L’Ostéo4pattes

Mécanisme ou Vitalisme ?

Toujours en deçà de l’ostéopathie.
Créé le : jeudi 7 août 2014 par Patrick Chêne

Dernière modificaton le : lundi 9 février 2015

Désireux de clarifier (pour moi, et comme à l’habitude jeter ces réflexions sur la toile pour susciter l’échange) les arguments sur le débat qui semble agiter la communauté médicale par rapport à l’ostéopathie qu’il faudrait débarrasser de ces considérations fumeuses ( Mouvement Respiratoire Primaire, etc ..) pour l’asseoir sur des notions biomécaniques et matérielles raisonnables et fréquentables alors que l’on voit bien tous les jours de pratique que l’ostéopathie va au delà .... j’avais donc écrit ce titre et laissé l’article en suspend le temps de s’atteler à la tâche pour la énième fois mais de manière plus synthétique. ...

Mais d’avoir visionné le reportage ci dessous, je me suis rendu compte que je n’aurai jamais une aussi belle démonstration de ce débat plus que centenaire : la matière précède t’elle la vie ? Ou la vie précède t’elle la matière ? Les vibrations sont-elles ou non une composante majeure de l’expression de la vie ?

 L’eau, liquide de la vie, retiendrait des informations...

Si vous ne prenez pas le temps de visionner la totalité du film, le résumé est vite fait : Le professeur Montagnier, découvreur du virus du Sida, prix Nobel de médecine, reprend à sa charge les travaux du Dr Benvéniste sur la fameuse mémoire de l’eau .... Le reportage décrit une expérience qui est la suivante : on "enregistre" à Paris le son d’une solution contenant des molécules d’ADN, on expédie le fichier son (.wav) par Internet en Italie et là on joue le son enregistré pendant une heure à une eau neutre ... on rajoute ensuite dans cette eau de l’ADN polymérase et des nucléotides, c’est à dire in extenso de quoi fabriquer un ADN. Cette dernière étape se fait dans des milliers de laboratoires maintenant, mais à partir d’une solution contenant matériellement l’ADN modèle, ici elle ne contient que l’information de l’ADN modèle ...et çà marche !!

Aussi bien d’ailleurs que dans le film visionné par Benveniste lors d’une conférence où il endormait une souris en jouant le "son" du valium ...

Je ne sais si vous entrevoyez les possibilités soulevées par ces expériences, mais celles que je vois sont vertigineuses et pas toutes rassurantes !!!

Mais pour revenir à notre débat, Benveniste et Montagnier ne sont pas forcément vitalistes mais en tous cas dématérialisent les causes et les effets, je ne sais s’ils se plantent, même si j’ai tendance à penser que non, et l’ouverture est tellement géante que je ne comprends pas pourquoi des milliers de chercheurs ne se jettent pas dans la course pour tordre le coup à cette hypothèse ou bien pour prendre part à une révolution :

L’information précède la matière ... bienvenue dans Matrix....ou dans une version plus fouillée ! : La matrice Vivante ou

Ici l’information est un son, mais elle pourrait être sans doute n’importe quel signal en modulation de fréquence ou d’amplitude en onde transversale ou en onde scalaire.

Mais vous le comprendrez en visionnant le film, il y a une grosse paresse intellectuelle et un gros conflit d’intérêt, mille fois soulevé ici, la médecine et la biologie sont financées par des vendeurs de molécules et tant qu’ils n’auront pas le tuyau pour breveter "les sons" et faire du business avec, la Science aura des œillères et l’auto censure si ce n’est la censure seront à l’ordre du jour... c’est un triste constat, mais il est réel.

L’eau semble avoir de la mémoire, les hautes dilutions homéopathiques avoir un intérêt réel et pendant ce temps
- des gardiens auto proclamés de la science font leur enième diatribe contre l’homéopathie qui ne vaudrait rien puisqu’elle ne contient pas de matière ... (Sciences & Pseudosciences N°309).
- On apprend que la plupart des expériences médicales ont toujours considéré a priori que les hommes et les femmes réagissaient de la même façon (oui ils sont égaux en droit, mais ce n’est le problème de la nature), de quoi biaiser de nombreuses études ... (Sciences et vie N°1163, oubli impardonnable !)... quelles leçons de sciences prendre de tous ces gens qui foncent comme un seul homme sur le chemin dégagé des présupposés ? ...

Oui la science de fait est partiale même si les scientifiques s’en défendent et elle ne le devrait pas ...Et encore une fois je ne fais pas de l’anti sciences, loin s’en faut, je dis juste cessez de nous prendre pour des niais...

 Quel rapport avec l’ostéopathie ?

Depuis le début, elle bute sur les mêmes écueils, si la matière est le fait générateur, l’ostéopathie ne doit être qu’anatomie (au sens os, muscles, fascias...) et biomécanique, c’est ce vers quoi elle tend politiquement en Belgique maintenant par exemple : La profession doit être recentrée sur le neuro-musculo-squelettique.

Mais depuis le début les ostéopathes individuellement s’acharnent à la faire sortir de ce tracé là puisque leur mains sentent bien que souvent, c’est l’inverse, l’information (émotion, énergie, conscience, magnétisme...quelque soit le mauvais nom donné) précède aussi la matière et il y a intérêt à ne pas se restreindre, sutherland, magoun, Becker, Lizon et tant d’autres nous ont montré le chemin.

Alors se dessine chez certains l’idée que l’ostéopathie devrait se restreindre à la première voie pour être acceptable par les mêmes gens qui critiquent à priori la mémoire de l’eau (pas de matière pas d’action ...). Et donc qu’il y a l’ostéopathie et puis autre chose Au Delà de l’ostéopathie.

  Au delà ...

Et effectivement, venant d’études matérialistes, chimiques, mécanique au sens restreint du terme, il a bien fallu à chaque fois franchir des limites conceptuelles et aller au delà de ce qui était communément admis par les pairs.
- C’est ainsi qu’un ostéopathe comme Upleger a écrit un premier livre sur la thérapie cranio sacrée, très anatomique dans son écriture et a écrit ensuite un second livre : Au delà de la dure mère et enfin un troisième tome qui a du changer d’éditeur car allant encore plus loin dans l’expérience ostéopathique libération somato émotionnelle et au delà.
- C’est ainsi qu’un médecin Alain Cassoura, franchissant plusieurs fois toutes les limites y compris celle de l’ostéopathie mécanique écrit : L’énergie, l’émotion, la pensée, au bout des doigts : Au-delà de l’ostéopathie.

J’ai moi même pensé avoir franchi plusieurs fois le Rubicon en explorant le soin manuel pendant plus de 20 ans (ostéo4pattes N°12)

Il y a donc pour certains, une ostéopathie reliable aux prémices habituels de la médecine et une autre qui ne l’est pas (encore...NDLR) et à laquelle on devrait tordre le coup alors même que chaque ostéopathe dans le cours de son exercice finit par concevoir cet au delà parce qu’il est inévitable et pour cause ... il est.

 En deçà ...

Faudra t’il donc donner à cet au delà un autre nom que ostéopathie (déposé bien sûr comme il devient l’usage, comme si la vie appartenait à quelqu’un ...) ?

Ou bien est ce encore de l’ostéopathie mais un autre étage de l’ostéopathie ? Faut ’il cloisonner les différentes pièces de la maison de l’ostéopathie ? Ostéopathie anatomique, ostéopathie mécanique, ostéopathie énergétique ...

En fait des études comme celles de Benveniste et Montagnier me confortent dans l’idée que oui l’homéopathie c’est quelque chose, oui les vibrations sont importantes dans l’ostéopathie et qu’on peut en retirer des informations extraordinaires. Elles me font maintenant penser que le Vitalisme doit faire peau neuve si il veut espérer quitter l’odeur de soufre qui la suit (ce qui nécessite des gens ouverts en face ...).

Oui l’ostéopathie doit être fière de suivre cette branche il serait dommage de la séparer en deux parce qu’il lui faut les deux approches pour fonctionner vraiment.

Et puis quand Still nous dit que l’ostéopathie c’est de l’anatomie, de l’anatomie et encore de l’anatomie ... que met-il vraiment dernière le terme anatomie et les trois termes sont ils les mêmes ?

Ou bien l’ostéopathie c’est :
- de l’anatomie (os, muscles, etc ...et encore l’anatomie enseignée en ostéopathie n’est pas la même que celle de certains livres d’anatomie)
- de l’anatomie (cytosquelette cellulaire et tenségrité)
- de l’anatomie (énergétique : Chi, méridien, chakras, MRP, etc ...)

Et dans ces conditions sommes nous au delà de l’ostéopathie ?

Ou bien, comme j’en ai de plus en plus l’impression, ne sommes nous pas ostéopathes, d’une manière générale, bien en deçà de ce qu’est l’ostéopathie ?

Dit autrement encore une fois par Still fondateur du mot ostéopathie et de la discipline qui va derrière mais largement instruit par ses prédécesseurs :

 " L’ostéopathie est un écureuil dans le trou d’un arbre, et nous n’en voyons que la queue"

Et pour ma part j’ai la conviction que le chemin parcouru en 23 ans de soins ostéopathiques est énorme mais qu’il me faudrait encore 1 000 ans pour explorer et enfin comprendre cette mer insondable qu’est un corps qui tente de trouver un équilibre ....

Donc en deçà, très loin en deçà des possibilités de l’interaction manuelle et sensorielle soignant/soigné .

Je vous laisse réfléchir, commenter sereinement, si vous le voulez, pour apporter d’autres idées au débat.

Extrait De Wikipédia :

Le mécanisme en médecine

La théorie de l’animal-machine de René Descartes eut d’importantes répercussions sur la pensée médicale et l’émergence d’une médecine mécaniste, puis d’une médecine scientifique.

Selon la médecine mécaniste, les phénomènes pathologiques observées par le médecin peuvent s’expliquer par des causes physiques.[1]

Elle a bénéficié au XVIIIe siècle de la vogue des automates animaux et des automates anthopomorphes, comme l’automate de Vaucanson.

Le mécanisme des processus vitaux a été théorisé par le médecin libertin Julien Offray de La Mettrie (1709-1751) dans son ouvrage L’Homme Machine (1747). Il étend à l’homme le principe de l’animal-machine de Descartes et rejette par là toute forme de dualisme animal-homme au profit du monisme. Ce déterminisme mécaniste l’amène à rejeter toute idée de Dieu, même celui des déistes, avec lequel il refuse de confondre la nature.

La médecine mécaniste s’oppose au vitalisme et à la médecine vitaliste, représentée en France par l’École de Montpellier. En effet, selon le vitalisme, les phénomènes vitaux ne peuvent être réduits à un ensemble de phénomènes physiques, définissant une spécificité du vivant.


1-...peuvent s’expliquer par des causes physiques .... qui se sont restreint au fil du temps à des causes matérielles et chimiques .... NDLR

Une vision du vitalisme sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emissio...

http://fr.slideshare.net/gilstpierr...



Notez cet article
9 votes



forum




Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 3214 / 523526

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 1 - L’Ostéopathie Comparée  Suivre la vie du site Histoire et Philosophie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License