L’Ostéo4pattes

Tension medullaire

Créé le : vendredi 22 février 2013 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : vendredi 22 février 2013

A la suite D’Antonio Ruiz de Azua Mercadal nous avons largement exploré le concept de force de traction médullaire et compris que la moelle épinière et sa tension physique était un élément prépondérant de l’organisation corporelle et de son fonctionnement.

Dans plusieurs cas, il pouvait être mis en jeu de façon importante :

- Dans les cas de manipulation structurelle, une FTM trop élevée avant la manipulation et accentuée par la manipulation, pourrait induire des lésions nerveuses parfois irréversibles. C’est pas ce biais, Qu’ Antonio Ruiz s’y est d’abord intéressé.
- Pendant la croissance d’un mammifère, la colonne vertébrale grandit plus vite que la moelle épinière et crée la tension que l’on gardera ensuite tant elle doit être importante comme effet piezzo électrique pour la circulation des influx nerveux.

  • Si le système se grippe, on a une augmentation de la tension contre laquelle l’organisme doit lutter s’il ne veut pas créer de dégât irréversible (lyse cellulaire nerveuse). Il peut modifier les courbures de la colonne, faire du nanisme, faire des anomalies de forme des vertèbres etc .... C’est le travail de Royo salvador chirurgien de Barcelone que de faire une section du filum terminale pour parer à l’urgence et inverser le processus de déformation et de lyse (arnold chiari, platibasie, scoliose, syringomyélie, etc).
  • Cet aspect nous parle fortement chez l’animal du syndrôme de wobbler donc l’ataxie et la malformation deviennent alors la conséquence de la FTM et non pas la déformation cause de l’ataxie.
    - Ensuite sur une FTM de base plus ou moins élevée, le concept de tenségrité et de répartition de forces de force nous permet de comprendre que la FTM varie et puisse chuter jusqu’à un non fonctionnement nerveux (AVC par exemple) ou bien un hyper fonctionnement (spasmes de la hernie discale du chien brachycéphale par exemple).
    - L’excès de FTM modifie aussi toute la neuro immunité
    - Enfin les émotions par expérience génère souvent un excès de FTM, cette relation tension nerveuse système limbique est très importante à prendre en compte.

C’est à ce dernier point que se référent les chiropracteurs pratiquant le système neurofit :

http://www.neurofit.ch/centrewellness//upload/download/chiro/anormalcontrol.pdf.

Extrait du site neurofit :

Conséquences ( de la posture de défense) pour le système de contrôle (neurologique)

Les conséquences neurologiques sont intimement liées aux changements de configuration de la colonne vertébrale. En effet, la moelle épinière - l’extension directe du cerveau - est recouverte par un tissu protecteur appelé méninges. Ces méninges s’attachent à la base du crâne, dans les vertébrales cervicales, sur le bassin et au coccyx. Dès le moment où la colonne vertébrale est mise sous tension et perd ses courbures, toute cette tension est transmise à la moelle épinière.
Cet état pathologique de tension dans la moelle est appelé tension mécanique adverse dans la moelle (ou « adverse mechanical cord tension » en anglais).

Les chiropraticiens avaient déjà émis l’hypothèse d’une telle dysfonction à la fin des années 1920, mais il faudra attendre les années 1970 et les travaux du neurochirurgien scandinave Alf Breig pour que ce concept soit prouvé et que son importance clinique majeure soit comprise.

Alf Breig a fait de l’étude de la tension mécanique adverse dans la moelle le sujet d’une vie.

C’est en 1978 qu’il a publié son ouvrage le plus important « Adverse Mechanical Tension in the Central Nervous System » ou il démontre que la tension infligée à la moelle épinière et au système nerveux est nettement plus néfaste que la compression, et que cette tension peut se répercuter à tous les tissus de l’organisme.

Malheureusement, ses travaux sont passés complètement inaperçus dans le monde médical. Ceci n’est pas une surprise puisque même une grande majorité des professions manuelles, chiropratique et ostéopathie inclues, sont également passées à côté du concept.

On retiendra des dernières lignes que l’ostéo4pattes s’est bien saisi de la notion et même de façon plus globale.
Aussi, s’il est heureux que d’autres que nous ce soient saisis de cette notion primordiale de tension physique de la moelle épinière, il est dommage que pour eux ce ne soit que dans ce cas là et apparaisse comme une conséquence, quand le concept de tension nerveuse dépasse en intérêt largement ce qui est écrit là avec une histoire de posture de défense, ceci reste vrai, mais n’est qu’une partie du phénomène.

- http://www.bienetre-relaxation-sante.com/pdf/dos.pdf
- Breig A. 1978. Adverse mechanical tension in the central nervous system. Almqvist & Wiksell, Stockholm, John Wiley and sons, New York, London, Sydney, Toronto.
- http://www.osteovet33.fr/spip.php?a...
- http://www.depecheveterinaire.com/b...



Notez cet article






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 539 / 536799

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 1 - L’Ostéopathie Comparée  Suivre la vie du site Ostéo & médecines   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License