L’Ostéo4pattes

Veteurosteo

Créé le : lundi 4 février 2013 par Bruno Denis, Evelyne Romantzoff, Frédéric Sebbah

Dernière modificaton le : lundi 4 février 2013

Le Monde bouge, l’Ostéopathie et son contexte aussi !

Je vous propose de rassembler votre énergie sous la bannière de VETEUROSTEO…

Mais tout d’abord en quelques lignes je vous expose les débuts balbutiants de Véteurostéo :

C’est à la fin de notre cursus (2003/2005) d’ostéopathie animale comparée à l’Ecole vétérinaire Nationale de Nantes (eh oui, ce n’était pas encore Oniris !) qu’avec quelques uns, nous avions décidé de créer une association pour garder un lien pour ce lieu commun que nous avions découvert pour certains ou redécouvert pour d’autres. Cette association se voulait tout d’abord répondre à cette première nécessité d’échange amical, professionnel « post-universitaire », mais il fallait aussi en étoffer les objectifs pour ne pas la restreindre à une seule destinée, craignant un possible essoufflement des élans des premières heures.
Donc, pour nous, les nouveaux « vetos ostéos » de l’EVNN (dans une Europe émergente), nous avons créé VETEUROSTEO officiellement le 31 décembre 2005 avec ces objectifs affichés :

ARTICLE 2 – But de l’Association

L’Association a pour but :

1. assurer, organiser, participer ou coordonner des conférences/travaux pratiques d’ostéopathie vétérinaire dans un cadre de formation post-universitaire.

2. promouvoir l’intérêt de cette discipline auprès des acteurs de la santé, des pouvoirs publics et du grand public.

3. défendre, si besoin est, les intérêts professionnels de ses adhérents.

Il est vrai qu’à ce moment-là « Vetosteo.com » naissant avait besoin de notre participation pour grandir. Par la force de cette nécessité nous avons laissé Veteurosteo en sommeil comme une « coquille vide ».

Depuis cette époque, « Vetosteo.com » a bien démarré sa phase de croissance avec sa ligne éditoriale sur l’Ostéopathie et sa Revue Européenne d’Ostéopathie Comparée.
Maintenant le paysage ostéopathique vétérinaire, animalier et humain a évolué créant des dysfonctionnements, des dissensions, des peurs, des rivalités, des irrégularités.
Mais aussi des envies de pousser l’Ostéopathie dans les meilleures conditions qu’elles puissent être pour le bien-être des patients et pour le confort et l’épanouissement des praticiens.
Or le constat d’aujourd’hui est celui d’une demande croissante de soins d’ostéopathie avec des vétérinaires qui se forment à l’ostéopathie (400 actuellement inscrits) , des ostéopathes animaliers (sans doute davantage) et un grand nombre d’ostéopathes humains (# 2000 par an) dont la nécessité de survie par leur surpopulation les font regarder dans le « jardin d’à côté », c’est-à-dire le nôtre (celui des vétérinaires et des animaliers).

Il n’échappe à personne que dans une économie de marché le rapport des nombres entre praticiens « humain » et praticiens « animal » est en faveur des premiers. Et de ce fait les formations « osteo pour animaux » fleurissent tous azimuts, avec peut-être du meilleur mais surtout du pire et, en tout état de cause, sans garantie ni contrôle de sérieux.

Nous avons bien compris qu’il y a maintenant urgence que les pouvoirs publics organisent à minima les règles de fonctionnement de tout ce petit monde sur le référentiel des formations, la reconnaissance d’un diplôme, l’autorisation et l’agrégation d’organisme d’enseignement, un code de déontologie réglant les modes d’exercices et surtout de publicité.

Les turbulences induites sur le Net depuis la publication de la directive du début 2011, ont abouti à un accord avec les pouvoirs publics sur la nécessité d’un référentiel de formation pour les ostéopathes animaliers sur le même profil que celui établi pour les vétérinaires.

Nous pressentons que la réalité de ce référentiel puisse être remise en question pour d’obscures raisons de la part des interlocuteurs des négociations qui sont l’interface entre les ostéopathes vétérinaires/animaliers et l’administration. Ces interlocuteurs sont les responsables du COSOA, et pourraient être sous le fait d’influences et de pressions d’un autre groupe d’intérêt, officiellement pas visible. C’est dans ce contexte qu’a été signée la lettre de Saint Girons le 17 juin 2012 par les vétérinaires pratiquant l’ostéopathie et les ostéopathes animaliers.

L’exercice de l’ostéopathie dans ce contexte va continuer de rencontrer des difficultés qu’il faudra identifier contourner ou vaincre. Et pour cela il faut simplement rassembler nos forces, nos intentions et notre attention dans un esprit de juste et cordiale compétition collaborative et constructive pour soi et les autres.

Je trouve qu’aujourd’hui Veteurosteo présente le cadre requis pour fédérer cette démarche à la fois de promotion de notre exercice de vétérinaire pratiquant l’ostéopathie, et de la défense de nos intérêts.

En précisant que notre défense est de veiller à ce que celui qui pratique l’ostéopathie soit dûment autorisé par une formation officiellement reconnue selon le référentiel, par des écoles autorisées et qu’il exerce son art avec déontologie.

Plus nous serons nombreux sous une même bannière, plus nous pourrons être entendus... Donc adhérez !. (Bulletin d’adhésion ci-contre)

Bruno DENIS, président de Veteurosteo

Secrétaire : Frédéric SEBBAH

Trésorière : Evelyne ROMANTZOFF

Voir en ligne : Site de veteurosteo


Notez cet article
0 vote



titre documents joints

Bulletin d’adhésion à VETEUROSTEO

25 juin 2012
info document : PDF
69.1 ko

Plus nous serons nombreux sous une bannière plus nous pourrons être entendus...donc adhérez.





Accueil | Contact | Plan du site | Se connecter | Visiteurs : 307 / 684751

Suivre la vie du site fr 

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC