L’Ostéo4pattes

Suivi Ostéopathique de 4 groupes d’agnelles (rés)

Claude CAZAUBON - Rencontres 2011
Créé le : jeudi 19 juillet 2012 par Claude Cazaubon

Dernière modificaton le : vendredi 8 décembre 2017

Une petite réflexion sur les notions de dysfonction de groupe et de santé en élevage


Le but de ce travail a été de suivre en ostéopathie quatre groupes de douze agnelles à des moments clefs de leur existence pour évaluer si les animaux présentaient ou non le même schéma dysfonctionnel. Si oui, des hypothèses et des pistes de réflexions ont été amenées.

Au travers de ce parcours, des notions sur la santé en élevage, sur le lien qui unit animal et éleveur sont venues nous interpeller et nous ont permis de réfléchir aux conditions qui font le bien être et la santé en élevage.

Principe de l’étude

But

Nous avons suivi des agnelles vivant dans le même élevage à des moments précis de leur vie débutante par le biais de consultations ostéopathiques pour voir si les animaux présentaient ou non les mêmes tendances ostéopathiques.

Pourquoi suivre des agnelles ?

La vie d’un brebis laitière se déroule en cycle de vie « court » contrairement à celle d’une vache par exemple. En effet, les brebis agnellent en majorité en novembre ou décembre (par le biais de processus hormonaux de regroupement des chaleurs puis insémination artificielle). De ces naissances très regroupées sont gardées les petites agnelles qui seront le renouvellement du troupeau. Ainsi, en quelques jours naît dans le même élevage une nouvelle génération d’animaux qui seront ensuite conduit en lot toute leur vie.

Les agnelles restent « sous la mère » pendant environ un mois à 45 jours puis sont sevrées ensemble et allotées. Mises à part du troupeau adulte, elles sont alors élevées ensemble, puis remises au troupeau adulte quelques mois après. En fonction des élevages, le devenir des agnelles est assez différent puisque certains pratiquent la mise à la reproduction très tôt (vers juillet, à 7 mois d‘âge), d’autres montent les agnelles en transhumance et attendent que celles-ci sortent d’elles-mêmes en chaleur pour les faire reproduire.

Ainsi, il apparaît qu’en très peu de temps, un lot homogène d’animaux naît, grandit, devient adulte et vit les mêmes évènements au même moment.
Ainsi, les 48 agnelles de notre étude sont nées entre novembre et décembre 2009. Nous nous intéresserons dans chaque élevage à 12 agnelles prises au hasard. Ce chiffre, lui même décidé de façon arbitraire combine les exigences liées à ce type d’étude (contention des animaux, temps passé) avec une certaine représentativité (les élevages choisis ont gardé entre 30 et 50 agnelles).

Elles sont toutes issues des mises à la reproduction du printemps 2009, soit par insémination artificielle, soit en lutte naturelle.

Sélection des élevages.

Le but de cette étude n’est pas d’établir une hiérarchie d’élevages allant du plus « bienfaisant » au plus « malsain » pour les animaux qui y vivent. Notre objectif est de se placer du point de vue de l’animal pour établir un diagnostic sur les conditions de vie en élevage.

Nous avons choisi quatre types d’élevages, représentatifs des élevages locaux :

- élevage Basco-béarnais : extensif, transhumant, à la limite des normes « agriculture biologique »
- élevage Manech Tête Noire : semi- extensif, les agnelles sortent dès la naissance mais ne transhument pas.

- La suite pour les abonnés: C92/93 - Suivi Ostéopathique de 4 groupes d’agnelles
- pour s’abonner aux sites : S’abonner
- Pour s’abonner à la revue papier : Catalogue de l’Ostéo4pattes



Notez cet article
0 vote






Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 116 / 621502

Suivre la vie du site re_su  Suivre la vie du site 3 - Textes du 4Pattes  Suivre la vie du site La Revue Papier  Suivre la vie du site N° 021 à 025  Suivre la vie du site N° 025 été 2012   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License