L’Ostéo4pattes

Septembre 2012

Créé le : mardi 25 septembre 2012 par Bruno Denis

Dernière modificaton le : lundi 19 juin 2017

Santé intégrative n°28

Et voilà que, mauvaise élève, je réitère : non, je ne vous parlerai pas du dossier du mois, "Le dos". Posture, inflammation, respiration, matelas, viscères,, MTC, homéo, phyto, sophro... pour les rachialgies ou cervicalgies en long en large et en travers. Non, plein le dos, du dos. Je préfère vous parler d’une petite pépite d’une demi-page, chronique d’Ysabel Pineau, intitulée "Cet insatiable besoin d’exister", où l’auteur nous parle des Yoga sûtras de Patanjali, qui nous enseigne que l’être humain naît seul, meurt seul, et qu’en fait, la solitude est inhérente à la condition humaine. Bon, zut. La solitude peut être source de souffrance, mais la souffrance peut être soulagée par la connaissance. Ah, ouf. Nous avons donc besoin des autres pour exister. Certes. Mais la réelle sensation d’exister se construit en nous-même, par une reconnaissance de nous-même et au contact direct de notre source de vie. "Ce "re-contact" va nous apporter l’amour et l’acceptation d’être, que l’on ne pensait pas porter en nous-même (...). Une fois cette base consolidée, le regard extérieur tant désiré deviendra bienveillant et sera reçu comme un cadeau d’amour, et non plus comme une drogue que l’on recherche à n’importe quel prix".
Ah oui, ça j’aime. Comment ça, c’est pas de l’ostéo ???

Santé intégrative n°27

Une fois n’est pas coutume, je ne m’étalerai pas sur le dossier du mois, portant sur les dents. En effet, c’est un autre article qui m’a pris aux tripes... en tant qu’ostéo et en tant que maman. Il s’intitule : "Le Mur, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme : un film de santé publique", qui interviewe Sophie Robert, la réalisatrice de ce film, dont on apprend qu’il tombe sous les coups de la censure avec interdiction de diffusion. Ce film est destiné à décrypter les théories admises par la majorité des psychanalystes français, orthodoxes, par rapport à l’autisme. Pourquoi les autistes ne parlent pas, on ne sait pas, mais on accuse toujours la mère. Leur idée est que l’enfant choisit de devenir autiste en réponse à la violence de l’autre, c’est-à-dire la mère. Or les IRM ont avéré les problèmes structuraux neurologiques des autistes depuis 10 ans, et les américains ont développé d’autres compréhensions de l’autisme (notamment problème de séquençage du temps et de l’espace), et avec elles, des méthodes qui ont montré une efficacité bien supérieure dans les progrès des enfants, que celle apportée par la prise en charge psychanalytique pure de la maladie. Mais là encore, qui ne marche pas dans les chemins médicaux conventionnellement admis se heurte à un "MUR", et le film montre la bataille que les familles doivent livrer pour sortir leurs enfants des routes pré-tracées, et leur donner d’autres chances de traitement. Avec pour récompense : la censure totale. Toujours aussi ouverte, la médecine française !
Liens :
http://www.soutenonslemur.org
http://autismeinfantile.com

Mains Libres n°229, août 2012

L’article qui m’a le plus interpellée dans ce numéro s’intitule "Effets des manipulations ostéopathiques objectivés par caméra infrarouge radiométrique : étude pilote de faisabilité et analyse conceptuelle". Au début, ça commence rigolo. L’idée est de mettre au point une méthode d’investigation permettant de quantifier l’influence d’une manipulation ostéopathique sur des tissus ciblés, pour en objectiver les effets, voire la légitimer (sic !). Les dysfonctions ostéo étant conceptuellement associées à une diminution d’apport de sang aux tissus concernés, et donc de modifications de température de ces régions, selon la "loi de l’artère suprême" de Tonton Still, il peut être envisagé, au travers des manipulations ostéopathiques modifiant la tension exercée sur les tissus dysfonctionnels, une modification de l’apport vasculaire et une variation de température de la région concernée. Dans ce cadre, l’utilisation de la thermographie infra-rouge, fondée sur l’analyse de la température de surface de la peau peut être envisagée comme un outil permettant d’objectiver les effets d’une manipulation ostéopathique sur une région spécifique.
Jusque là, tout va bien. L’idée est sympa, les images thermographiques sont superbes, et s’il y a des gens qui ont besoin de jolies photos rouges, jaunes et vertes pour être convaincus des effets de l’ostéo, pourquoi pas.
Mais la conclusion m’a fait bondir : l’étude montrant des résultats intéressants, l’auteur invite à d’autres études expérimentales, pour "quantifier l’impact d’un traitement et optimiser la détection des dysfonctions, pendant, immédiatement après et à distance de la séance". Quantifier l’impact d’un traitement, à la rigueur... mais remplacer la main (et le cœur !!) d’un ostéopathe par une machine pour poser un diagnostic, là, non !!!!!

Ostéo n°93

Le premier article présente une réflexion sur la manière dont l’enseignement en ostéopathie doit transmettre une certaine culture libérale, tout en cernant et s’adaptant à la motivation des étudiants, variable tout au long du cursus, pour les accompagner vers leur propre autonomie.

Le second article, intitulé "Autour du toucher", commence par une très belle description d’un cours au sein d’une classe d’ostéopathie, pour mettre en lumière tout ce que le toucher entre étudiants lors d’un TP peut révéler. Il fait ensuite le parallèle avec la communication au travers du toucher que ressent le bébé, pour finir par nous inviter dans sa conclusion à nous interroger sur le pourquoi de notre choix d’être thérapeuthe, soignant.

Animal Santé et Bien-être n°33

Ce numéro présente un dossier spécial sur la physiothérapie, intitulé "La physiothérapie, un soutien pour nos animaux". Après avoir clarifié quelques termes (physiothérapie, kinésithérapie, rééducation fonctionnelle...), l’article donne les grandes lignes de l’élaboration d’un programme de physiothérapie, et présente les différentes techniques :
kinésithérapie, massages, exercices actifs, hydrothérapie, électrothérapie, ultrasonothérapie, ondes de chocs, thermothérapie... et se termine par la présentation de deux cas cliniques. Un bon article à destination du grand public, abondamment illustré et coloré...

www.animalsantebienetre.fr

Mains Libres n°227, mai 2012

C’est avec une pensée-tendresse pour notre Christian Gaudron national, entrant dans le lac gelé de Neuchatel, que j’ai lu l’article "Réponses physiologiques liées à une immersion en eau froide et à une cryostimulation-cryopthérapie en corps entier : effets sur la récupération après un exercice musculaire"... il y est montré les effets sur certains marqueurs biologiques, sur la performance ou la récupération du sportif, sur les médiateurs de l’inflammation, sur la réponse hormonale, immunitaire, la fonction respiratoire, sur le statut anti-oxydant ou les symptômes dépressifs. Dommage que l’article ne s’intéresse qu’aux sportifs... et pas aux yogis tibétains.

L’article suivant, intitulé "mal de dents, mal de dos", montre le lien entre les troubles posturaux et les déséquilibres de l’occlusion dentaire et de la mandibule. Allez PatColl, c’est pour toi.

Petite touche d’humour pour finir, avec un article qui nous présente les travaux du psychologue anglais Richard Stephens, qui a reçu le prix Nobel. Son titre : "la technique antalgique du capitaine Haddock"... eh oui, ainsi jurer provoquerait une réaction émotionnelle limitant la perception douloureuse. Mais attention, point trop n’en faut, car l’effet antalgique du juron baisse s’il est trop utilisé !!!

L’ostéopathie ... précisément n°46

Si la couverture met en avant le premier article, qui aborde l’importance des travaux de recherche par les étudiants en ostéopathie, ce n’est pour autant pas celui-là que j’ai le plus savouré : c’est la reproduction de la conférence de Rollin Becker, dédiée à William Sutherland, présentée à Philadelphie le 22 septembre 1965, et intitulée : "Be still and know"... (Apaise toi et sache...). Rollin Becker y expose la nécessité de se relier au Créateur, et rappelle les mots de Dr Sutherland : "J’ai souvent dit que nous avons perdu une notion en ostéopathie que le Dr Still a essayé de faire passer, c’est la part du Spirituel qu’il incluait dans la science ostéopathique". Pour cela, il met l’accent sur la notion de Fulcrum Spirituel et de Stillness, et sur les implications cliniques qui en découlent dans les soins quotidiens délivrés aux patients. Stillness, c’est l’immobilité, une immobilité calme, sereine, mais qui porte en elle le Potentiel Inhérent, une puissance intrinsèque, une force de vie et de guérison, à laquelle le praticien se soumet tranquillement pour se laisser guider et comprendre.
Ainsi disait le Dr Sutherland : "Remontez à la Cause... Si vous comprenez le mécanisme, votre technique est simple". Et Rollin Becker de conclure en répétant ces mots de Sutherland encore :
"Relié au Créateur... (...) Le patient relié au Créateur... Mes doigts qui pensent, sentent, voient et savent sont guidés intelligemment par le Grand Architecte qui a conçu ce mécanisme. L’interprétation que j’en donne importe peu, pourvu que mon trolley mental demeure en contact avec le Fil".

Santé intégrative n°20

Le dossier de ce numéro daté de mars/avril 2011 porte sur la relation communication et santé. La communication est essentielle à notre existence à tous les niveaux systémiques. Le dossier propose une réflexion sur la communication à des échelons très différents, allant des bactéries (qui développent une communication afin d’optimiser leur développement et prolonger leur existence) à l’être humain et de la médecine (communication médecin/malade) à la psychologie (l’affirmation de soi permet d’établir une relation dans le respect de nos valeurs autnat que celle des autres). Le dossier aborde également la notion de Communication Non Violente, ou d’alliance sophronique, qui est le contrat de confiance qui s’établit en sophrologie entre le thérapeuthe et son patient. Dans un domaine plus proche du nôtre, le Dr Bernard Rosa présente la PNL, un outil thérapeuthique qui a beaucoup exploré les voies de communication non consciente, et qu’il intègre dans sa pratique ostéopathique.

A noter un article sur l’intérêt de la fasciathérapie dans la gestion du stress.

Santé intégrative n°26

L’essentiel de ce numéro réside dans un volumineux dossier sur l’effet Placébo. Les différents articles qui le constituent décortiquent l’effet placébo, en l’envisageant sous ses différents aspects : résultat de l’environnement, de notre génétique, l’influence du médecin, de la croyance du patient, l’influence également de l’information imposée sur les effets secondaires ou les risques des traitements etc...
Quelques originalités avec un article du Dr Yves Le Guénédal, qui nous parle des épidémies de choléra ou de typhus traitées par homéopathie, ce qui montre que l’homéopathie va bien au delà de l’effet placébo. Ou encore cet article de Xavier Coquelle, qui dénonce l’effet anti-placebo, porté cette fois par les croyances de l’entourage du patient.

sur le net

« Bizness », « com » ou réelles nouvelles indications ... : A partir du 17 octobre 2012, la Clinique du Rond-Point des Champs-Elysées ouvre une consultation d’ostéopathie esthétique et offre à ses patients une prestation complémentaire au sein de leur parcours esthétique.
- http://www.crpce.com/actualites/ouv...

14e législature – Réponse de Mme Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille.
Conditions d’agrément des établissements de formation en ostéopathie publiée sur le site du Sénat : Question orale publiée dans le JO du Sénat du 18/07/2012, p. 2170. Lire la suite
- http://www.osteopathie-france.net/e...

Jugement : La Cour administrative d’appel de Marseille, dans son jugement du 10 avril 2012 (N°10MA04209), a restitué à Jean-Louis Boutin l’autorisation du titre d’ostéopathe qu’un jugement du tribunal administratif de Nice du 30 septembre 2010 lui avait ôté.
Considérant qu’il n’est pas contesté qu’à la date du 28 mars 2007, M.
Jean-Louis Boutin satisfaisait à la condition d’expérience professionnelle requise par les dispositions en cause permettant d’obtenir la délivrance du titre d’ostéopathe pour les praticiens déjà en exercice ; que la simple circonstance qu’à cette date M. Jean-Louis Boutin était en congé de maladie et, ainsi, n’était pas effectivement en activité, ne faisait pas par elle-même obstacle à ce qu’il soit considéré comme un praticien en exercice au sens des dispositions précitées ; que, dans ces conditions, en estimant que M. Jean-Louis Boutin ne pouvait se voir délivrer le titre d’ostéopathe, au motif que l’intéressé était en congé maladie à la date du 28 mars 2007, puis, postérieurement à cette date, avait été placé en invalidité, le tribunal administratif de Nice a commis une erreur de droit.
Lire le jugement de la Cour administrative d’Appel de Marseille
(N°10MA04209) en date du 10 avril 2012.
- http://www.legifrance.gouv.fr/affic...

A découvrir sur le site de l’ostéopathie, le magazine du Sutherland Cranial Collège (SCC) où y figurent des articles d’ostéopathes bien connus.
- https://dl.dropbox.com/u/56003/Pure...
- http://www.osteopathie-france.net/e...

Lapins

Dans son édition 2012 parue en septembre, la revue "Lapins" de l’association "Marguerite et compagnie’ propose un article sur l’ostéopathie appliquée aux lapins de compagnie.
Commis par Catherine LAURENT (avec des photos de manipulation de Garenne, de Papillon ou Bélier...), cet article présente les bienfaits des manipulations fonctionnelles et tissulaires ainsi que les spécificités des lapins de compagnie.

CL



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 465 / 713665

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC