L’Ostéo4pattes

De la définition des méridiens en acupuncture à la construction d’un modèle de physiologie universel (Rés)

Créé le : samedi 7 septembre 2013 par Hervé Janecek

Dernière modificaton le : samedi 9 décembre 2017

Depuis plus de 30 années, nous travaillons à établir des correspondances entre la physiologie selon la MTC et selon la Médecine occidentale. La notion d’énergie et de sang—le qi et le xue de la MTC—nous a permis de proposer, il y a 15 ans une première définition des méridiens décrits en acupuncture.

Notre présentation a pour but de résumer très succinctement le résultat de cette recherche et de la compléter par une définition fonctionnelle des méridiens la plus simple possible.

 Énergie, liquides et matière

On décrit le corps vivant comme composé d’énergie, de liquides et de matière.

L’énergie ou qi en chinois, recouvre tous les types d’énergie connus : l’énergie thermique, électrique, électromagnétique, sonore, chimique et gravitationnelle, pour les formes les plus connues, mais aussi l’énergie nucléaire, mécanique, et plus subtiles à apprécier, l’énergie libre et l’énergie de la pensée.

Figure 1. Conversion des différents types d’énergie.

Figure 2. Idéogramme qi.

L’intérêt de ces différentes formes d’énergie est qu’elles se transforment en permanence l’une en l’autre (figure 1), ce qu’exprime l’idéogramme qi (figure 2), dans lequel au moins 5 formes d’énergie sont présentes : la chaleur et les photons qui s’échappent du grain de riz éclaté, la transformation des énergies gravitationnelle, chimique et nucléaire que suppose la perte de structure du grain cuit !

La vraie traduction du mot qi doit donc être en toute logique, non pas simplement «énergie», mais «énergie en mutation» ; cette différence de traduction est majeure !

Le sang ou xue en chinois est un terme qui doit recouvrir par analogie tous les types de liquides présents dans le corps : les 4 litres de sang chargés de cellules mobiles dont surtout les hématies, les 10 litres de lymphe et les 37 kilos d’eau liée à différents supports dans le corps (membranes, molécules, ADN, etc …), soit en tout 51 kilos d’eau (sur un poids moyen de 70 kg, soit 70%!); le caractère xue (figure 3) exprime ce qui est déformable lorsque cela est versé dans une coupe, donc toutes formes de liquides.

L’intérêt de ces différentes formes de liquides est qu’elles se transforment en permanence l’une en l’autre : la vraie traduction du mot xue devrait donc être, non pas seulement «sang» ou «liquides organiques», mais bien «solution en mutation», une traduction plus juste et plus conforme à la réalité.

Figure 3. Caractère xue.

A côté de l’énergie et du sang—du qi et du xue— est décrite une matière solide, immobile, décrite quant à elle sous la forme de tissus et d’organes, creux ou pleins.

Pour garder une image dynamique de cette matière, référons-nous à ce qui est dit en physique quantique, pour laquelle la matière n’est qu’une forme d’énergie cristallisée et organisée, là où les liaisons sont plus denses ! …

Une matière dure et dense est donc riche en énergie (chimique, électrique, électro-magnétique, gravitationnelle, nucléaire, ...), alors qu’à l’inverse, une matière plus souple ou de faible consistance, sera plus pauvre en énergies diverses de liaison !

Figure 4. Différents degrés d’organisation de la forme, avec à chaque étape une énergie qui devient liaison et structure : plus la matière est dense, plus elle contient d’énergie sous la forme de liaisons physiques et chimiques qui «informent» ! À chaque niveau d’énergie correspond donc un certain degré d’information, cristallisée et visible, dans ce qui est appelé la matière solide ou liquide.

Il n’y a donc pas de différence fondamentale entre l’énergie et la matière selon les termes de la physique quantique ; le solide n’est que de l’énergie organisée, c’est-à-dire informée ! C’est ce que nous montre le schéma ci-dessus (figure 4).

On pourrait dire comme les sages de l’antiquité que la matière n’est qu’illusion ; car elle n’est qu’énergie; et la physique relativiste la plus actuelle leur donne aujourd’hui raison ! Dans un corps vivant, ce qui est dense et dur possède beaucoup d’énergie emmagasinée dans les liaisons formant sa structure; ainsi, les liquides organiques de toute nature parce qu’ils sont liquides, ont simplement moins d’énergie de liaison que les organes et les tissus qui apparaissent les plus denses. Mais les liquides, qui sont de la matière visible, ont plus d’énergie de structure que l’énergie elle-même sous ses divers visages.

L’énergie, les fluides, les tissus et les organes sont interdépendants et se transforment les uns en les autres en permanence : le transfert entre matière et énergie le plus connu est l’oxydation dans les mitochondries du glucose ou des triglycérides, qui se transforment en ATP (50 kg par jour !), une énergie chimique immédiatement convertible !

 Définition du yin et du yang d’un tissu ou d’un organe

Il est alors compréhensible que l’on puisse distinguer la matière d’un organe de l’énergie qui l’anime ? La matière, c’est de l’énergie stockée, l’énergie, c’est du carburant disponible tout de suite … une énergie en apparence presque fixée pour la structure et une énergie mobile pour le métabolisme.

- Suite sur ce lien pour les abonnés aux sites : ψ54/55 - De la définition des méridiens en acupuncture à la construction d’un modèle de physiologie universel (AS)
- Et oui, désolé, pour vivre l’ostéo4pattes a besoin de l’énergie de tous y compris financière, c’est grâce à cela que l’ostéo4pattes fête ces dix ans cette année, aussi, pour lire ce que le réseau a produit, nous vous demandons de participer...
- S’abonner aux sites de l’ostéo4pattes (minimum abonné de soutien) : S’abonner ; Catalogue de l’Ostéo4pattes



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 283 / 721947

Suivre la vie du site re_su 

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC