à réglementer et organiser cette profession d’ostéopathe que l’OMS reconnaît depuis 2010 comme une profession médicale et l’ostéopathe comme un praticien à part entière de première intention pourvu qu’il ait reçu 4200 heures de formation dont 1000 heures de pratique clinique.

Alors, divergences d’intérêts partisans ou manque de volonté politique, les tentatives d’harmonisation de l’enseignement et de réglementation de la pratique de l’ostéopathie animale en France ont été jusqu’à maintenant mises en échec, rendant opaque au public la qualité de la formation de certains « praticiens ».

C’est la raison pour laquelle, dans l’attente d’une concrétisation claire, juste et officielle des démarches initiées par le groupe de travail qui avait planché sur ces décrets (Décrets ?), OSTEOVET-FRANCE soutient et promeut l’idée d’une charte d’engagement pour les écoles et les cursus de formation avec des closes déontologiques pour la pratique en clientèle. Le texte en préparation de cette charte est sur ce site (http://www.guide.usager.osteo-anima...).

Ceci dans le but de publier à destination du public une liste de tous ceux, praticiens et écoles, qui adhéreront et s’engageront à respecter les critères de cette charte dont le but est "juste" de promouvoir" la transparence, la formation, le respect entre tous.

- Dr Bruno DENIS : Président OSTEOVET-FRANCE
- Association de Vétérinaires Pratiquant l’Ostéopathie
- Que nous vous invitons à rejoindre pour pouvoir porter vos idées et agir envers le public, nos instances et les autres ostéopathes : bruno.denis chez vetosteo.com



Notez cet article
0 vote



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 659 / 721745

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC